mis à jour le

GO Qui est qui dans la jungle politique ?

Tout à fait d'accord avec l'éminent professeur El Hadj Mbodj ! Pour une vitalité de la démocratie sénégalaise, il est nécessaire de financer les partis politiques. D'une part, pour animer le débat politique et donner un petit coup de pouce à beaucoup de nécessiteux, de l'autre, déceler ce qui est occulte dans leurs finances et leur gestion, laissées en toute indépendance. Bien entendu, en tenant compte des résultats électoraux officiels proclamés par le Conseil constitutionnel, pour savoir combien pèse chacun. Ainsi, les subventions aux formations politiques se feraient-elles sur la base des termes de la comptabilité publique nationale et les fautes éventuelles seraient passibles de sanctions tirées du Code pénal sénégalais. Mais, comment procéder avec les 147 partis enrôlés au ministère de l'Intérieur ? Devrait-on les aider au prorata ou d'abord assainir le milieu ? Beaucoup d'entre nous pencheraient pour le second terme de l'alternative. Ces dernières années, notre pays a vécu une pagaille politique à laquelle il faut mettre un terme, si vraiment, nous voulons progresser et servir la démocratie.
Je ne parle même pas des créations outrancières de partis de poche, auxquels nous avions fini par nous habituer avec l'Alternance. Il y a plus grave. Il y a des formations politiques dont on n'entend parler que quand des élections pointent le bout du nez et qui disparaissent, par la suite, phagocytés par ceux pour qui ils ont finalement roulé, ou mis en jachère, en attendant de prochaines joutes électorales. Ils sont tellement nombreux des partis dans cette situation, que cette anecdote peut ne pas vous surprendre du tout. A la veille du scrutin de 2007, un chef de parti s'était présenté dans une institution du pays, pour une audience avec le Président. Il avait trouvé beaucoup de ses pairs sur place et dut faire la queue. Mais, quand l'huissier se présenta pour signifier que c'était le tour du représentant du parti X, il ne bougea pas d'un mètre. Il avait bien entendu mais, il pensait au voisin. Il avait complètement oublié que c'était le sigle de son parti et il fallut trois coups de coude du secrétaire général adjoint pour le ramener sur terre. Qui dit mieux ?




Rewmi

Ses derniers articles: Remaniement ministériel du 1er Septembre : Comment Mimi Touré a court-circuité Eva Marie Coll  Aliou Cissé:  Nécrologie- Décès du journaliste Abdoulaye Sèye 

go

AFP

Malice et audace pour le Pokemon Go dans le chaos de Lagos

Malice et audace pour le Pokemon Go dans le chaos de Lagos

group promo consulting

Go Mbaye Yaa niou doye !

Go Mbaye Yaa niou doye !

group promo consulting

GO - Que se passe t il avec le 20 Juillet ?

GO - Que se passe t il avec le 20 Juillet ?

politique

AFP

Kenya: dans la vallée du Rift, la politique nourrit la violence

Kenya: dans la vallée du Rift, la politique nourrit la violence

AFP

Le président de l'UA s'inquiète de la politique américaine sur les opérations en Afrique

Le président de l'UA s'inquiète de la politique américaine sur les opérations en Afrique

AFP

Zimbabwe: un mariage politique de raison pour battre Mugabe

Zimbabwe: un mariage politique de raison pour battre Mugabe