mis à jour le

Disparition

La mort brutale du jeune attaquant a provoqué une grande émotion en Commune IV où le joueur était très apprécié pour son respect envers l'autre et sa générosité

«Dans ma carrière d'entraîneur, je n'ai jamais rencontré un joueur comme Mc Carthy. Sékou était une fierté pour le FC Badema, un joueur dont le comportement sur et en dehors du terrain mérite d'être enseigné dans nos écoles de football. Nous n'oublierons jamais Sékou». Ces propos de l'entraîneur du FC Badema, Kounkou Kanouté résument parfaitement le sentiment général des populations de la Commune IV et du monde sportif national après la disparition brutale de Sékou Camara dit Mc Carthy. Et depuis l'annonce de la mort du jeune attaquant foudroyé par une crise cardiaque en pleine séance d'entraînement, le 27 juillet dernier en Indonésie, les populations de la Commune IV singulièrement les joueurs, supporters et responsables du FC Badema sont sous le choc et ne semblent toujours pas réaliser ce qui leur est arrivé. «Rien ne sera plus comme avant pour le FC Badema parce que Sékou Camara représentait tout pour nous, souligne Kounkou Kanouté. Avec sa disparition, c'est l'existence même du club qui est aujourd'hui menacée, mais le meilleur hommage que nous puissions lui rendre, c'est d'entretenir le flambeau qu'il a allumé. S'il plaît à Dieu, nous ferons tout pour que le FC Badema ne disparaisse pas avec lui», ajoutera celui qui fut le premier entraîneur de Sékou Camara. Kounkou Kanouté sait de quoi il parle et le technicien n'est pas le seul à penser du bien de l'ancien joueur du FC Badema, du CSK, du Stade malien et de l'ASB. Toute la Commune IV était fière de Sékou Camara et tout le monde appréciait son humilité et sa générosité. Depuis son départ du Mali en 2008 jusqu'à sa mort cette année, Mc Carthy était l'un des rares expatriés de notre pays qui envoyait régulièrement des sacs de sucre et des vivres aux familles les plus démunies à l'occasion du mois de ramadan. Pendant une demi dizaine d'années, le jeune attaquant n'a jamais failli à cette tradition et ironie du sort, c'est pendant ce mois béni et au moment même où les notabilités de Lafiabougou n'avaient pas encore fini la distribution du sucre envoyé cette année par Sékou Camara, que la triste nouvelle de sa mort est tombée. Dès lors, on comprend la grande émotion des populations de la Commune IV, notamment les personnes du troisième âge qui étaient présents aux funérailles de l'ancien attaquant et qui ont tenu pour la plupart, à l'accompagner jusqu'à sa dernière demeure au cimetière de Lafiabougou. Mc Carthy a également joué un rôle prépondérant dans l'ascension de son club formateur, le FC Badema aujourd'hui pensionnaire de D2 du District de Bamako. Chaque année, témoigne le coach Kounkou Kanouté, il envoyait des équipements à l'équipe et prenait en charge les petites dépenses des joueurs. «Il nous envoyait entre 400 à 500.000F cfa par an pour la participation de l'équipe au championnat, indique Kounkou Kanouté. Aussi, pendant ses séjours au Mali, il venait régulièrement au terrain pour prodiguer des conseils aux joueurs. Sékou était vraiment quelqu'un de particulier», insistera l'entraîneur du FC Badema. Mc Carthy a commencé sa carrière au FC Badema à l'âge de 7 ans et fait partie, avec les Drissa Diakité, Moussa Diallo et Alain Claude Traoré, de la première génération du club. Il portera les couleurs de son club formateur pendant plusieurs années, avant d'être prêté à l'AS Mandé qui évoluait alors en D1. Le jeune attaquant tape dans l'½il des responsables du Stade malien qui le chipent aux Mandékas. Mais le séjour de Sékou Camara sera bref à Sotuba puisque l'année suivante, il quitte les Blancs et s'engage en faveur du CSK. C'est au Centre que l'ancien sociétaire du FC Badema retrouve ses sensations de buteur, terminant meilleur buteur de l'équipe en championnat. Cette belle prestation ouvre les portes de l'Equipe nationale au jeune attaquant passé entre temps à l'ASB pour un prêt d'une année. Le sélectionneur d'alors, Stephen Keshi le convoque mais le joueur ne disputera qu'un seul match amical avec les Aigles. En 2008, Mc Carthy (ce sobriquet vient du fait que Sékou Camara était un fan de l'international sud africain Bennedict Mc Carthy, ndlr) quitte le Mali pour l'Afrique du Sud et signe au Jomos Cosmos. Suite à la relégation de cette équipe en division inférieure, l'ancien joueur du FC Badema s'engage avec Santos où il restera jusqu'en 2012, avant de quitter définitivement le pays de Nelson Mandela, direction l'Indonésie précisément au Pelita Jaya FC de Bandoeng. Selon Kounkou Kanouté, Sékou Camara s'apprêtait à faire venir cette année en Indonésie ses deux frères cadets, Yacouba Camara et Abdoulaye Camara et s'était engagé à financer des cours d'anglais pour ces derniers, avant leur arrivée à Bandoeng. Malheureusement pour les deux jeunes joueurs et pour tous les inconditionnels du FC Badema, le bon Dieu en a décidé autrement. Ainsi, le 27 juillet dernier, alors que Mc Carthy et ses coéquipiers venaient de commencer leur séance d'entraînement après la rupture du jeûne, l'ancien joueur du FC Badema, 27 ans (il est né le 17 novembre 1985 à Bamako) s'est effondré sur la pelouse pour ne plus se relever. Une semaine plus tard, son corps sera rapatrié à Bamako et Sékou Camara repose désormais au cimetière de Lafiabougou. Dors en paix Mc Carthy !

S. B. TOUNKARA

 

L'essor

Ses derniers articles: Mopti : Transport de viande, un casse-tête sanitaire  Promotion de la femme : RACHELLE DJANGONE MIAN S’EN VA  Sécurité alimentaire : DES CEREALES A 

mort

AFP

Crise au Togo: un mort de plus

Crise au Togo: un mort de plus

AFP

Angola: les autorités confirment la mort de 7 personnes dans un accident d'avion

Angola: les autorités confirment la mort de 7 personnes dans un accident d'avion

AFP

Burkina: des manifestants réclament "justice" pour Sankara, 30 ans après sa mort

Burkina: des manifestants réclament "justice" pour Sankara, 30 ans après sa mort