mis à jour le

Sécurité et retour des réfugiés à Tombouctou : LES ASSURANCES DU COLONEL SANGARE

Le chef des opérations militaires pour la Région de Tombouctou, le colonel Kéba Sangaré, a animé la semaine dernière un point de presse. Cette rencontre avec les médias s'est déroulée au camp fort Cheick Sidi Bekaye de Tombouctou. Elle a été essentiellement consacrée à la situation sécuritaire dans la région. Le cas du vieux Abdallah Ag Mohamed Ibrahim tué récemment à Léré a été largement évoqué au cours de la rencontre. Le colonel Kéba Sangaré a vigoureusement démenti toute implication de l'armée dans la mort du vieil homme.

Au contraire, a-t-il soutenu, c'est  l'armée qui est en train de faciliter le retour des refugiés et des déplacés en plus de sa mission de protection de  toutes les populations. Selon plusieurs sources concordantes, Abdallah Ag Mohamed Ibrahim aurait été lynché par des habitants de la localité. Ce sont les gendarmes qui sont intervenus pour soustraire la victime  des coups des ses agresseurs et le transporter  au centre de santé communautaire de la localité. C'est là qu'il a succombé à ses blessures 3 heures plus tard. « C'est inadmissible. Il était avant tout un citoyen malien », a réagi le commandant de la 5è zone militaire, en annonçant que des missions sont  dépêchées sur place et que les enquêtes ont commencé pour faire toute la lumière sur cette affaire afin que le ou les auteurs répondent de leurs actes devant la justice.

« Il ne s'agit pas d'un problème entres personnes de peau blanche et de peau noire. Il y a des actes isolés de vengeance perpétrés  par des individus. La réalité sur le terrain  nous apprend beaucoup de choses. Souvent, des gens pour des histoires banales ou de vieux contentieux, dénoncent d'autres personnes. J'insiste auprès de la population pour éviter les amalgames. Force doit rester à la loi », a insisté le colonel Sangaré.

Il a révélé au passage qu'à la faveur de patrouilles organisées pour  la sécurisation des opérations de vote lors du second tour de l'élection présidentielle, deux individus en possession d'armes de guerre ont été arrêtés dans la zone de Ber. Ils sont en train d'être entendus puis seront remis à la justice.

Le chef des opérations militaires dans la Région de Tombouctou a expliqué que l'armée ne se contente pas d'assurer son rôle classique de sécurisation du territoire. Elle porte une assistance multiforme à la population. C'est ainsi que les militaires organisent des sorties pour récupérer des gens égarés dans le désert entre les dunes de sable  et les ramener en ville. L'armée facilite  aussi le retour des populations sur leur site d'origine. Elle prend en charge de nombreux malades et assiste d'autres personnes en difficulté.

Revenant sur les événements tragiques de Léré qu'il a qualifié d'acte « ignoble et barbare  d'une autre époque », Kéba Sangaré a demandé à la population de rester sereine et de ne pas céder aux provocations. Il lui a recommandé d'informer les forces armées et de sécurité de la présence de toute personne au comportement suspect afin qu'elle soit arrêtée, entendue et transmise à la justice qui a compétence pour innocenter ou condamner.

Le colonel Sangaré a assuré que toute personne refugiée ou déplacée qui veut revenir chez elle, bénéficiera de l'accompagnement de l'armée. Mais certains réfugiés auraient peur de revenir car ayant des parents ou des enfants  impliqués dans les mouvements armés. Interrogé sur cette situation, Kéba Sangaré a répondu que chacun  doit répondre individuellement de ses actes. Toute une famille ne saurait donc être inquiétée pour les agissements d'un de ses membres.

Par ailleurs, l'officier a félicité les forces armées et de sécurité pour le professionnalisme avec lequel elles ont sécurisé les scrutins présidentiels dans les 1330 bureaux de vote que compte la  Région de Tombouctou. Il leur a demandé d'être en permanence sur le terrain et de ne pas céder à la routine, car l'opération militaire n'est pas achevée. Il y a encore beaucoup de boulot à faire : il faut sécuriser le territoire, les populations et leurs biens, les services publics,  faciliter le retour des refugiés et des déplacés.

Pour le cas des refugiés,  a indiqué Kéba Sangaré, l'armée a même  devancé les organisations humanitaires en contactant des responsables de camps de refugiés, des chefs de fraction et de village pour recenser les candidats au retour afin de leur ouvrir des couloirs de passage. Et cette opération se déroule avec succès, a-t-il assuré.

M. SAYA

AMAP-Tombouctou

L'essor

Ses derniers articles: Mopti : Transport de viande, un casse-tête sanitaire  Promotion de la femme : RACHELLE DJANGONE MIAN S’EN VA  Sécurité alimentaire : DES CEREALES A 

sécurité

AFP

Centrafrique: l'impossible retour à la normale

Centrafrique: l'impossible retour à la normale

AFP

La Tunisie veut croire en une embellie durable de sa sécurité

La Tunisie veut croire en une embellie durable de sa sécurité

AFP

Attentat de Sousse en Tunisie: six agents de sécurité inculpés

Attentat de Sousse en Tunisie: six agents de sécurité inculpés

retour

AFP

Nigeria: le président Buhari de retour après 2 mois d'absence

Nigeria: le président Buhari de retour après 2 mois d'absence

AFP

Le peintre Delacroix de retour au Maroc en 2020

Le peintre Delacroix de retour au Maroc en 2020

AFP

RDC: retour le 11 mars de la dépouille de Tshisekedi

RDC: retour le 11 mars de la dépouille de Tshisekedi

réfugiés

AFP

Le Cameroun a rapatrié "de force" plus de 2.600 réfugiés nigérians

Le Cameroun a rapatrié "de force" plus de 2.600 réfugiés nigérians

AFP

Au Soudan, les humanitaires débordés par l'afflux de réfugiés

Au Soudan, les humanitaires débordés par l'afflux de réfugiés

AFP

Soudan: plus de 30.000 réfugiés sud-soudanais depuis début 2017

Soudan: plus de 30.000 réfugiés sud-soudanais depuis début 2017