mis à jour le

SENAT : Le communiqué et la stratégie du ‘flou-flou''

Fidèle à lui-même, le Chef de l'Etat burkinabè, Blaise Compaoré, vient de parler encore une fois à travers les services de la communication de la Présidence du Faso. Et comme à l'accoutumée, le message est diversement interprété, sans que personne ne soit en mesure de trancher le débat.

Comprenne qui pourra ! Ce pourrait bien être là, l'une des leçons à tirer du communiqué émanant de la Présidence du Faso, en date du 12 août 2013 et mis en ligne par lefaso.net.

En rappel, le Président tout en donnant l'impression d'être préoccupé par la polémique grandissante autour du Sénat, demande au Premier ministre et au Ministre d'Etat chargé des réformes politiques, de lui fournir un bilan d'étape au plus tard le 31 août 2013 et accompagné de propositions concrètes.

Depuis lors, c'est le ''remue-méninges'' : les appels succèdent aux messages. Chaque intervenant se donnant la conviction d'avoir bien compris le PF, qui lui, ne pipe mot.

Du côté de Kossyam, l'on assure qu'il n'en est rien. Et que l'agenda initial de mise en place du Sénat est maintenu. Idem à la Primature où l'on donne l'impression d'avoir également mieux compris le Président.

C'est ainsi que nous recevons ainsi un communiqué le 13 août 2013, nous informant d'une visite du futur siège du futur Sénat. Deux heures plus tard, coup de théâtre, un autre communiqué émanant toujours du Premier ministère nous informe que la visite est « reportée sine die ».

La danse de l'éléphant et du scalpe

Dans le camp des partis politiques, c'est également la même ambiance de confusion qui prévaut. Au point que l'ADF-RDA s'est immédiatement félicitée de ce qui ressemble à ses yeux, à une pause dans la mise en place du Sénat.

Le P.A.R.E.N lui n'a aucunement confiance. Pour son président, Tahirou Barry, « Il y a lieu d'accueillir dit-il, la mesure de la présidence avec beaucoup de réserve surtout quand on sait que ce régime est passé maitre dans l'art de la diversion et du dilatoire ».

Il ajoute au passage que « les termes du communiqué conditionnent le sort du Sénat au rapport d'un comité de suivi et d'évaluation des réformes politiques et tout le monde sait que ce comité est un instrument aux mains du pouvoir. »

Selon lui « tant que la loi sur le Sénat ne sera pas retirée, tant que la danse du scalpe se poursuivra autour de l'article 37 de notre constitution, tant que des préoccupations majeures du peuple sur la vie chère, l'université et la situation catastrophique des étudiants ne seront pas traitées avec responsabilité, la flamme de la résistance ne doit pas s'éteindre. » Voilà qui promet...

Juvénal Somé

Lefaso.net

Le Faso

Ses derniers articles: Tirage au sort des barrages de la coupe du monde 2014 :  Paroisse de Bissighin : les élèves et étudiants  Coupe OAPI : ONEA en dames et SONABHY en hommes 

sénat

AFP

Mauritanie: le président Aziz annonce un référendum constitutionnel pour supprimer le Sénat

Mauritanie: le président Aziz annonce un référendum constitutionnel pour supprimer le Sénat

AFP

Nigeria: rejet du recours du président du Sénat accusé de fausse déclaration de patrimoine

Nigeria: rejet du recours du président du Sénat accusé de fausse déclaration de patrimoine

AFP

Burundi: le Sénat saisit la Cour constitutionnelle sur la légalité d'un 3e mandat du président

Burundi: le Sénat saisit la Cour constitutionnelle sur la légalité d'un 3e mandat du président

stratégie

AFP

Egypte: "une stratégie de trois ans" pour relancer l'économie

Egypte: "une stratégie de trois ans" pour relancer l'économie

Etat islamique

En Tunisie, les appels à une stratégie antiterroriste globale se multiplient

En Tunisie, les appels à une stratégie antiterroriste globale se multiplient

AFP

Tunisie: les appels se multiplient pour une réelle stratégie antiterroriste

Tunisie: les appels se multiplient pour une réelle stratégie antiterroriste