mis à jour le

Tunisie: reprise des pourparlers sous l'égide d'un syndicat

Le puissant syndicat tunisien UGTT a repris sa médiation mercredi entre l'opposition et le parti islamiste Ennahda qui dirige le gouvernement, dans l'espoir de trouver une issue à la crise politique dans laquelle le pays est enlisé depuis fin juillet.

Les représentants de l'UGTT recevaient mercredi à la mi-journée ceux du Front de salut national (FSN), une coalition d'opposants allant de l'extrême-gauche au centre-droit, a indiqué la centrale syndicale sur sa page Facebook.

Dans l'après-midi, le secrétaire général du syndicat, Houcine Abassi et le chef d'Ennahda, Rached Ghannouchi, doivent se rencontrer pour leur deuxième réunion de la semaine après qu'une première rencontre lundi n'a donné lieu à aucune percée.

Les deux camps ont clairement signifié ne pas vouloir reculer sur leurs revendications respectives, près d'un mois après l'assassinat le 25 juillet du député Mohamed Brahmi, attribué à la mouvance jihadiste et à l'origine de la crise actuelle.

Ennahda propose un gouvernement d'union nationale élargi à un maximum de partis, alors que l'opposition réclame encore et toujours un cabinet apolitique de technocrates ainsi que la dissolution de l'Assemblée nationale constituante (ANC).

L'UGTT, qui a adopté une position médiane en militant pour un gouvernement apolitique et le maintien de l'ANC, s'est retrouvé à contre-c½ur dans le rôle du médiateur après que le président de la Constituante a gelé les travaux de l'Assemblée le 6 août en demandant au syndicat d'amener les islamistes et les opposants vers un compromis.

Le FSN a pour sa part prévu une "semaine du départ" à compter de samedi pour arracher, via des manifestations, le départ du gouvernement actuel.

Le gouvernement est accusé d'avoir failli sur le plan sécuritaire face à l'essor de la mouvance jihadiste, mais aussi dans le domaine économique, alors que les revendications sociales étaient au c½ur de la révolution de janvier 2011.

Un premier cabinet dirigé par Ennahda avait déjà été poussé à la démission après l'assassinat de l'opposant Chokri Belaïd en février.

AFP

Ses derniers articles: L'Église craint que la RDC sombre dans "une situation incontrôlable"  Bénin: RSF dénonce la suspension de quatre médias en 48 heures  La longévité politique des chefs d'État africains 

pourparlers

AFP

Burundi: pourparlers entre gouvernement et opposition en Ouganda

Burundi: pourparlers entre gouvernement et opposition en Ouganda

AFP

Yémen: pourparlers de paix en Suisse le 15 décembre

Yémen: pourparlers de paix en Suisse le 15 décembre

AFP

Libye: "quelques semaines" pour conclure les pourparlers de paix

Libye: "quelques semaines" pour conclure les pourparlers de paix

syndicat

AFP

Egypte: 2 ans de prison pour le président du syndicat de la presse

Egypte: 2 ans de prison pour le président du syndicat de la presse

AFP

Crash d'Air Algérie: les pilotes étaient mal formés, dénonce un syndicat

Crash d'Air Algérie: les pilotes étaient mal formés, dénonce un syndicat

AFP

Afrique du Sud: le syndicat des métallos conteste son exclusion du Cosatu

Afrique du Sud: le syndicat des métallos conteste son exclusion du Cosatu