mis à jour le

Zimbabwe: Tsvangirai va boycotter l'investiture de Mugabe

Harare -- Le leader de l'opposition zimbabwéenne Morgan Tsvangirai n'assistera pas jeudi à l'investiture de son rival le président Robert Mugabe qui doit entamer un sixième mandat après sa victoire aux élections contestées du 31 juillet, a indiqué son porte-parole mercredi.

"Vouloir que Tsvangirai assiste à l'investiture, c'est comme vouloir que la victime d'un vol assiste à une fête organisée par le voleur", a expliqué à l'AFP Luke Tamborinyoka, porte-parole de M. Tsvangirai. "Il ne peut pas assister à la fête d'un voleur!"

Robert Mugabe doit être investi en grande pompe jeudi matin dans un stade de 60.000 places, dans la banlieue d'Harare. La journée a été déclarée fériée au Zimbabwe.

"Nous sommes enthousiasmés par la cérémonie d'investiture qui vient après notre victoire aux élections générales du 31 juillet, et nous appelons nos partisans à venir par milliers pour cette grande occasion", a indiqué à l'AFP Rugare Gumbo, porte-parole de la Zanu-PF, le parti de M. Mugabe.

"Notre victoire symbolise la défaite du néocolonialisme, et nous célébrons non seulement l'investiture du président Mugabe, mais aussi la victoire du Zimbabwe, de l'Afrique et des forces progressistes dans le monde entier", a-t-il ajouté.

Plus de 40 chefs d'Etat étrangers ont été invités selon la télévision publique. Parmi les dignitaires annoncés mercredi, on compte le président namibien et les vice-présidents sud-africain, malawite et botswanais.

M. Mugabe, qui à 89 ans est au pouvoir sans discontinuer depuis trente-trois ans, a été réélu au premier tour de la présidentielle avec 61% des voix, contre 34% à Morgan Tsvangirai.

Mais l'opposition et des observateurs indépendants n'ont eu de cesse de dénoncer des fraudes massives. Si les pays occidentaux ont condamné un scrutin entaché selon eux de malversations, les pays africains n'ont rien trouvé à redire --à l'exception notable du Botswana--, et la Communauté de développement d'Afrique australe (SADC) a même désigné M. Mugabe à sa tête pour l'année 2014-15.

Le MDC de Morgan Tsvangirai explique notamment que des centaines de milliers d'électeurs des villes --les zones qui lui sont les plus favorables-- ont été systématiquement exclus des listes électorales, lesquelles n'ont été rendues publiques qu'au dernier moment, ce qui a empêché toute vérification sérieuse (et a fortiori toute contestation).

Il a aussi observé que des dizaines de milliers de personnes ont été "aidées" à voter par des agents électoraux proches du président.

Le MDC avait déposé un recours devant la Cour constitutionnelle du Zimbabwe pour demander l'annulation du scrutin, mais il l'a ensuite retiré, n'ayant notamment pas obtenu de la Commission électorale d'importants documents qui lui auraient permis d'étayer sa plainte et de prouver les fraudes.

La Cour constitutionnelle a néanmoins jugé mardi les élections "libres, honnêtes et crédibles" et un juge a demandé que les avocats du parti de M. Tsvangirai soient poursuivis pour avoir affirmé que la justice du pays n'était pas indépendante.

Afp

Rewmi

Ses derniers articles: Remaniement ministériel du 1er Septembre : Comment Mimi Touré a court-circuité Eva Marie Coll  Aliou Cissé:  Nécrologie- Décès du journaliste Abdoulaye Sèye 

Mugabe

AFP

Zimbabwe: un syndicaliste arrêté pour avoir qualifié Mugabe de "mort vivant"

Zimbabwe: un syndicaliste arrêté pour avoir qualifié Mugabe de "mort vivant"

AFP

Zimbabwe: un journaliste arrêté

Zimbabwe: un journaliste arrêté

AFP

Mugabe de retour en Afrique du Sud après un scandale impliquant son épouse

Mugabe de retour en Afrique du Sud après un scandale impliquant son épouse