mis à jour le

N’Tominkorobougou : Pour lui avoir volé son époux, elle arrache l’oreille de son amie

L'infidélité existe depuis l'éternité. Il y en a qui ne peuvent pas s'en passer tant ils ont ce défaut dans leur chair. Aussi, ils font légion, les hommes à deux « bureaux », c'est-à-dire que d'un côté, il y a la femme légitime (l'épouse) que tout le monde connaît et de l'autre celle qui est dans «l'obscurité », réservée pour toutes sortes de gâterie extraconjugale. Monsieur Moussa a donc choisi d'être de cette espèce d'hommes. Mais sa particularité est d'avoir jeté son dévolu sur la meilleure amie de son épouse. Quand cette dernière découvre la vérité, sa réaction fut terrible.

 

 

Kadi savait son mari de la pire espèce d'hommes insatiables. A plusieurs reprises d'ailleurs, elle fut informée des aventures amoureuses de son époux. Aussi, à maintes reprises, les voisins sont intervenus pour jouer à la médiation dans les scènes de ménage du couple Moussa/Kadi, des scènes qui ont le plus souvent trait aux amourettes du maître de maison. Toutes les fois,

 

 

Kadi a été priée de ne pas prêter oreilles attentives aux commérages. Elle en était agacée qu'après trois ans de mariage, elle voulait avoir la certitude sur la vie de son mari. Est-il vraiment de l'espèce qu'on le décrivait, ou bien y avait-il de l'exagération dans les « ont dit » ? Avec son statut de chef de projet, il voyageait beaucoup. Et les « écouteurs aux portes » de lui rapporter qu'il accomplissait toujours ses missions, flanqué d'une femme, géante, de teint de clair, de l'espèce collante, prête à vous fabriquer le paradis terrestre pourvu qu'elle voit les « feuilles ». Malgré donc la description de la présumée voleuse de son mari dont le signalement ressemblait à celle d'une de ses amies, Kadi n'a jamais orienté sa piste sur cette voie. Aussi, c'est en parfaite ignorante de ce qu'elle ne va pas tarder à découvrir qu'elle se lance aux trousses de son cher époux. Nous sommes dans la nuit du Samedi 17 aout 2013 quand elle lança sa filature. Moussa lui, était loin de se douter que la « caméra » était braquée sur lui. A bord de son véhicule, une 4×4 blanche de marque Toyota, il gara au lieu du rendez vous, dans un coin sombre, non loin du stade Mamadou Konaté. Quelques minutes d'attente et « l'hirondelle » déposée par un taxi se pointe directement vers la fameuse Toyota. Sur le champ, Kadi qui regardait la scène à partir d'un autre taxi non loin de là n'a pas reconnu la silhouette de son amie, ou disons qu'il lui était impossible de s'imaginer que c'est Neissa, la fille d'honneur de son mariage. Combien de fois s'était-elle invitée chez le couple sans que Kadi remarque quelque chose de suspect. Quand donc les deux « tourtereaux » décollèrent tout droit, le taxi dans lequel se trouvait Kadi les prit en filature. C'est une petite maison, concession inachevée située au quartier Hamdallaye ACI qui leur servait de « nid » d'amour.

 

 

La Toyota gara devant la devanture qui s'ouvrit à la manière de « sésame, ouvre-toi » de Ali Baba. En réalité, il y avait un gardien qui apparemment connaît bien son travail. De son côté, Kadi libéra son taximan et se cacha derrière un poteau  qui jonche le mur de la maison des « infidèles ». Elle attendait, mûrissant les mille et une idées ingénieuses sur ce qu'il lui faudrait faire. Comme Dieu fait bien les choses, voilà que Neissa sort de la concession et se dirige vers une alimentation générale se trouvant à une cinquantaine de mètres de là. Vivent les bonnes choses ! C'est en passant devant un lampadaire que Kadi reconnut sa voleuse qui n'est autre que son amie. Elle a failli s'écrouler mais puise toute l'énergie de sa rage de jalousie et se maintient sur les jambes. Lorsque Neissa, chargée d'un sachet garni revint sur ses pas et s'apprêtait à ouvrir le portail, elle fut interpellée par une voix qui lui semblait familière. Elle s'arrêta comme tétanisée et découvrit qu'il s'agit de Kadi, l'épouse de celui avec lequel elle venait juste de s'envoyer en l'air et qui certainement attendait à l'instant un second round. A peine, Kadi fut-elle à la hauteur de son amie qu'elle lui envoya un uppercut qui l'expédia à terre. Sans perdre de temps, elle se rua sur sa victime. Ce sont les cris de cette dernière qui alertèrent le voisinage. Les secours arrivèrent très vite mais c'était trop tard car la « lionne » aura déjà arraché plus de la moitié de l'oreille gauche de sa proie. Pendant que Neissa ensanglantée reprenait son souffle, Kadi poursuivait sa folie meurtrière sur la Toyota avec tout un arsenal de pierres, on aurait dit une USN en colère. La suite, c'est encore des problèmes pour Moussa, le véhicule du projet à remettre en état, l'oreille de sa maîtresse à recoller, la honte sur lui et qui sait si cela ne va pas conduire au divorce.

 

 

Amara Traoré

Mali Web

Ses derniers articles: Atelier de concertation du HCR sur le retour des réfugiés et déplacés du Mali : Les acteurs en conclave pour la facilitation du processus  ORTM / Journal TV 20h du 15 Septembre 2013  L’étrangleur de Bagadadji étranglé 

Elle

AFP

Côte d'Ivoire: le procès de Simone Gbagbo se poursuivra sans elle

Côte d'Ivoire: le procès de Simone Gbagbo se poursuivra sans elle

AFP

Soudan: pour honorer son père, elle sauve les vestiges du cinéma

Soudan: pour honorer son père, elle sauve les vestiges du cinéma

AFP

Française enlevée

Française enlevée