mis à jour le

Première déclaration de IBK, après les résultats de l’élection :

Le nouveau président de la République a évoqué les grandes priorités de sa politique : la réconciliation nationale, l'établissement d'un Etat de droit, le redressement de l'armée, la lutte contre la corruption, le développement économique et social

Le nouveau président de la République Ibrahim a fait hier sa première déclaration après la confirmation par la Cour constitutionnelle de sa victoire au second tour de l'élection présentielle. C'était à son QG de campagne situé au Quartier du fleuve. Le nouveau chef de l'Etat a prononcé cette déclaration en présence des membres de son staff de campagne, des responsables de son parti, le RPM et de partis alliés. Dans son adresse, il a évoqué les priorités de sa politique : la réconciliation nationale, l'établissement d'un Etat de droit, le redressement de l'armée, la lutte contre la corruption, entre autres.

« Hier, mardi 20 août, la Cour constitutionnelle a proclamé les résultats définitifs du second tour de l'élection présidentielle du 11 août 2013. A travers un vote clair et net, les Maliens ont choisi de me porter à la présidence de la République. Avec émotion, avec humilité, je mesure l'immense honneur qui m'est fait », a dit le nouveau chef de l'Etat en commençant sa déclaration.

Il a ensuite rendu un vibrant hommage au peuple malien qui, une nouvelle fois, a été au rendez-vous de l'Histoire. « De manière éclatante, il a démontré sa grande maturité démocratique, en votant dans la paix et la sérénité. J’exprime ma profonde gratitude à toutes celles et à tous ceux, très nombreux, sur tout le territoire, comme à l'extérieur, qui par leurs suffrages, ont rendu cette victoire possible », a-t-il poursuivi.

Le nouveau président de la République a tenu à remercier tous les militants ou sympathisants du Rassemblement pour le Mali (RPM) et des partis alliés, « connus comme anonymes, ma famille, mes proches et moins proches » et tous ceux qui l'ont porté pendant toutes ces années, dans les moments heureux, comme dans les moments de peine.

« Merci ! Cette victoire je vous la dois, cette victoire est à vous ! A tous ceux qui n'ont pas voté pour moi, je veux leur dire que je respecte leur choix et leurs convictions. A mon jeune frère Soumaila Cissé, j'adresse un salut républicain et fraternel.  Je serai le président de tous les Maliens » a promis le président Ibrahim Boubacar Keïta.

Le nouveau président de la République a aussi remercié l'ensemble de la communauté internationale, qui dans un moment très difficile pour notre pays, nous a apporté un soutien décisif. Une communauté internationale qui a en outre permis le bon déroulement du processus électoral, garantissant la transparence et la crédibilité du scrutin.

« L'ampleur de cette victoire, aux allures de plébiscite, exprime l'énorme espoir et les grandes attentes de nos concitoyens. J'en prends toute la mesure. Devant vous tous, je m’engage à servir mon pays, le Mali, avec le dévouement et l’exemplarité que requiert cette haute fonction. Mon premier devoir, dès le 4 septembre 2013, sera d'½uvrer au rassemblement de toutes les Maliennes et de tous les Maliens » a t-il dit.

Et le président Ibrahim Boubacar Keïta de poursuivre : « Autour des idéaux de paix et de tolérance, nous construirons une démocratie vivante, apaisée et respectueuse, où chaque citoyen, quel qu'il soit, trouvera sa place. Je serai le président de la réconciliation nationale ».

Pour lui, cette réconciliation est nécessaire, pour faire face aux exigences légitimes de notre peuple : reconstruction d'un Etat de droit, redressement de l'armée et de l'école, lutte contre la corruption, développement économique et social.

« Je serai le président de la refondation nationale. C'est une nouvelle ère qui s'ouvre. Pleine de promesses et de défis. C'est l'ère d'un Mali nouveau, qui retrouvera toute sa place dans le concert des Nations. Un Mali souverain et respecté, au dehors comme au dedans. Je serai le président d'un Maliba digne et fier ! Inch'Allah ! », a conclu Ibrahim Boubacar Kéïta.

Le président de la République est ensuite intervenu en langue nationale bambara. Dans cette séquence il a, en substance, assuré qu'il « n'y aura pas de partage de gâteau. Non, je ne le ferai pas », avant de promettre qu’il assurera le respect de toutes les religions. Il aussi jure de ne jamais trahir le Mali.

Après la déclaration, le président élu s'est entretenu avec les responsables des partis qui l'ont soutenu, toujours au siège de campagne.  

A. DIARRA

 

L'essor

Ses derniers articles: Mopti : Transport de viande, un casse-tête sanitaire  Promotion de la femme : RACHELLE DJANGONE MIAN S’EN VA  Sécurité alimentaire : DES CEREALES A 

résultats

AFP

Gambie: le président sortant Jammeh rejette les résultats une semaine après

Gambie: le président sortant Jammeh rejette les résultats une semaine après

AFP

Gambie: une semaine après, le président Jammeh rejette les résultats

Gambie: une semaine après, le président Jammeh rejette les résultats

AFP

Ghana: l'opposant creuse son avantage, toujours pas de résultats

Ghana: l'opposant creuse son avantage, toujours pas de résultats

président

AFP

Afrique du Sud: lancement d'un mouvement contre le président Zuma

Afrique du Sud: lancement d'un mouvement contre le président Zuma

AFP

Elections au Kenya: le président met en garde les fauteurs de troubles

Elections au Kenya: le président met en garde les fauteurs de troubles

AFP

Ouganda: une universitaire arrêtée pour avoir critiqué la femme du président

Ouganda: une universitaire arrêtée pour avoir critiqué la femme du président