mis à jour le

Mali: Ibrahim Boubacar Keïta promet "la réconciliation nationale"

Ibrahim Boubacar Keïta, vainqueur de la présidentielle d'août au Mali, a promis mercredi, dans sa première déclaration publique depuis la proclamation de sa victoire, qu'il sera "le président de la réconciliation nationale".

Il a annoncé parmi les priorités de sa politique, l'établissement d'un Etat de droit, le redressement de l'armée, la lutte contre la corruption.

"Je serai le président de la réconciliation nationale. La réconciliation nationale est nécessaire pour faire face aux exigences légitimes de notre peuple", a affirmé devant la presse à Bamako M. Keïta, élu au second tour de l'élection présidentielle du 11 août face à son adversaire, Soumaïla Cissé.

"Mon premier devoir dès le 4 septembre (jour de son investiture, NDLR) sera dévoué au rassemblement de tous les Maliens et de toutes les Maliennes sans exclusive aucune, autour des idéaux de paix et de tolérance. Nous ferons une démocratie apaisée", a-t-il ajouté.

Il a affirmé que parmi ses objectifs, figurent "la reconstruction d'un Etat de droit, le redressement de l'armée, de l'école, la lutte contre la corruption et le développement économique et social".

"C'est une nouvelle ère qui s'ouvre, pleines de promesses et de défis pour un Mali nouveau", a poursuivi M. Keïta.

Il a adressé "un salut républicain et fraternel" à son rival du second tour Soumaïla Cissé, qui a reconnu sa défaite avant même la proclamation officielle des résultats du scrutin.

La Cour constitutionnelle du Mali a confirmé mardi l'écrasante victoire de M. Keïta, alias "IBK", au second tour du scrutin du 11 août avec 77,62% des voix face à Soumaïla Cissé qui en a obtenu 22,38%.

IBK, 68 ans, cacique de la vie politique malienne et ancien Premier ministre, va devoir s'atteler à relever et réconcilier un pays meurtri et divisé par une crise politico-militaire de 18 mois.

Cette crise avait débuté en janvier 2012 par une offensive de rebelles touareg dans le nord du pays, supplantés rapidement par des groupes criminels et islamistes armés liés à Al-Qaïda pour le contrôle de cette région, après un  coup d'Etat militaire qui, le 22 mars 2012, a renversé le régime du président Amadou Toumani Touré.

Les jihadistes ont laminé la rébellion touareg et l'armée malienne, commis d'innombrables exactions, avant d'être en grande partie chassés par l'intervention militaire franco-africaine toujours en cours.

AFP

Ses derniers articles: Fifa: deux ex-dirigeants africains radiés  Mali: le procès du chef de l'ex-junte Sanogo renvoyé  Alger salue la coopération avec la Belgique sur les migrants 

Ibrahim

AFP

Mali: le président Ibrahim Boubacar Keïta en "séjour médical en France"

Mali: le président Ibrahim Boubacar Keïta en "séjour médical en France"

AFP

Prix Mo Ibrahim de la "bonne gouvernance" au président namibien

Prix Mo Ibrahim de la "bonne gouvernance" au président namibien

AFP

Egypte: Ibrahim Mahlab nommé Premier ministre

Egypte: Ibrahim Mahlab nommé Premier ministre

réconciliation

AFP

Centrafrique: le pape monte dans sa papamobile devant la colombe de la réconciliation

Centrafrique: le pape monte dans sa papamobile devant la colombe de la réconciliation

AFP

Côte d'Ivoire: Ouattara prône la réconciliation peu avant la présidentielle

Côte d'Ivoire: Ouattara prône la réconciliation peu avant la présidentielle

AFP

Algérie: dix ans après le pardon, la réconciliation se fait attendre

Algérie: dix ans après le pardon, la réconciliation se fait attendre