mis à jour le

Sécurité et sûreté de l’exploitation ferroviaire

Le 13 Août 2013, vers 8h10 le train reliant Marrakech et Tanger s'est arrêté d'urgence à l'entrée d'Assilah après avoir percuté une voiture légère traversant imprudemment un passage à niveau non gardé.

Le trafic a été perturbé suite à ce triste incident qui a fait 2 victimes parmi les occupants de la voiture.

Il y a lieu de rappeler que l'ONCF déploie un programme d'envergure nationale pour sécuriser les emprises ferroviaires qu'il s'agisse des passages à niveau (PN) ou des zones situées en pleine voie (hors PN).

Ce programme porte sur 1,5 milliard de dirhams entre 2010 et 2015 et concerne 4 actions prioritaires :

-       Supprimer 180 PN et les remplacer par des ouvrages de franchissement, soit 100% des PN situés sur les lignes à double voie (Fès-Casablanca-Marrakech, Casablanca- El Jadida) ;

-       Sécuriser 260 PN non gardés en les équipant d'un dispositif d'annonce sonore, de fermeture automatique des barrières et de signaux routiers lumineux à l'approche d'un train ;

-        Ne plus créer de PN dans tout nouveau projet ferroviaire ;

-       Mener une large campagne de sensibilisation continue auprès du grand public à travers des actions de proximité et la diffusion de spots de bonne conduite à travers  les médias nationaux.

Ainsi, la mise en ½uvre de ce programme a permis de réduire de 70% le nombre d'accidents au droit des PN lors du 1er semestre 2013 comparativement à la même période de l'année écoulée.

L'ONCF appelle de nouveau à la prudence et au respect de la signalisation routière aux abords des passages à niveau.

 

sécurité

AFP

Le nouveau Premier ministre malien promet des "mesures fortes" pour la sécurité

Le nouveau Premier ministre malien promet des "mesures fortes" pour la sécurité

AFP

Kinshasa félicite les forces de sécurité après les marches anti-Kabila

Kinshasa félicite les forces de sécurité après les marches anti-Kabila

AFP

Centrafrique: des experts de l'Onu déplorent une "détérioration" de la sécurité

Centrafrique: des experts de l'Onu déplorent une "détérioration" de la sécurité