mis à jour le

Le gouvernement égyptien décide l’interdiction des

Pour mettre fin à la montée de la justice de rue, le ministère égyptien de l’Intérieur a prononcé dimanche 18 août l’interdiction des comités populaires. Depuis le début des heurts, ces « comités populaires » de quartiers s’en prennent parfois physiquement à ceux qu’elles considèrent comme étant des pro-Morsi.
Ces groupes d’auto-défense sont formés en général de jeunes armés qui s’en prennent depuis plusieurs jours aux partisans du président islamiste déchu Mohamed Morsi.
Le ministère affirme dans un communiqué avoir pris cette décision car ces groupes mènent « des actions illégales ». Dans plusieurs quartiers, des résidents membres de ces « comités » ont installé des barrages, fouillant les véhicules et vérifiant les papiers d’identité à l’entrée de leur quartier ou de leur rue. Ils s’en prennent régulièrement aux hommes portant la barbe et aux femmes vêtues du voile intégral, les accusant d’être pro-Morsi.
Ces groupes font craindre une montée de la justice de rue dans le pays profondément divisé entre pro-Morsi et partisans des nouvelles autorités suite à la destitution et l’arrestation de l’ex-chef de l’Etat le 3 juillet dernier.
Le gouvernement intérimaire a rétabli l’état d’urgence pour une durée d’un mois et un couvre-feu nocturne a été instauré dans 14 des 27 provinces d’Egypte, alors que des violences entre manifestants islamistes et forces de l’ordre ont fait plus de 750 morts en quatre jours.

gouvernement

AFP

Sénégal: le gouvernement espère une reprise dans les universités, maintien de la grève des étudiants

Sénégal: le gouvernement espère une reprise dans les universités, maintien de la grève des étudiants

AFP

Crise anglophone au Cameroun: les USA accusent gouvernement et séparatistes d'exactions

Crise anglophone au Cameroun: les USA accusent gouvernement et séparatistes d'exactions

AFP

Mayotte: le gouvernement s'apprête

Mayotte: le gouvernement s'apprête