mis à jour le

PREPARATION HIVERNALE - Sitteu se muscle aux Etats-Unis

Le pays de Barack Obama est comme une terre promise pour nos lutteurs. C'est le point de convergence des gladiateurs de l'arène en cette période de «vacances». Après Amanekh, Bay Peulh, Balla Gaye 2, Ness, Nar Touré, Dolf et Jaguar, Siteu, l'enfant prodige de Lansar, s'est rendu depuis hier aux Etats-Unis en suivant les pas du roi des arènes qui est lui aussi chez Obama. Effet de mode ou une nécessité pour les lutteurs de se rendre aux Usa ? En tout cas, nombreux sont les lutteurs qui s'y rendent pour revenir avec un corps bodybuilder. Si certains sont partis chez Obama pour des visites ou pour perfectionner la langue de Shakespeare, «Siteu, lui, s'est rendu là-bas pour travailler son corps», rapporte une source proche du lutteur. Mais l'enfant de Lansar n'est pas à son premier voyage. L'année dernière, il était en Suisse accompagné de Feugueuleu. Un voyage qui n'a presque pas impacté positivement sur son combat contre Boy Sèye qui l'a terrassé de la plus belle des manières. Une défaite qui, semble-t-il, lui a fait changer de destination. Et cette fois-ci, le jeune lutteur a choisi une autre destination pour travailler sa musculature, son physique, son endurance et surtout sa technique. «Siteu va revenir avec une puissance qu'on ne peut pas deviner. Il veut avoir une autre image dans l'arène.»

L'Observateur

Rewmi

Ses derniers articles: Remaniement ministériel du 1er Septembre : Comment Mimi Touré a court-circuité Eva Marie Coll  Aliou Cissé:  Nécrologie- Décès du journaliste Abdoulaye Sèye 

Etats-Unis

AFP

Mines au Mozambique: Rio Tinto et deux ex-dirigeants inculpés aux Etats-Unis

Mines au Mozambique: Rio Tinto et deux ex-dirigeants inculpés aux Etats-Unis

AFP

Famine: les Etats-Unis vont augmenter leur aide de 575 millions de dollars

Famine: les Etats-Unis vont augmenter leur aide de 575 millions de dollars

AFP

Soudan du Sud: les Etats-Unis proposent une "dernière chance" de sauver l'accord de paix

Soudan du Sud: les Etats-Unis proposent une "dernière chance" de sauver l'accord de paix