mis à jour le

Afrique du sud: écoles fermées après de graves violences au Cap

Les autorités sud-africaines ont provisoirement fermé jeudi seize écoles d'une banlieue du Cap en raison d'une montée de violences entre gangs rivaux qui ont récemment fait une cinquantaine de morts, contraignant 12.000 enfants à rester chez eux.

Le département de l'Education de la province du Cap occidental "a pris la décision hier de fermer les écoles de Manenberg jeudi et vendredi", après que des professeurs ont exprimé leurs craintes pour leur sécurité, a déclaré sa porte-parole Bronagh Casey.

Au moins 50 personnes ont été tuées dans ces violences opérées par des gangs, liés au trafic de drogue, dans la banlieue pauvre de Manenberg ces dernières semaines.

Beaucoup des victimes ont été tuées, selon les informations, par des passants.

"Leur sécurité (des enseignants, ndlr), et celle de leurs élèves sont notre principale préoccupation", a dit à l'AFP Mme Casey.

Une école de la zone avait été fermée pendant un jour il y a deux semaines après des tirs.

Ce pic de violences a contraint la  Premier ministre provinciale et dirigeante de l'Alliance démocratique (AD), Helen Zille à demander au gouvernement central le déploiement de l'armée, pour aider la police, submergée.

"Nous ne pouvons avoir une situation où la violence de gangs empêche nos enfants et les professeurs d'aller à l'école", a dit Mme Zille dans une lettre ouverte au ministre de la Police Nathi Mthethwa.

Seuls 200 des quelque 900 élèves ont suivi les cours dans une des écoles, a-t-elle dit.

"Nous avons besoin urgemment une force de maintien de paix", a-t-elle ajouté, demandant au gouvernement de "reconsidérer l'utilisation de l'armée à Manenberg et dans d'autres points chauds".

"Si la police était capable de contenir la situation, nous n'aurions pas connu une telle crise", a-t-elle ajouté.

Mme Casey a dit que le Département régional de l'Education et la police se rencontraient jeudi, dans l'espoir de mettre au point un plan de sécurité qui puisse permettre de rouvrir les écoles lundi.

Manenberg est un lieu de règlement de comptes entre gangs rivaux qui se disputent ces quartiers déhérités pour s'y livrer au trafic lucratif de la drogue.

Le clergé local a fait savoir que quelques élèves des grandes classes du quartier avaient admis faire partie de gangs.

AFP

Ses derniers articles: Esclavage en Libye: les migrants "moins bien traités que des animaux"  Crise au Zimbabwe: les présidents sud-africain et angolais  En Centrafrique, l'ombre toujours tutélaire du Tchad 

Afrique

AFP

Visite d'Edouard Philippe au Maroc: objectif Afrique

Visite d'Edouard Philippe au Maroc: objectif Afrique

AFP

Mugabe, dernier des "pères de l'indépendance" en Afrique

Mugabe, dernier des "pères de l'indépendance" en Afrique

AFP

Paris et Rabat conjuguent leurs visées économiques en Afrique

Paris et Rabat conjuguent leurs visées économiques en Afrique

écoles

AFP

Baisse des contrats aidés

Baisse des contrats aidés

AFP

Dans les écoles du Liberia, le secteur privé peine

Dans les écoles du Liberia, le secteur privé peine

AFP

Plus de 500 écoles attaquées dans le monde en six mois, dénonce l'ONU

Plus de 500 écoles attaquées dans le monde en six mois, dénonce l'ONU

violences

AFP

Etre gay au Nigeria: la peur au quotidien, entre violences et arnaques

Etre gay au Nigeria: la peur au quotidien, entre violences et arnaques

AFP

Kenya: au moins trois morts dans de nouvelles violences

Kenya: au moins trois morts dans de nouvelles violences

AFP

Kenya: au moins trois morts dans de nouvelles violences

Kenya: au moins trois morts dans de nouvelles violences