mis à jour le

Winnie Mandela annonce un concert hommage pour les 70 ans de son époux emprisonné, Johannesburg, 17 juillet 1988 / REUTERS
Winnie Mandela annonce un concert hommage pour les 70 ans de son époux emprisonné, Johannesburg, 17 juillet 1988 / REUTERS

Nelson Mandela, la prison et la musique

Le site de la BBC revient sur un documentaire qui examine la place de la musique dans la vie de l'ancien leader sud-africain.

«La musique est une grande bénédiction (…) qui a le pouvoir de nous élever et nous libérer», affirme Nelson Mandela. La musique a toujours tenu une grande place dans sa vie personnelle et politique. C’est ce que retrace le documentaire Music for Mandela, réalisé en 2011 par le canadien Jason Bourque.

BBC Afrique revient sur les origines de ce film hommage à l’ancien président sud-africain, actuellement hospitalisé à Pretoria depuis plus de deux mois. En 1988, le réalisateur assiste à la retransmission télévisée du concert organisé à Londres pour les 70 ans du leader de la lutte anti-apartheid, relate l’article. Pour lui, c’est cet événement qui a permis de toucher la conscience collective pour la sensibiliser à la détresse de Mandela et des Sud-africains.

Marqué par ce «souvenir indélébile», le cinéaste mûrit pendant plusieurs années son projet de film. Entrecoupé d’interviews et de performances musicales, Music for Mandela sera tourné pendant plus de six mois en Afrique du Sud, au Canada et au Royaume-Uni, précise le site.

La BBC explique comment la musique est devenue une arme pour Nelson Mandela pendant son long séjour en prison. Il chante pour remonter le moral de ses co-détenus, organise des concerts de Noël avec les autres prisonniers, entonne des chants subversifs…

D’après l’article, certains disques sont d’ailleurs interdits dans le pays, comme The Wall de Pink Floyd. Mais le documentaire décrit comment ils parviennent malgré tout aux oreilles des sud-africains par les radios clandestines, les cassettes enregistrées…

«La musique fait partie de notre culture et c’est aussi ce qui nous a permis de continuer à lutter», affirme dans le film Bambatha Mandela, rappeur et petit-fils de l’icône emprisonnée. «La musique a permis au nom de Mandela de perdurer dans l’histoire», ajoute Jonas Gwangwa, un ancien jazzman sud-africain exilé pendant l’apartheid.

Lu sur BBC Africa

Slate Afrique

La rédaction de Slate Afrique.

Ses derniers articles: Les villes africaines qui vont compter  Et c'est reparti pour cinq ans (en théorie)  Le non-printemps algérien 

Nelson Mandela

Procès Pistorius

Au-delà de la fièvre médiatique

Au-delà de la fièvre médiatique

Vestiges

Kleinfontein, les nostalgiques de l'apartheid

Kleinfontein, les nostalgiques de l'apartheid

Adieux

«Le Moïse du monde»

«Le Moïse du monde»

musique

Showbiz

Elle rêve d'évincer Rihanna

Elle rêve d'évincer Rihanna

Roots

Erik Aliana, chanteur des épopées oubliées

Erik Aliana, chanteur des épopées oubliées

Black Pride

La culture noire n'a pas attendu les Oscar

La culture noire n'a pas attendu les Oscar

documentaire

Avenir

Ce que les jeunes Algériens disent de Bouteflika

Ce que les jeunes Algériens disent de Bouteflika

AFP

"Big Men", un documentaire sur la production de pétrole en Afrique de l'Ouest

"Big Men", un documentaire sur la production de pétrole en Afrique de l'Ouest

La rédaction

«Libido», le documentaire qui brise les tabous en Egypte

«Libido», le documentaire qui brise les tabous en Egypte