mis à jour le

Le ministre de l'Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique, Rachid Harraoubia, a indiqué qu'aucun agrément pour la création d'universités ou  instituts privés en Algérie n'a été encore été délivré. «A ce jour, aucun agrément n'a été délivré à quelque partie que ce soit pour créer une université ou un institut privé», a expliqué M. Harraoubia dans un entretien au quotidien arabophone El Khabar. «Toutes les demandes déposées au ministère (de l'Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique) ne répondent pas au cahier des charges qui  ne porte pas uniquement sur l'aspect matériel» du projet, a-t-il expliqué.  Selon le ministre, le cahier des charges en question est «global» et prend en considération «toutes les conditions matérielles, scientifiques et pédagogiques afin de protéger l'étudiant» désirant intégrer ces universités ou instituts privés. «Nous avons surtout exigé que le niveau des enseignants de ces futurs établissements privés soit au moins comparable à celui de leurs collègues du secteur public», a indiqué M. Harraoubia. Pour le ministère de l'Enseignement supérieur, les porteurs d'un projet de création d'université ou d'institut privés doivent s'équiper, au même titre que les universités publiques, notamment d'espaces pédagogiques et de laboratoires, afin «d'assurer une formation de qualité» à l'étudiant. M. Harraoubia a, par ailleurs, fait savoir qu'une demande a été soumise au Premier ministre, Abdelmalek Sellal, pour prendre en charge les compétences nationales qui avaient quitté le pays durant la décennie noire. La démarche consiste à accorder une «autorisation exceptionnelle» à ces derniers, leur permettant de réintégrer leur ancien poste de travail en Algérie. Cela a permis, selon le ministre, à «un grand nombre» de ces cadres de revenir en Algérie, précisant que «l'autorisation exceptionnelle ne signifie nullement que le retour de ces compétences se fera au détriment des professeurs qui occupent des postes et des fonctions supérieurs» à travers le pays. Il a réitéré, dans ce sens, que l'Etat demeure favorable au retour des compétences nationales établies à l'étranger, ajoutant que «tous ceux qui ont déposé une demande ont été réintégrés» dans leur ancien poste.  

El Watan

Ses derniers articles: Programme AADL 2 : les résultats communiqués  Tizi Ouzou : Les retraités de l‘ANP s’organisent  Sellal : Les visites de terrain n'ont rien 

été

AFP

L'ancien otage sud-africain affirme avoir été "très bien traité"

L'ancien otage sud-africain affirme avoir été "très bien traité"

AFP

Nigeria: le chef de Boko Haram dément avoir été blessé

Nigeria: le chef de Boko Haram dément avoir été blessé

AFP

Nigeria: "Nous n'avons été chassés de nulle part", affirme le chef de Boko Haram

Nigeria: "Nous n'avons été chassés de nulle part", affirme le chef de Boko Haram