mis à jour le

Ce que je sais de la problématique emploi jeune

Cheick O. SOUMANO

Depuis 2002, la  problématique de l'emploi et surtout celle des jeunes a resurgi et se pose avec acuité. Ça a d'ailleurs été l'un des sujets phares qui ont animé  la campagne électorale de l'élection présidentielle. Fort de ma petite expérience acquise au niveau de l'Agence pour la Promotion de l'Emploi des Jeunes (APEJ) durant les huit (8) dernières années, je voudrais apporter ma petite contribution sur la question qui me paraît plus que jamais importante à ce jour. Ces différents constats découlent de l'expérience vécue et des formations et des voyages d'études effectués dans beaucoup de pays.

 

De prime abord, il est important de noter que personne n'a donné une définition du jeune en quête d'emploi encore moins  des statistiques fiables pour déjà planter le décor.

 

Pour revenir sur ces éléments, notons qu'un jeune en quête d'emploi est à la fois le jeune diplômé qui n'aurait de bon niveau dans ce qu'il a appris, un jeune faiblement scolarisé, un jeune pas du tout scolarisé. Et concernant les chiffres, il faut avoir à l'esprit qu'environ 100 000 nouveaux jeunes se présentent chaque année sur le marché de l'emploi et viennent grossir le nombre assez important de jeunes non occupés estimés à ce jour à plus d'un million. Au-delà de ce premier constat, force est de reconnaître également que contrairement à certaines idées reçues, le jeune Malien en  quête d'emploi est plus confronté au phénomène du sous-emploi qu'au chômage. Je m'explique, le chômage se définit comme une situation d'un demandeur d'emploi à même d'être actif mais faisant aucune activité lui procurant des revenus nécessaires à sa survie. Quant au sous-emploi, c'est la situation d'un jeune travaillant soit dans un secteur ne répondant pas à son profil (juriste travaillant comme serveur) soit en deçà des heures minimales légales exigées 173,33 heures par mois.  Au regard de ce qui précède, on comprend aisément la modicité du taux de chômage qui est souvent avancé au Mali (12%), qui à priori, ne dépeint aucunement la situation qui prévaut au Mali.

 

La  problématique ainsi posée, il importe maintenant de chercher à apporter des solutions. Rappelons déjà à juste titre que l'Etat du Mali a déjà posé les premiers jalons. Il s'agit du dispositif APEJ, agence en charge de la mise en ½uvre de la question emploi jeune, et du Programme Emploi Jeune (PEJ), programme quinquennal destiné à la promotion de l'emploi des jeunes. Bien que pertinents, ces dispositifs méritent d'être revus pour répondre efficacement aux besoins des jeunes.

 

S'agissant d'abord du correctif à apporter au Fonds National pour l'Emploi des Jeunes (FNEJ) pourvu essentiellement par la taxe emploi jeune et destiné au financement des initiatives de création d'emploi au profit des jeunes et dôté de plus de 36 milliards F CFA sur la période 2011-2016. Le constat est qu'à cette date,  le taux de mobilisation de ce fonds est très faible car atteignant difficilement les 10%.  Donc, le bonheur serait de revoir le mécanisme de mobilisation de ces fonds. Le plus simple à mon avis, ce serait de le rattacher au Ministère des finances.

 

 

Pour ce qui est du deuxième correctif, à mon sens, il devrait concerner la structure APEJ où son ancrage institutionnel doit être revu. De nos jours, elle relève du Ministère de l'Emploi et de la Formation Professionnelle. Or, la pratique a montré que la question d'emploi et plus précisément celle des jeunes est une question essentiellement transversale ; pour preuve, lorsqu'il est question de mettre en ½uvre un programme d'insertion des jeunes médecins, le ministère de la santé comprendrait mal pourquoi cette tâche relèverait du ministère de l'emploi quand bien même lui-même ne disposerait pas de compétence en matière d'insertion. Le mieux de mon point de vue, c'est soit de rattacher l'APEJ à la Présidence soit à la Primature pour qu'elle joue pleinement ce rôle de transversalité. A défaut, la ramener dans le giron du ministère des finances pour résoudre la question du faible taux de mobilisation des ressources.

 

Enfin, le dernier correctif que je suggère met en avant  la mise en place des programmes spéciaux d'insertion au profit de certaines couches défavorisées surtout des jeunes qui ne sont pas scolarisés ou qui sont alphabétisés en arabe et qui constituent l'écrasante majorité des jeunes au Mali. Ceci peut se traduire par la mise en place d'un bon dispositif de l'entrepreneuriat ajouté à cela un bon système de financement en introduisant des systèmes de capital-risque pour amener l'Etat à jouer pleinement son rôle d'accompagnateur sans oublier évidemment la mise en place d'un bon environnement incitatif du point de vue fiscal et juridique.

 

J'aurais bien voulu que ces différentes propositions apparaissent dans les programmes des uns et des autres, mais qu'à cela  tienne, j'ose espérer que les futures en charge de la lourde question d'insertion de jeunes du Président IBK, puisse accorder une oreille attentive à cela au grand bonheur de tous les jeunes Maliens

Cheick O. SOUMANO,

Expert en emploi jeune pour Maliweb.net

Mali Web

Ses derniers articles: Atelier de concertation du HCR sur le retour des réfugiés et déplacés du Mali : Les acteurs en conclave pour la facilitation du processus  ORTM / Journal TV 20h du 15 Septembre 2013  L’étrangleur de Bagadadji étranglé 

emploi

Algérie

Pourquoi l'Algérie doit changer de modèle économique

Pourquoi l'Algérie doit changer de modèle économique

Web

Si vous cherchez du boulot, cliquez!

Si vous cherchez du boulot, cliquez!

opportunités

La galère n'est pas moins pénible au soleil

La galère n'est pas moins pénible au soleil

jeûne

AFP

Tunisie: près d'un jeune sur deux songe

Tunisie: près d'un jeune sur deux songe

AFP

RDC: Kabila, président jeune et secret interdit de nouveau mandat

RDC: Kabila, président jeune et secret interdit de nouveau mandat

AFP

Jeune Noir enfermé dans un cercueil: les 2 Sud-africains blancs restent en prison

Jeune Noir enfermé dans un cercueil: les 2 Sud-africains blancs restent en prison