mis à jour le

Omar Ba coordonnateur de l'Apr à Barcelone : " Moustapha Niass, Bathily, Tanor ne sont pas sincères dans leur collaboration avec le Président "

Omar Ba, le coordonnateur de l'Apr à Barcelone en Espagne, a rendu visite à la rédaction de Rewmi.com. Nous avons abordé avec lui l'actualité nationale dominée entre autres par les inondations, l'affaire de la drogue dans la police mais aussi son parti l'Apr, et Benno Bokk Yaakaar. Entretien.

Comment se porte l'Apr à Barcelone ?

Actuellement le parti se porte à merveille à Barcelone. Nous avons de militants très engagés, diversifiés. Le problème qui se pose est que, faire de la politique en Europe c'est pas facile pour plusieurs raisons: Déjà il y a un problème de temps, ensuite le discours qui peut convaincre le sénégalais ici, ne peut pas forcement convaincre le sénégalais qui vit en Europe. Par exemple ici au Sénégal on peut convaincre quelqu'un à venir assister aux réunions; ce qui n'est pas le cas en Europe ou le temps presse beaucoup. Au moment ou je vous parle, la province de Barcelone compte à peu près vingt cinq mille Sénégalais et je peux m'assurer que les 70% sont de l'Apr

Qu'est-ce que vous êtes en train de faire pour mieux massifier le parti à Barcelone?

Nous avons décentralisé les responsabilités au niveau de chaque région, chaque département et au niveau des villages les plus éloignés. Nous organisons des réunions mensuelles ou semestrielles, on va à la rencontre des sénégalais pour leur expliquer le projet du Président Macky Sall, dans le cadre de la diaspora parce qu'il a un programme plus ou moins spécifique, réservé aux sénégalais de l'extérieur, mais aussi pour leur demander de nous accompagner et d'être patients. Je pense qu'aujourd'hui, sur ce coté, je peux assurer qu'on a une bonne assise.

Ne pensez-vous pas que le programme Yonou Yokkuté tarde à prendre son envol ?

Le programme tarde à prendre son envol pour la simple raison qu'à l'arrivée du Président, il y avait plusieurs problèmes sur la table qu'il fallait affronter, c'est le cas du secteur agricole, l'emploi. Sur le problème de l'emploi, je crois que ce sont ceux qui sont responsables dans certaines agences comme l'Anej, Ajeb et autres qui ne sont pas compétents. Quand on est responsable d'une agence et qu'on n'est pas en mesure de créer plus de mille emplois, c'est qu'on a des compétences très limitées. Beaucoup d'entreprises européennes sont secouées par la crise, et certaines d'entre elles sont dévouées à délocaliser leurs entreprises vers l'Afrique. Si nous n' avons pas de bons intermédiaires ou des gens qui pourraient les convaincre, il y a problème

Vous vivez certes à Barcelone mais vous n'ignorez pas que le Sénégal va mal. Ne pensez-vous pas qu'il est temps d'accélérer la cadence ?

Quand on dit que le Sénégal va mal, on fait référence à la cherté de la vie. Il faut faire un feed back entre 2000 et 2012. De 2000 à 2012, le coût de la vie à triplé sous Wade. Maintenant, il faut reconnaitre que des efforts ont été faits par le Président Macky Sall dans la réduction du coût de la vie.

Il y a une sorte de rivalité qui ne dit pas son nom entre la coalition Macky 2012 et Benno Bokk Yaakaar ne croyez-vous pas que cela risque de détourner le ?président des urgences du moment ?

Macky 2012 est une coalition à part entière, qui a répondu à l'appel du Président dès les premiers moments. C'est tout à fait normal qu'ils réclament des postes. Pour ce qui est de la coalition Benno Bokk Yaakaar, je pense que c'est le Président lui même qui devait prendre ce problème en charge. Benno a accepté d'accompagner le candidat Macky Sall parce qu'ils étaient dans une position d'évidence. Le peuple avait déja choisi son élu. On ne peut pas dire que c'est Benno qui a convaincu le peuple à voter Macky Sall. Vous ne verrez jamais un leader de Benno Book Yaakaar défendre le bilan du Président Macky Sall. Dans cette collaboration, il y a un manque de sincérité de la part de certains dirigeants de Benno Bokk Yaakaar; je veux nommer Ousmane Tanor Dieng, Bathily, Niass entre autres. Nous on ne peux pas qualifier Idrissa Seck comme un compagnon c'est un opposant dans Benno Bokk Yaakaar.

Ne croyez-vous pas que c'est la traque des biens mal acquis qui a plomber la prise en charge des priorités des sénégalais?

