mis à jour le

Brie en Charente : OBSEQUES DU 7è SOLDAT FRANCAIS MORT AU MALI

Une cérémonie d’hommage à Marc Martin-Vallet a eu lieu le 5 août dernier au 515è Régiment du Train du Camp de la Barconne, à Brie, situé à quelques kilomètres d’Angoulême, en France. Présidée par le général d’armée Bertrand Ract-Madoux, chef d’état-major de l’armée de terre, en présence des autorités municipales et régionales et de l’Association des anciens combattants, la célébration a débuté à 10 heures, au son de la marche funèbre de Chopin. Une tente spéciale est réservée à la famille du militaire qui a trouvé la mort dans notre pays, sa mère, ses deux enfants ainsi que sa compagne, Émilie Duteil.

Les obsèques du brigadier-chef Marc Martin-Vallet, âgé de 28 ans, originaire de Dunkerque, ont eu lieu deux jours plus tard. A titre posthume, il a été élevé au grade de maréchal de logis et a reçu la Médaille d’or de la Défense nationale avec palme et les insignes de Chevalier de l’Ordre national du mérite.

Marc Martin-Vallet, spécialiste en manutention-transport, était engagé dans l’armée française depuis sept ans. Il est arrivé au Mali le 30 mai 2012, dans le cadre de l’opération Serval. C’est à une vingtaine de kilomètres de Douentza qu’il a trouvé la mort dans l'accident d'un véhicule de transport faisant partie d’un convoi logistique d’une vingtaine de véhicules reliant Gao à Bamako.

Marc Martin-Vallet est le 7ème soldat français mort depuis le début de l'opération Serval le 11 janvier 2013. Selon Jean-Yves Le Drian, le ministre français de la Défense,  le brigadier-chef Marc Martin-Vallet « a contribué au succès de nos forces au Mali et à la restauration de sa souveraineté sur tout le territoire ».

Le colonel Moussa Balla Coulibaly, attaché de défense de l’ambassade du Mali à Paris, était présent à la cérémonie. « Je suis présent à Brie pour témoigner au nom du peuple malien, de son président de la République et du gouvernement, la sympathie et  l’amitié franco-malienne et rendre hommage au disparu. Il est mort non seulement pour la France, mais aussi pour le Mali. Tout le peuple malien prie pour le repos de son âme », a-t-il expliqué. Moussa Balla Coulibaly a remercié la France et la communauté internationale pour toutes les actions engagées au profit du peuple malien.

Le colonel Coulibaly a assisté à toutes les cérémonies organisées à la mémoire des soldats français tombés dans le cadre de l’opération Serval en 2013 : le lieutenant Damien Boiteux (11 janvier), le sergent-chef Harold Vormezeele (19 janvier), le caporal Cédric Charenton (2 mars), le brigadier-chef Wilfried Pingaud (6 mars), le caporal-chef Alexandre Van Doreen (16 mars), caporal-chef Stéphane Duval (29 avril).

Correspondance particulière

Ely DICKO

L'essor

Ses derniers articles: Mopti : Transport de viande, un casse-tête sanitaire  Promotion de la femme : RACHELLE DJANGONE MIAN S’EN VA  Sécurité alimentaire : DES CEREALES A 

soldat

AFP

L'Elysée annonce "la mort accidentelle" d'un soldat français au Mali

L'Elysée annonce "la mort accidentelle" d'un soldat français au Mali

AFP

Un soldat américain tué en Somalie, une première depuis 1993

Un soldat américain tué en Somalie, une première depuis 1993

AFP

Mali: un groupe jihadiste revendique l'attaque fatale

Mali: un groupe jihadiste revendique l'attaque fatale

français

AFP

Tchad: un Mirage 2000 français s'écrase

Tchad: un Mirage 2000 français s'écrase

AFP

Un religieux français mis en examen pour des faits de pédophilie en Afrique

Un religieux français mis en examen pour des faits de pédophilie en Afrique

AFP

Burkina: au moins un Français tué, enquête antiterroriste pour assassinat ouverte

Burkina: au moins un Français tué, enquête antiterroriste pour assassinat ouverte

mort

AFP

Crise au Togo: un mort de plus

Crise au Togo: un mort de plus

AFP

Angola: les autorités confirment la mort de 7 personnes dans un accident d'avion

Angola: les autorités confirment la mort de 7 personnes dans un accident d'avion

AFP

Burkina: des manifestants réclament "justice" pour Sankara, 30 ans après sa mort

Burkina: des manifestants réclament "justice" pour Sankara, 30 ans après sa mort