mis à jour le

Mostaganem: Un mort dans un squatte d’immeuble à Mazagran

Un ancien militaire, âgé de 34 ans a fait une chute mortelle du haut d'un immeuble, consécutivement à l'assaut donné par les forces anti émeutes. L'ancien caporal-chef venait de quitter l'ANP après 15 ans de service. La veille, peu après 15 heures, pas moins de 8 familles, venues du douar Maïzia, dépendant de la commune de Hassi Mamèche, avaient pris possession d'un immeuble de 5 étages situés à la lisière du chemin des Crêtes, reliant Mazagran à Mostaganem. Après avoir pris en otage le gardien de l'immeuble, propriété de l'OPGI de Mostaganem, ceci durant deux heures, comme nous le confiera l'intéressé rencontré sur les lieux, les 8 familles, avec femmes et enfants ont passé la nuit dans cet immeuble. Ce n'est qu'en début d'après midi du jeudi 21 aout 2013 que les forces anti émeutes, accompagnées de nombreux gendarmes, sont intervenues pour déloger les indus occupants. Après avoir défoncé la porte d'entrée, les éléments de la brigade anti émeutes dépêchés sur les lieux ont dû subir des jets de pierres et de dalles en béton, lancées depuis la terrasse de l'immeuble par les squatteurs.  Ce n'est que miracle si des agents de la force publique sont parvenus à éviter les énormes plaques de béton. Au moment de l'assaut, alors que les femmes et les enfants s'étaient massés dans les appartements, un groupe d'homme est monté sur la terrasse de l'immeuble d'où ils ont jetés divers projectiles sur les forces de l'ordre. Il semblerait qu'au moment de l'assaut au niveau de la terrasse, l'un des squatteurs, en l'occurrence l'ancien militaire, qui tentait de trouver refuge sur un parapet en béton ait perdu l'équilibre, chutant alors lourdement sur le sol. Selon des témoins oculaires, son corps aurait à peine frémit avant de se raidir à jamais. Sa mort instantanée a été constatée et son corps a été déposé sur le terrain vague jouxtant la cité avant d'être évacué vers le service de médecine légale de l'hôpital Che Guevara.  Après ce tragique incident, l'ensemble des familles quitteront l'immeuble dans un impressionnant silence. Une femme encore sous le choc parvenait à peine à se déplacer. Un jeune homme qui avait réussi à se cacher, a attendu le départ des forces anti émeutes avant d'appeler à l'aide ses camarades. Blessé à une jambe lors de l'assaut, il était parvenu à se cacher dans un placard ; ce n'est qu'à 16h50 minutes que deux copains sont allés le ramener vers une structure de santé afin d'y recevoir les premiers soins. Selon des habitants de la cité, l'immeuble squatté fait partie d'un lot de 3 unités, totalisant 60 logements. Seuls 2 immeubles ont été attribués en 2008, le dernier, à cause semble-t-il de malfaçons, n'a jamais fait l'objet d'une quelconque attribution, l'OPGI se contentant d'un gardiennage permanent afin de prévenir tous squatte. Cette tragique opération intervient à peine quelques semaines après la promulgation par la mairie de Mazagran d'une liste d'attributaires. Listes fortement contestée par ailleurs. On apprendra que parmi les 8 familles ayant squatté l'immeuble en question, certaines habitaient déjà un taudis mitoyen, ce qui explique leur parfaite connaissance des lieux. Inoccupé depuis 2008, l'immeuble faisait partie du programme de 60 logements datant de 2005.   Son apparente désaffection n'a pas pour autant dissuadé ce groupe d'une vingtaine de squatteurs venus de la commune voisine de Hassi Mamèche. Il semblerait que l'exigüité des habitations au niveau du douar Maïzia, où certaines familles s'entassaient à plusieurs, soit à l'origine de cette révolte. Comme ce malheureux retraité d'à peine 34 ans qui vivait avec sa femme et ses deux enfants avec 4 frères tous mariés et pères de famille. Ce qui explique en partie cette malencontreuse aventure où il perdra la vie, laissant derrière lui une veuve éplorée et deux orphelins en bas âge. Son corps gisant sur ce terrain vague poussiéreux illustrait toute la détresse du monde.

El Watan

Ses derniers articles: Programme AADL 2 : les résultats communiqués  Tizi Ouzou : Les retraités de l‘ANP s’organisent  Sellal : Les visites de terrain n'ont rien 

mort

AFP

Nigeria: un mort dans un attentat-suicide

Nigeria: un mort dans un attentat-suicide

AFP

Somalie: un haut responsable limogé après la mort d'un ministre

Somalie: un haut responsable limogé après la mort d'un ministre

Politique

Somalie: le président rentre d'urgence après la mort de l'un de ses ministres

Somalie: le président rentre d'urgence après la mort de l'un de ses ministres