mis à jour le

HAUSSE DU PRIX DE LA VIANDE Le bœuf déserte les tables à manger

A cause de l'hivernage, les animaux transhument de vertes prairies en vertes prairies. Conséquence : le b½uf se raréfiant, le panier de la ménagère ploie sous le prix élevé du kilogramme de la viande.

Après l'oignon et la pomme de terre, à la veille de la korité, le b½uf déserte la table à manger des ménages sénégalais. Le prix du kilogramme de cette viande est passé de 2300 à 3000 francs Cfa. Certains bouchers attribuent cette situation à la transhumance des animaux. Une version confirmée par le président de l'Association nationale des professionnels de la viande et du bétail au Sénégal (Anprovbs), Mamadou Fall Doudou. «Chaque année, indique-t-il, nous avons trois mois de soudure. Période au cours de laquelle les animaux font la transhumance». Pour combler le vide créé par les nombreux déplacements des troupeaux de b½ufs, les bouchers se rabattent sur «les animaux d'embouches». Cette viande de meilleure qualité est disponible dans les étals, mais elle est hors de portée des maigres bourses. Cette tendance n'est pas près de s'inverser, selon le président de l'Anprovbs, qui révèle qu'elle se poursuivra jusqu'à la fin de l'hivernage. Cependant, Mamadou Fall Doudou laisse croire que les ménages sénégalais ne doivent pas se plaindre. Ils ne sont pas les seuls touchés par la hausse du prix de la viande. Chez les voisins, il informe que la situation est pire : «La viande est vendue moins cher au Sénégal que dans les pays producteurs comme le Niger. Là-bas, le kilogramme s'échange entre 4000 et 3500 francs Cfa».

«Renforcer le secteur bétail-viande»

Au Sénégal, on est loin de ses eaux. Et la situation devrait se normaliser à la fin de l'hivernage. Selon le président de l'Anprovbs, «les prix du kilo de la viande de b½uf vont se stabiliser entre 1900 et 2000 f Cfa chez les grossistes et sur les étals des marchés à 2300». Pour la viande de mouton, les consommateurs devront débourser 200 francs de plus que pour le b½uf. Au-delà de ces questions conjoncturelles, la cérémonie d'ouverture de la formation des formateurs en hygiène et aux techniques de découpe des viandes rouges, hier, a été, pour les acteurs du secteur, l'occasion de poser des problèmes structurels du monde de l'élevage. Il s'agit du vol de bétail, qui engendre des abattages clandestins, le problème de débouchés commerciaux et de la modernisation des techniques de transformation. «Il est urgent de renforcer l'accompagnement du secteur bétail-viande, plaide Mamadou Fall Doudou. Il présente des potentialités réelles pour accompagner nos Etats dans leurs politiques économiques». Un appel entendu par le ministre de l'Elevage, Aminata Mbengue Ndiaye. Qui n'a pas manqué d'inviter les acteurs à procéder aux ajustements nécessaires afin «d'impulser (au Sénégal) une certaine dynamique de compétitivité face aux importations de viandes».

Christine MENDY


Rewmi

Ses derniers articles: Remaniement ministériel du 1er Septembre : Comment Mimi Touré a court-circuité Eva Marie Coll  Aliou Cissé:  Nécrologie- Décès du journaliste Abdoulaye Sèye 

prix

AFP

Prix du HCR pour le négociateur de la libération des filles de Chibok

Prix du HCR pour le négociateur de la libération des filles de Chibok

AFP

Côte d'Ivoire: mise en place d'un "plafonnement" des prix pour lutter contre la vie chère

Côte d'Ivoire: mise en place d'un "plafonnement" des prix pour lutter contre la vie chère

AFP

Unesco: un prix pour le maire de Lampedusa pour son aide aux migrants

Unesco: un prix pour le maire de Lampedusa pour son aide aux migrants

viande

Basile BOLI

Lionel Messi : blessé huit semaines

Lionel Messi : blessé huit semaines

group promo consulting

40 bouchers formés aux techniques de découpe et d’hygiène de la viande au Sénégal

40 bouchers formés aux techniques de découpe et d’hygiène de la viande au Sénégal

AT

Lendemain de Korité : Hausse drastique des prix de la viande

Lendemain de Korité : Hausse drastique des prix de la viande