mis à jour le

Un couscous contre un ipad

Les 31 lauréats du concours «Cuisinez, prenez une photo et repartez avec un cadeau !» lancé par le groupe agroalimentaire Benamor se sont vu décerner, jeudi, leur prix à l'hôtel Sofitel. Mon préféré, celui aux abricots secs, avec des amandes et une touche de cannelle», pour la candidate n°23. «Moi j'ai opté pour le traditionnel, sauce blanche algéroise», pour la n°27. En fait, la recette importait peu : le grand concours national du «plus beau couscous» lancé pour la première fois par le groupe Benamor récompensait avant tout le plat le plus esthétique, but du jeu : diffuser sur facebook des images salivantes de couscous Benamor. Ils étaient 185 jeunes à s'activer en cuisine, puis derrière l'écran de leur ordinateur, pour faire monter les mentions «j'aime», le groupe Benamor ne récompensant que les 31 photos les plus «likées». Cuisiniers en herbe derrière les fourneaux ? Pas vraiment leur profil. Les 31 gagnants sont d'abord des challengers : «La compétition était vraiment rude», confie Mehdi, 16 ans, le benjamin du concours. Avec ses cousines, ils se sont serrés les coudes : «On a posté notre photo au début du Ramadhan et il a fallu tenir jusqu'à l'Aïd. On ne mangeait plus, on ne dormait pas. On carburait au Redbull, objectif : rester éveillés derrière l'ordinateur pour faire monter les likes», explique-t-il. Les cousines, Zahra et Qatan, renchérissent : «C'était tellement prenant qu'on n'a rendu visite à personne pendant l'Aïd. Accorder dix minutes à la famille, c'était perdre trois places au classement.» Entièrement dévoués à leur concours, les jeunes en oublient presque les valeurs radamanesques. Un paradoxe qu'a accepté leur père. «Même les morts, ils n'en avaient rien à faire. L'Aïd, ils l'ont fait en tête à tête avec l'ordinateur», confirme-t-il avec un sourire résigné. En fait, la plupart des jeunes n'ont même pas réalisé eux-mêmes le couscous gagnant et ont délégué la tâche à leur mère ou à leur grand-mère. Un détail que relève Zahra, étudiante en médecine n°24 du classement : «Lorsque j'ai vu l'intitulé du concours, je me suis dit, ''Enfin quelque chose pour nous les femmes''. Mais pas du tout, et pour preuve il y a eu plus de gagnants que de gagnantes. La préparation du couscous importait peu, c'est les réactions sur facebook qui ont fait la différence.» Une vérité que le n°2 du podium avoue sans complexe : «C'est ma mère qui a fait le couscous, j'ai juste acheté les ingrédients.»  Un concours un peu dénaturé ? Les 31 jeunes ne semblent pas de cet avis et sont ravis de recevoir leur tablette ipad pour récompenser leur dur labeur, dans le luxueux hôtel Sofitel. Ils ont été d'ailleurs mielleusement félicités par le groupe Benamor, qui a vu sa cote de popularité s'envoler sur facebook grâce au concours. «C'est extra, on est passé de 4000 à 82 000 fans sur facebook», affirme, réjouie, Mme Hamidi, la responsable de la communication. Allégresse générale autour du buffet de petits fours, les jeunes rêvent déjà à de nouvelles nuits blanches après la promesse du groupe d'organiser bientôt de nouveaux jeux.

El Watan

Ses derniers articles: Programme AADL 2 : les résultats communiqués  Tizi Ouzou : Les retraités de l‘ANP s’organisent  Sellal : Les visites de terrain n'ont rien 

couscous

Vu d'Oran

Les  mystères de Paris

Les mystères de Paris

Humour

La drôle de recette du couscous québécois

La drôle de recette du couscous québécois

iPad

Neila Latrous

En France, un iPad contre un emploi

En France, un iPad contre un emploi

Ahmed Bellasri - Lemag

Etude: Le vocabulaire de moins en moins riche pour la génération iPad

Etude: Le vocabulaire de moins en moins riche pour la génération iPad

Ahmed Bellasri - Lemag

Etude: Le vocabulaire de moins en moins riche pour la génération iPad

Etude: Le vocabulaire de moins en moins riche pour la génération iPad