mis à jour le

15èmes journées de la SOACHIM : Ou l'apport de la chimie dans les différentes productions agricoles

La cérémonie d'ouverture des quinzièmes journées scientifiques annuelles de la SOACHIM (société ouest-africaine de la chimie) a eu lieu le mardi 13 août 2013 à l'institut supérieur des sciences de la population (ISSP) de Ouagadougou. Placée sous le patronage de Moussa Ouattara, ministre des enseignements secondaires et supérieurs (MESS) du Burkina Faso, cette cérémonie a vu la participation effective de Jean Couldiaty (ministre du développement de l'économie numérique et des postes), de Faustin Sié Sib, des délégations de la SOACHIM de la sous région et de la France et de différents acteurs du domaine de la chimie. Ces journées scientifiques annuelles ont pour thème « Apport de la chimie aux productions agro-sylvo-pastorales, agroalimentaires, matériaux ».

Organisées par le secrétariat permanent de la SOACHIM Burkina Faso avec le concours de partenaires tels le CNRST (conseil national de recherche scientifique et technologique), l'université Aube nouvelle, le FONRID (fonds national de la recherche et de l'innovation pour le développement)..., ces journées sont des cadres de travail et de réflexion des différentes SOACHIM de la sous région. Débutée, le 12 août 2013 par des travaux, les journées scientifiques annuelles se tiennent jusqu'au 15 août 2013.

Les objectifs poursuivis par les 15èmes journées scientifiques de la SOACHIM.

Les journées de la SOACHIM permettent aux chercheurs et enseignants chercheurs de toute la sous-région d'échanger autour de la possibilité de contribution de la chimie dans le développement de leurs pays respectifs. Pour le MESS, « L'opportunité qu'offrent ces journées permettront donc aux participants de proposer aux populations agricoles des solutions idoines relatives aux nouvelles techniques agricoles. Comment produire beaucoup et bien ? Quels sont les intrants nécessaires pour augmenter la production ?...Ces journées permettront également aux chercheurs de proposer des stratégies de transformation et de conservation des produits agricoles. »

Près de deux cents chercheurs sont attendus pour ces journées avec environ cent vingt cinq contributions scientifiques en termes de conférence plénière, de communications par affiches et de communications orales. Ces contributions portent sur la chimie, l'alimentation et la santé, la chimie de la production agro-sylvo-pastorale et la chimie des matériaux. Le thème de ces journées « Apport de la chimie aux productions agro-sylvo-pastorales, agroalimentaires, matériaux » est d'actualité car au c½ur des débats dans les différents pays selon le MESS. En effet, dit-il la production agricole en vue de nourrir nos populations, un environnement sain et sécurisé pour un développement durable, la prise en compte des adaptations aux changements climatiques dans nos différentes stratégies exigent des réponses à certaines questions cardinales.

Aussi, pour Moussa Ouattara « Le déplacement massif des participants traduit l'importance qu'ils accordent à la coopération interuniversitaire et à l'idéal que la recherche ne peut se mener en vase clos ».

Travailler en synergie pour des résultats probants.

Depuis l'instauration des journées scientifiques annuelles de la SOACHIM, il y a dix neuf ans, les acteurs intervenant dans ce domaine ont multiplié les rencontres, les échanges, les séances de travail. « La SOACHIM a été un bon catalyseur de collaboration et de coopération multiformes entre les différents laboratoires de science et de chimie dans la sous région ouest-africaine » affirme Faustin Sié Sib, secrétaire permanent de la SOACHIM Burkina Faso. L'activité de recherche s'est donc intensifiée avec des publications dans les revues spécialisées au plan international.

« L'instauration d'échanges entre laboratoires des chimistes ouest-africains avec ceux de certains pays comme la France, la Belgique et les Etats Unis ont permis des avancées pertinentes dans divers domaines comme la chimie de l'eau, de l'environnement, des matériaux... » Soutient le président de la SOACHIM Burkina Faso.

Aujourd'hui, beaucoup de jeunes issus des pays comme le Burkina, le Mali, le Niger, le Sénégal... s'engagent de plus en plus dans le domaine scientifique auprès de leurs aînés. Cela pour M Sib est gage d'un bon avenir de la société scientifique ouest-africaine. Avec leur intérêt pour la science et particulièrement la chimie, la relève est assurée poursuit-il.

La chimie est au c½ur de la vie. Elle intervient dans l'alimentation, dans l'eau, dans l'environnement... Pour ce faire, « Nous chimistes, devons donc travailler à résoudre les préoccupations des populations » souligne Faustin Sié Sib.

Patindé Amandine Konditamdé

Lefaso.net

Le Faso

Ses derniers articles: Tirage au sort des barrages de la coupe du monde 2014 :  Paroisse de Bissighin : les élèves et étudiants  Coupe OAPI : ONEA en dames et SONABHY en hommes