mis à jour le

Les Indiens en RD Congo (suite et fin)

La minoterie African Milling Company Congo (fabrication de farine de maïs), du groupe Somika, à Kinsevere au Katanga|Photo : Muriel Devey(AEM)

Supermarchés, hôtellerie et industrie pharmaceutique

Avec les Libanais, les Indiens contrôlent, en outre, la plupart des supermarchés et des supérettes. Leurs enseignes ? Kin Mart, Kin Marché, Regal (Sanzi), GG Market (centre commercial Kin Mazières), S&K et autres à Kinshasa, Jambo Mart et Liberty (Ma Maison) à Lubumbashi. Sans compter les innombrables petites boutiques qu'ils tiennent un peu partout. Ils sont également présents dans les services (agences de voyages et de tourisme Jeffery Travel et Satguru), dans le fret aérien, avec Services Air, créé en 2003 par Harish Jagtan dont l'aventure dans le transport de passagers, via sa compagnie Stella Airways, a toutefois tourné court. Ou encore dans les prestations passage à l'aéroport assurées par Asem (Rashid Patel), la gestion d'entrepôts et le dédouanement (Pacific Trading à Kasumbalesa). Autre secteur prisé, l'hôtellerie. De rares hôtels de grand standing comme le Royal (famille Manji), mais une foule de petits établissements hôteliers sinon construits mais du moins gérés par des Indiens.

Dans la filière pharmaceutique, les Indiens dament le pion aux rares fabricants et importateurs congolais et chinois. Et pour cause. L'Inde, d'où ils importent leurs produits, est devenue le grand producteur mondial de génériques. Parmi les leaders de la filière, on peut citer Zenufa Laboratoires et Zenith Pharmaceuticals du groupe Zenufa, très implanté en Afrique et qui possède une usine de fabrication de génériques à Puna (État du Maharashtra) en Inde, ainsi que Maison Verte et Prince Pharma (groupe Sanzi).

On retrouve les Indiens dans la petite industrie chimique et cosmétique (Marsavco, Dove Cosmetics), la fabrication de tôles (Solgakin), de barres de fer (Sotrafer), d'emballages (Tissakin de Syed Husain Irfan) et l'embouteillage d'eau minérale (Swista). Le groupe Rawji, pour sa part, s'est lancé, en partenariat avec le géant pakistanais Lucky Cement, dans la fabrication de ciment. La cimenterie, Nyumba Ya Akiba (NYA), est située dans la province du Bas-Congo.

Cap sur le secteur minier

De plus en plus d'Indiens investissent par ailleurs dans le secteur minier congolais (exploration et exploitation). Le groupe Shalina y est présent avec Socomex Congo et Chemical of Africa (Chemaf). Outre un gisement de cuivre et de cobalt à Ruashi, dans le Katanga, Chemaf, filiale à 99,98 % de Shalina Resources créée en 2001, compte une usine de raffinage de cuivre et une unité de fabrication d'acide sulfurique.

Le secteur attire aussi des Indiens établis en Afrique, au Moyen-Orient, en Inde ou au Canada. Parmi ces derniers figure la Société minière du Katanga (Somika), fondée en 2001 par Chetan Chug, devenue, au fil des ans, un groupe éponyme, composé de filiales et de joint-ventures. Somika possède une usine de traitement à Lubumbashi, dont la production d'environ 15'000 tonnes de cathodes de cuivre, 3'500 tonnes de cobalt métal, et de concentrés est alimentée par les gisements de cuivre et de cobalt de la Société de développement industriel et minier du Katanga, une joint-venture entre Somika (70 %) et Sodimico, et de Kisanfu Mining (Kimin), un partenariat entre Somika et la Gécamines - une ex-entreprise publique devenue une société commerciale à capitaux publics -, qui exploite un gisement de cuivre et de cobalt à Kolwezi. Mineral Mining Resources (MMR), filiale de Somika, dont le siège est à Kalemie (district du Tanganyika), est, pour sa part, actionnaire de la Société d'Exploitation de la Cassitérite au Katanga (Secakat), un partenariat créé en 2010 avec la Gécamines pour l'exploitation des réserves de cassitérite de la Luena, dans le nord du Katanga. MMR compte également plusieurs carrières dont l'exploitation est assurée par des creuseurs. En 2010, la signature, avec le Ministère provincial des Mines et des Affaires Foncières, d'un contrat d'encadrement de trois coopératives d'exploitants artisanaux, lui a permis, en effet, d'acquérir le monopole d'achat de la cassitérite et du coltan, sur les sites de Kisengo, Mai Baridi, Katonge et Lunda, en échange de son engagement à fournir un appui technique et des services sociaux aux exploitants et à renforcer la traçabilité des minerais. À Mitwaba (Haut Katanga) et à Manono (Tanganyika), MMR n'en est qu'au stade de l'exploration. Somika compte également un comptoir, Afromet, qui commercialise de la cassitérite dans le Nord Kivu.

