mis à jour le

Naufrage au large des îles de Kerkennah: témoignage d’un des réfugiés

[Texte de Djibril Diallo traduit de l'arabe par Nadia Aari.]

240 réfugiés ont été retrouvés dans les eaux territoriales tunisiennes au large des îles de Kerkennah, après trois jours en mer, durant la nuit du 17 au 18 août. Les rescapés ont été retrouvés dans un état physique et psychologique critique. Parmi ces derniers se trouvent également des femmes et des enfants, dont des nourrissons.

L'embarquement a eu lieu dans la ville libyenne de Tajoura, sans la présence d'un capitaine professionnel. D’après les rescapés, les passeurs de l'immigration clandestine en Libye avaient également pour rôle de former leurs "clients", c-à-d les 'Haragas', avant de les laisser face à leur destin, au large de la Méditerranée.

Chaque clandestin a du payer 1500 $ afin d'accéder à l’embarcation. Malgré cela, ils déclarent avoir subi de mauvais traitements.

Le correspondant de Nawaat a rencontré l'un des rescapés, Monedar Bur Achille, originaire du Congo-Kinshasa, qui nous livre son témoignage sur le naufrage et le sauvetage.

C'est grâce à un pêcheur tunisien que l'embarcation endommagée, transportant les clandestins terrorisés, a pu être secourue au large des îles de Kerkennah. Certains des réfugiés s'étaient jetés à l'eau afin de pousser l'embarcation vers la mer, mais en vain. Après avoir tout tenté, un des clandestins, provenant du camp de Choucha, a alors contacté le Forum Tunisien des Droits Economiques et Sociaux (FTDES) pour leur demander leur aide. Le FTDES a contacté la Marine italienne qui a confirmé que l'embarcation se trouvait dans les eaux territoriales tunisiennes. La Marine nationale tunisienne a finalement pris le relais en lançant des recherches qui ont permis de trouver et secourir les rescapés grâce à l'aide du pêcheur tunisien.

Les 240 réfugiés rescapés ont été pris en charge par le Haut Commissariat des Réfugiés (HCR), le Croissant Rouge tunisien et l'Organisation Internationale de Secours Islamique et se trouvent à l'heure actuelle dans un foyer universitaire dans la ville de Medenine.

Certains des rescapés souhaitent tout de même retourner en Libye afin de ré-embarquer clandestinement vers l'Europe. D'autres ont exprimé leur volonté de repartir vers leur pays d'origine, alors qu'une partie voudrait obtenir le statut de réfugiés en Tunisie.

Lire aussi: Le Secrétariat d'Etat à l'Immigration accusé d'être anti-démocratique

Nawaat

Ses derniers articles: Peut-on (encore) se passer des banques au quotidien en Tunisie?  En Tunisie, le "plus grand drapeau au monde" ne fait pas l’unanimité  Tunisie-Union européenne: une mise sous tutelle déguisée 

naufrage

AFP

Ouganda: dix mort dans un naufrage sur le lac Albert

Ouganda: dix mort dans un naufrage sur le lac Albert

AFP

Environ 6.055 migrants secourus en mer et 9 morts, 3 ans après le naufrage de Lampedusa

Environ 6.055 migrants secourus en mer et 9 morts, 3 ans après le naufrage de Lampedusa

AFP

La gauche marocaine, ou l'histoire d'un long naufrage

La gauche marocaine, ou l'histoire d'un long naufrage

îles

AFP

Seychelles: trois îles aux urnes pour le second tour de la présidentielle

Seychelles: trois îles aux urnes pour le second tour de la présidentielle

Niger

Des milliers de personnes évacuées des îles du lac Tchad par crainte de Boko Haram

Des milliers de personnes évacuées des îles du lac Tchad par crainte de Boko Haram

AFP

Les îles du lac Tchad, repaire des Boko Haram en déroute

Les îles du lac Tchad, repaire des Boko Haram en déroute

témoignage

AFP

Tibéhirine: vingt ans après, le témoignage est toujours vivant

Tibéhirine: vingt ans après, le témoignage est toujours vivant

AFP

Procès Pistorius: nouveau témoignage dérangeant, la défense demande une pause

Procès Pistorius: nouveau témoignage dérangeant, la défense demande une pause

Buzz

Ecoutons le témoignage du «père de la putain»

Ecoutons le témoignage du «père de la putain»