mis à jour le

Les dernières nominations à la tête des radios mises en question

Le Syndicat National des Journalistes Tunisiens ( SNJT )vient de publier en ce samedi un communiqué dans lequel il met en question les récentes nominations à la tête de certaines radios nationales et régionales .( voir bas de page )

En effet, le SNJT a exprimé son refus concernant ces nominations précisant que la présidence du gouvernement provisoire devrait consulter la HAICA avant d'effectuer une nomination quelconque.

Le SNJT a ajouté qu'au moment où les gens du métier attendaient du gouvernement actuel la mise en place d'une feuille de route dans un cadre de partenariat pour assainir le secteur médiatique et répondre aux attentes du citoyen, il constate que le gouvernement prend la fuite en avant et fait exprès d'avorter le travail de la HAICA en faisant la sourde oreille quant à pareilles nominations.

Le syndicat a par ailleurs rappelé les pratiques douteuses de certains responsables à la tête de la radio nationale, qui recourent aux mêmes modes opératoires que sous l'ancien régime, prévenant et responsabilisant ainsi le gouvernement provisoire des fâcheuses conséquences pouvant en découler.
Les nouvelles nominations publiées vendredi 16 août 2013 au soir
- Mongi Mabrouki à la tête de la Radio Nationale
- Jémil Ben Ali à la tête de la Radio Culturelle
- Hathémi Issaoui à la tête de Radio Jeunesse,
- Héla Souidi à la tête de Radio régionale de Gafsa
et enfin Sami Belhaj à la tête de Radio régionale de Tataouine

Tunisie Focus

Ses derniers articles: Dimanche , Ban Ki-moon a reçu le rapport des enquêteurs de l’ONU en Syrie  Une météorite tombe  Journée internationale de la démocratie . Bla-bla-bla chez les arabes 

radios

AFP

Mali: les radios privées contre la fermeture de 47 d'entre elles

Mali: les radios privées contre la fermeture de 47 d'entre elles

AFP

Gambie: trois radios privées fermées sur ordre des autorités

Gambie: trois radios privées fermées sur ordre des autorités

AFP

Burundi: avec la destruction des radios privées, la presse est un champ de ruines

Burundi: avec la destruction des radios privées, la presse est un champ de ruines