mis à jour le

Centre piscicole de Bagré : Un cadre de production de poissons à grande échelle

Le pôle de croissance de Bagré dispose d'un centre piscicole qui met sur le marché, environ 90 tonnes de poissons frais chaque année. Ce centre, nous l'avons découvert le 10 août dernier à l'occasion du lancement par le Premier ministre, de la campagne de reboisement à Bagré. Avec Oumar Sirima, l'adjoint au responsable dudit centre, nous avons pu être situé sur son objectif majeur qui se rapporte à la création d'un environnement favorable à la production de poissons à grande échelle.

Le centre piscicole de Bagré a trois unités d'activités. En effet, le centre assure la formation de techniciens en aquaculture de façon générale mais surtout en pisciculture, produit et du poisson, et des aliments pour volailles et poissons. La production d'aliments pour bétail y est également prévue.

Au niveau de l'unité de production de poissons marchands, précise Oumar Sirima, « nous produisons les alevins et du poisson marchand ». Et de confier, « nous avons une production annuelle d'environ 90 tonnes », indépendamment d'un objectif de production arrêté. Mais on ne vend pas du poisson sur le site.

Après une brève séance de présentation théorique du centre, Oumar Sirima a guidé ses hôtes du jour dans le cadre de la visite. Première étape, visite de l'unité de production d'aliments. C'est une grande salle abritant une installation de machine à hauteur du toit. Là, M. Sirima donne la composition des aliments servis aux poissons. Il s'agit « du soja principalement, de la farine de poisson, du son de riz, de la graisse des brasseries, de la farine de blé, de vitamines, de sels minéraux ».

Ce sont ensuite les bassins de production de poissons qui retiendront l'attention des visiteurs du jour. Au total, il y a 35 bassins sur le site. On voit les poissons à même la surface de l'eau, à l'endroit où les aliments sont aspergés. Ce sont essentiellement des tilapias, encore appelés carpes.

Et pendant que les poissons sont l'objet d'admiration, le guide, assailli au même moment de questions, décrit les étapes de leur production : « Les larves sont élevés dans de petits bassins jusqu'à avoir 5 à 10 grammes, avant d'être amenées dans des bassins plus grands afin qu'elles continuent leur croissance. A 30 grammes, on va les pêcher et sélectionner les mâles pour les amener dans l'unité de production de poissons et les nourrir jusqu'à atteindre la taille commercialisable ».

Le centre produit aussi des silures, à en croire M. Sirima. Par bassin, « on peut avoir 5 à 6 tonnes de poissons dans l'intervalle de 10 mois », a confié le guide. Et les bassins sont renouvelés en eau périodiquement.

L'ambition majeure des responsables du centre, c'est, précise M. Sirima, « surtout créer un environnement favorable à la production de poissons au Burkina ».

Fulbert Paré

Lefaso.net

production

AFP

Afrique subsaharienne: forte croissance de la production agricole attendue d'ici 2027

Afrique subsaharienne: forte croissance de la production agricole attendue d'ici 2027

AFP

Le Zimbabwe légalise la production du cannabis

Le Zimbabwe légalise la production du cannabis

AFP

AfSud: baisse de 20,4% de la production de vin en 2018

AfSud: baisse de 20,4% de la production de vin en 2018

poissons

AFP

Moins de poissons au lac Tanganyika: le réchauffement climatique en cause

Moins de poissons au lac Tanganyika: le réchauffement climatique en cause

AFP

Nigeria: Boko Haram tue 48 vendeurs de poissons

Nigeria: Boko Haram tue 48 vendeurs de poissons

Actualités

Teboulba-Monastir : 70 tonnes de poissons endommagées et jetées en mer

Teboulba-Monastir : 70 tonnes de poissons endommagées et jetées en mer