mis à jour le

Journée mondiale de l’aide humanitaire à Mopti : LE RAPPEL DES BESOINS D’ASSISTANCE

Ils se déclinent en un renforcement de l'accès à l'eau, à l'éducation et à la santé pour les communautés dans le nord aussi bien pour celles qui n'ont jamais quitté leurs lieux d'origine que pour les déplacées et retournées

La salle de conférence du gouvernorat de Mopti a accueilli lundi, la célébration de la 10ème  édition de la Journée mondiale de l'aide humanitaire sur le thème : « Le monde a besoin de plus de... ». L'évènement présidé par Moumouni Damango, représentant le gouverneur de région, s'est déroulé en présence du conseiller coordinateur de terrain du Bureau des Nations unies pour la coordination des affaires humanitaires (OCHA) – Mopti, Bony MPakan, des responsables des agences du système des Nations Unies, des Ong partenaires, de celles évoluant dans le domaine de l'humanitaire, des chefs de services techniques régionaux et des représentants des confessions religieuses.

Moumouni Damango a salué la première célébration de la Journée mondiale de l'aide humanitaire dans la région de Mopti. Il a remercié les Nations Unies et aux Ong évoluant dans l'humanitaire dont le concours a permis à notre pays de tenir le coup durant l'occupation du septentrion. « Cette journée mérite d'être célébrée pour rappeler les immenses besoins d'assistance de plusieurs millions de Maliens, mais aussi de saluer le travail abattu au quotidien par les acteurs humanitaires », a-t-il indiqué. Il a souligné le besoin urgent de renforcer l'accès à l'eau, l'éducation et la santé pour les communautés du nord aussi bien pour celles qui n'ont jamais quitté leurs lieux d'origine que pour les personnes déplacées et celles qui sont retournés chez elles, particulièrement dans les cercles de Douentza, Ténenkou et Youwarou en 5ème Région. Au delà  du défi de la relance durable de notre pays qui se poursuit avec le retour des fonctionnaires et la remise en route des services  de base, une autre grande préoccupation réside dans l'insécurité alimentaire et la malnutrition qui sévissent dans les pays du Sahel. Le Mali a donc toujours besoin de l'appui des humanitaires et des partenaires techniques et financiers, a insisté Moumouni Damango.

Le coordinateur du bureau OCHA-Mopti a fait l'historique de la journée, et expliqué la symbolique du 19 août et les principes fondateurs de l'aide humanitaire. Bony Mpakan a précisé que la symbolique du 19 aout est liée à l'attentat à la bombe perpétré contre le bureau des Nations unies en Irak le 19 août 2003, faisant 22 morts dont le représentant spécial des Nations Unies, Sergio Vieira de Mello. La célébration de cette journée vise à honorer ceux qui ont été tués ou blessés en portant secours à ceux qui sont dans le besoin, mais également ceux qui continuent d'apaiser la détresse et les souffrances de millions d'autres. Elle a aussi pour objectif de sensibiliser l'opinion publique aux besoins humanitaires dans le monde et à l'importance de la coopération internationale pour y répondre.

Les organisations non gouvernementales, partenaires et les services techniques regroupés au sein des sous clusters santé, éducation, protection, sécurité alimentaire, nutrition et le sous cluster abris, ont tour à tour présenté les différentes activités menées, les succès,  les contraintes, et les perspectives. Malgré les gros efforts consentis par l'Etat et ses partenaires, au regard des chiffres présentés par la Commission mouvement des populations membres du sous cluster protection, beaucoup reste à faire. Selon des données datant de juin 2013, 39.605 personnes déplacées issues de 5.382 ménages sont toujours présentes dans la région dont 1.806 enfants séparés de leurs parents, 139 femmes enceintes, 770 allaitantes, 460 personnes chroniquement malades, 219 personnes en situation de handicap et  106 enfants non accompagnés.

Face à ce tableau encore sombre, les acteurs humanitaires souhaitent le renforcement de la synergie d'actions des intervenants, l'orientation des partenaires vers les districts sanitaires de Youwarou et Ténenkou, le renforcement la couverture de la région en site ETME et l'assurance d'un soutien au retour des déplacés et des refugiés. Le forum a aussi demandé une analyse approfondie de la problématique des enfants mendiants ou talibés.

Le coordinateur du bureau OCHA-Mopti s'est dit satisfait de la qualité des débats et des résultats atteints malgré la complexité de la situation d'ensemble. Face à l'évolution de la situation, nous devons réorienter nos actions afin de nous adapter. Cela nous commande d'accompagner le retour des déplacés et des refugiés et la pacification de leur cohabitation avec ceux qui sont restés sur place avec au centre des actions la réhabilitation des structures sociales de base, a précisé Bony Mpakan.

D. COULIBALY

AMAP – Mopti

L'essor

Ses derniers articles: Mopti : Transport de viande, un casse-tête sanitaire  Promotion de la femme : RACHELLE DJANGONE MIAN S’EN VA  Sécurité alimentaire : DES CEREALES A 

humanitaire

AFP

Maiduguri, carrefour humanitaire en terre de Boko Haram

Maiduguri, carrefour humanitaire en terre de Boko Haram

AFP

Centrafrique: la situation humanitaire est "alarmante"

Centrafrique: la situation humanitaire est "alarmante"

AFP

Au Soudan du Sud, Aburoc, une ligne de front humanitaire

Au Soudan du Sud, Aburoc, une ligne de front humanitaire

Mopti

AFP

Mali : 72 morts dans l'accident de pirogue dans la région de Mopti

Mali : 72 morts dans l'accident de pirogue dans la région de Mopti

La Rédaction

Mopti : Transport de viande, un casse-tête sanitaire

Mopti : Transport de viande, un casse-tête sanitaire

La Rédaction

Mopti : A COUTEAUX TIRES

Mopti : A COUTEAUX TIRES