Le groupe s'est par ailleurs diversifié dans l'agro-industrie, avec Terra qui produit du maïs et la minoterie African Milling Company Congo, au Katanga. Il intervient aussi dans la construction, avec TechnoConstruct, une entreprise qui fabrique des maisons et de petits immeubles en préfabriqué. Et dans la sous-traitance minière, via quatre de ses filiales : Sotrafer qui fabrique des barres de fer et produit de l'oxygène et de l'acétylène, Solutions for Africa qui fore des puits, Mining Engineery Services (MES), spécialisée dans la fourniture de solutions d'ingénierie et d'usines clé en main et Mining Chemical Suppliers (MCS) qui fournit des produits chimiques.

JPEG - 87.2 ko
L'immeuble Concorde, construit par le groupe Manji, à Kinshasa |Photo : Muriel Devey(AEM)

Établi à Vadodara (État du Gujarat) en Inde, le groupe Rubamin, l'un des leaders indiens de la transformation et de l'exportation d'oxyde de zinc, dirigé par Atul Dalmia, est présent en RDC via deux filiales : Rubaco, fondée en 2004, qui opère dans la recherche et l'exploitation minières à Likasi (Katanga) et Rubamin RDC, dont l'activité est tournée vers la pyrométallurgie à Lubumbashi.

Quant au groupe Jindal Steel & Power Ltd (JSPL), spécialisé dans les mines, l'électricité, le pétrole et la construction d'infrastructures, et très présent en Afrique, il compte deux filiales en RDC où il s'est implanté en 2005 : Jindal Minerals & Metals Africa Congo et Jindal RDC, partenaire de Kasaï Sud Diamant (KSD), aux côtés de New Terra -Z.

L'immobilier, un nouveau créneau

Les Indiens ne pouvaient pas passer à côté d'un créneau en plein essor, la promotion et la gestion immobilières, où opèrent notamment les familles Rawji (Parkland) et Manji (Grandes Constructions du Congo, Building Bloc et Simkha). Ainsi que les hommes d'affaires Harish Jagtani et Sajid Umedali Dhrolia (groupe Sanzi) associés dans Modern Construction Congo, qui a entrepris la construction de deux tours à la Gombe en bordure du fleuve Congo, dont l'une abritera un hôtel et l'autre des bureaux et des boutiques.

Tour porte à croire que les Indiens renforceront leurs positions en RDC, malgré une concurrence de plus en plus forte. Les clés de leur succès ? Une conjugaison de facteurs : leur savoir-faire, la présence ancienne de la communauté en RDC, qui a su constituer un vaste réseautage, facilite l'insertion du nouvel arrivant et fonctionne comme une source de financement, de main-d'½uvre, d'approvisionnement, d'information et de conseils, voire de marchés, les liens établis avec des entrepreneurs d'Inde et de la diaspora, qui sont les fournisseurs, le soutien des banques et du gouvernement indiens ainsi que l'accès facile au territoire congolais et à son énorme potentiel. |Muriel Devey (AEM)

AFRIQUECHOS.CH

Ses derniers articles: Angola : le général Bento Kangamba accusé de trafic sexuel au Brésil  Congo : 27ème édition de la journée nationale de l'arbre  Sondage : des cinq pays africains qualifiés au Mondial 2014, qui peut créer la surprise ? 

Indiens

APS

Des tablettes éducatives pour des indiens de l'Amazonie colombienne

Des tablettes éducatives pour des indiens de l'Amazonie colombienne

APS

Des tablettes éducatives pour des indiens de l'Amazonie colombienne

Des tablettes éducatives pour des indiens de l'Amazonie colombienne

Muriel Devey ( AEM )

Les Indiens en RD Congo

Les Indiens en RD Congo

Congo

AFP

RD Congo et Centrafrique au menu d'un sommet des Grands Lacs

RD Congo et Centrafrique au menu d'un sommet des Grands Lacs

AFP

Congo Fashion Week: au royaume de la Sape, la mode fait avec les moyens du bord

Congo Fashion Week: au royaume de la Sape, la mode fait avec les moyens du bord

AFP

CHAN-2018: les finalistes 2016, RD Congo et Mali, éliminés

CHAN-2018: les finalistes 2016, RD Congo et Mali, éliminés