Non, je ne crois pas. La traque des biens mal acquis constitue l'une des promesses que le président avait faites au peuple. C'est une chose qu'on ne pouvait pas ne pas faire. Cela a fait trop de bruits certes. Quand on accède au pouvoir, la première chose à faire, c'est un bilan et de voir si ceux qui avaient des responsabilités sont impliqués ou non dans un quelconque détournement.

Nous sommes à quelques mois des élections locales. Comment les préparez-vous au niveau de l'Apr?

Je crois qu'il faut y aller avec cohérence et objectivité. Il faut essayer des voir, si dans certaines localités, on peut collaborer avec nos amis de Benno Bokk Yaakaar. En tout cas, à l'Apr, on ne peut pas accepter que dans certaines localités, on impose une personne car, la politique, c'est un travail à la base. On doit laisser les localités choisir, en toute objectivité, la personne en laquelle elles ont confiance; sinon ça risque de tourner mal.

Les dernières pluies ont causé des inondations, le Président est annoncé vendredi dans la banlieue quelle solution vous préconiser pour éradiquer ce fléau?

Pour ce qui est des inondations, les solutions sont dèja là. D'abord, il faut savoir qu'aucun pays ne peut éviter des inondations. Ici au Sénégal, quatre cent logements vont être livrés d'ici à la fin de ce moi d'Aout, je pense que c'est un pas très important concernant les inondations. Pour ce qui est de l'éradication totale de ce phénomène, cela va prendre plusieurs années. La seule chose que l'Etat peut faire actuellement, il est en train de la faire.

Pour en revenir à la Politique, Maitre War disait être contre " la patrie avant le parti " tel que prôné par le président de la République, Etes-vous de son avis ?

Absolument. Maitre War a eu à consulter beaucoup de responsables jeunes de l'Apr avant de faire cette déclaration. Quand on dit "la patrie avant le parti", cela doit rimer avec la cohésion, avec un certain dépassement et même une certaine compréhension. On ne peut pas, dans certains cas, mettre des gens à certains postes de responsabilité, alors qu'au moment ou vous cherchiez à gouverner le pays, ils étaient vos premiers ennemis. C'est d'ailleurs dans ce sillage que je dénonce la nomination de Moussa Tine, c'est aberrant, c'est quelque chose qui ne peut rien apporter au président de la République. Quand on dénonce certaines nominations à des postes de responsabilité, c'est parce qu'elles sont faites en faveur de gens qu'on ne peut pas qualifier de figurer parmi la patrie, ce sont des opportunistes. Quand on chemine dans le désert avec ses amis, il est tout a fait normal, qu'arrivé à l'ombre, ces derniers soient les premiers a être appelés.

Pensez-vous que l'Etat a bien géré l'affaire de la drogue qui a éclaboussé la police nationale ?

Je pense que la seule position que le Président pouvez prendre, et que les sénégalais attendaient de lui, c'est de faciliter la poursuite de l'enquête. Il faut reconnaitre avec honnêteté que ce problème ne date pas du régime de Macky Sall. Le Président a eu le courage de limoger le commissaire Niang et je crois que c'est à saluer.

Entretien réalisé par MSD et MK






Rewmi

Ses derniers articles: Remaniement ministériel du 1er Septembre : Comment Mimi Touré a court-circuité Eva Marie Coll  Aliou Cissé:  Nécrologie- Décès du journaliste Abdoulaye Sèye 

Omar

AFP

Soudan: le président Omar el-Béchir reçu en "vieil ami"

Soudan: le président Omar el-Béchir reçu en "vieil ami"

AFP

L'Egypte s'apprête

L'Egypte s'apprête

AFP

Mort de la légende du cinéma Omar Sharif

Mort de la légende du cinéma Omar Sharif

BA

Nicolas

Alain Giresse : il doit rester entraineur du Sénégal oui en faisant jouer… Demba Ba !

Alain Giresse : il doit rester entraineur du Sénégal oui en faisant jouer… Demba Ba !

Steven LAVON

Mondial 2014: Demba Ba fier du Sénégal

Mondial 2014: Demba Ba fier du Sénégal

Rodolph TOMEGAH

Angleterre: Chelsea en discussion avec Besiktas pour le cas Demba Bâ

Angleterre: Chelsea en discussion avec Besiktas pour le cas Demba Bâ

Barcelone

AFP

Au bord du suicide au Nigeria, en finale de Miss Transexuelle

Au bord du suicide au Nigeria, en finale de Miss Transexuelle

Football

Grâce au Barça, le prochain Messi sera peut-être africain

Grâce au Barça, le prochain Messi sera peut-être africain

Football

Le FC Barcelone s'implique en Libye

Le FC Barcelone s'implique en Libye