mis à jour le

Caravane de la paix : C’EST PARTI POUR L’ETAPE DE BAMAKO

Soucieux d'éviter à notre pays de tomber dans le piège d'une crise post électorale (hypothèse aujourd'hui écartée en ce qui concerne la présidentielle), le réseau Paix et sécurité des femmes de l'espace CEDEAO (REPSFCO-Mali) a initié en partenariat avec ONUfemmes une caravane nationale d'information et de sensibilisation des populations qui a été lancée la semaine dernière. Partis du siège de la plate forme de veille des femmes pour les élections sans violence et équitable dans notre pays, les caravaniers de la paix ont entamé ce jeudi les activités de sensibilisation et d'information pour la paix à Bamako qu'ils sillonneront pendant trois jours pour véhiculer les messages de paix et d'union.

L'objectif  selon la présidente de REPSFCO-Mali, Me Saran Keïta est d'asseoir une paix et une sécurité durables gage de tout développement. Il s'agit aussi et surtout d'amener les candidats et les populations à accepter les résultats des urnes et d'obtenir l'adhésion des populations au processus de médiation. Pour répondre à ceux qui pensent que son  réseau a pris du retard dans l'organisation de la caravane au point que l'événement se trouve déphasé par rapport aux derniers développement politiques, Me Saran Keïta dira qu'il n'y a pas que l'élection présidentielle qui compte.

Il s'agit maintenant de faire en sorte que les autres échéances électorales se déroulent dans la paix et le calme comme cela a été le cas lors des deux tours du présidentielle dernier. Il faut ne pas oublier non plus que le président élu aura la lourde tache d'ouvrir les négociations avec les groupes armés touaregs.  Les populations doivent d'ores et déjà adhérer au concept des négociations qui exigent des compromis, des concessions et diverses mesures d'apaisement.

De la Commune I  à la Commune VI des messages en faveur de la paix et  de la cohésion seront lancés  par les « messagers de la paix » à l'endroit des populations. La boucle sera bouclée dimanche au stade du 26 mars lors d'un grand meeting qui rassemblera les délégués de chaque région. La représentante du ministre de la Famille, de la Promotion de la Femme et de l'Enfant, Mme Diallo Maïmouna Coulibaly s'est réjouie de partager ces moments d'engagements et de citoyenneté active pour une cohésion sociale et une plus grande implication des femmes dans la médiation et la résolution des conflits dans notre pays.

L'initiative selon elle, est salutaire d'autant plus qu'il s'agit de sensibiliser les populations sur l'importance de la paix, mais aussi et surtout sur les conséquences de la guerre sur les groupes vulnérables que sont les femmes et les enfants. La caravane, selon Mme Diallo Maïmouna Coulibaly, permettra donc de promouvoir un climat de paix et de confiance.

L'émissaire du ministre a réaffirmé l'adhésion et le soutien  de son département à l'initiative de REPSFCO-Mali. Car, a-t-elle dit, la seule guerre qui vaille d'être menée est celle du développement. Or, aucune nation ne peut prétendre au développement sans la paix.

M.A.  TRAORE  

 

L'essor

Ses derniers articles: Mopti : Transport de viande, un casse-tête sanitaire  Promotion de la femme : RACHELLE DJANGONE MIAN S’EN VA  Sécurité alimentaire : DES CEREALES A 

paix

AFP

Ghana: les rastas prêchent pour la paix avant la présidentielle

Ghana: les rastas prêchent pour la paix avant la présidentielle

AFP

Centrafrique: désarmer et juger, deux écueils pour la paix

Centrafrique: désarmer et juger, deux écueils pour la paix

Be safe

Quels sont les pays les plus sûrs en Afrique en 2016?

Quels sont les pays les plus sûrs en Afrique en 2016?

Bamako

AFP

Mali: fermeture des bureaux du producteur d'or Randgold

Mali: fermeture des bureaux du producteur d'or Randgold

Liberté publique

Le Mali se dirige t-il vers une «IBKcratie»?

Le Mali se dirige t-il vers une «IBKcratie»?

AFP

Mali: un mort et des blessés dans des heurts

Mali: un mort et des blessés dans des heurts