mis à jour le

Somalie: deux Somaliens tués et une Suédoise blessée par balles

Une ressortissante suédoise a été blessée et deux Somaliens qui l'accompagnaient tués par des tireurs qui ont ouvert le feu sur leur véhicule mercredi à Mogadiscio, ont annoncé à l'AFP un responsable de la police somalienne et Stockholm.

"Un garde du corps et le chauffeur ont été tués, un femme d'origine étrangère a été blessée quand des hommes armés les ont attaqués", a déclaré Abdi Mohamed, un responsable de la police.

Le ministère suédois des Affaires étrangère a confirmé à l'AFP la nationalité suédoise de la victime étrangère, sans toutefois révéler son identité et les raisons de son séjour à Mogadiscio, une des villes les plus dangereuses au monde où les étrangers ne se déplacent que sous escorte armée.

"Une Suédoise a été blessée par balle à Mogadiscio et elle se trouve à l'hôpital de campagne de l'Union africaine à Mogadiscio. Elle a été en contact avec notre ambassadeur à Nairobi (accrédité également pour la Somalie) pour préparer son transfert médical vers Nairobi", a indiqué à l'AFP la porte-parole du ministère des Affaires étrangères, Lena Tranberg.

"Elle a été blessée par balle mais a pu parler avec l'ambassadeur", a précisé la porte-parole.

La Suède est l'un des pays européens qui accueillent le plus de réfugiés somaliens. En 2012, 5.644 d'entre eux y ont demandé l'asile politique.

Shamso Ismail, un témoin a indiqué à l'AFP avoir "vu des hommes armés à bord d'une voiture ouvrir le feu sur une autre, occupée par une femme blanche".

"Un de ses gardes du corps a été tué, ainsi que son chauffeur. Je ne sais pas s'ils (les tireurs) tentaient de kidnapper la femme, mais ils se sont enfuis après les tirs", a-t-il ajouté.

Selon un autre témoin, Muktar Nure, la femme blessée, "en sang, a été transportée à l'hôpital".

L'attaque n'a pas été revendiquée.

La Somalie est privée d'autorité centrale depuis la chute du président Siad Barre en 1991 et livrée depuis aux chefs de guerre, gangs et groupes islamistes.

La situation sécuritaire s'est améliorée ces deux dernières années dans la capitale somalienne, zone de front et théâtre d'intenses combats jusqu'au retrait en août 2011 des shebabs chassés par les soldats de la Force de l'Union africaine (Amisom).

Mogadiscio reste néanmoins le lieu régulier d'assassinats et d'attentats, attribués aux shebab qui contrôlent toujours de larges zones rurales du sud et du centre de la Somalie.

Mi-août les insurgés islamistes somaliens avaient revendiqué un attentat suicide à la voiture piégée contre une annexe de l'ambassade de Turquie dans la capitale somalienne, tuant un policier turc et un passant somalien.

En juin, un commando shebab incluant des kamikazes ceints d'explosifs avait réussi à pénétrer dans l'enceinte du principal complexe de l'ONU à Mogadscio, tuant neuf personnes, dont six employés de l'ONU - une Kényane, deux Sud-africains et trois Somaliens.

AFP

Ses derniers articles: Mondial-2026  Démantèlement d'un réseau d'immigration clandestine entre la France et le Sénégal  Nigeria: pénurie de vaccin en pleine épidémie de méningite 

Somaliens

AFP

Etats-Unis: les Somaliens du Minnesota ont peur des représailles

Etats-Unis: les Somaliens du Minnesota ont peur des représailles

AFP

L'UA reconnaît le meurtre de civils somaliens lors d'un mariage

L'UA reconnaît le meurtre de civils somaliens lors d'un mariage

AFP

Obama appelle

Obama appelle