mis à jour le

SENEGAL-ALIMENTATION Un officiel relève l'impact des carences en vitamines sur le PIB

Les carences en vitamines et en minéraux font annuellement perdre au Sénégal 1,3% de son Produit intérieur brut (PIB), a révélé, mardi à Dakar, le directeur du Commerce intérieur (DCI), Ousmane Mbaye.

"Il est établi que le Sénégal perd 1,3% du Produit intérieur brut (PIB) du fait des carences en vitamines et en minéraux, contribuant ainsi à une forte dégradation des indicateurs socio-économiques", a-t-il déclaré à l'ouverture d'une journée d'orientation sur le contrôle qualité des produits enrichis.

Selon Ousmane Mbaye, cette situation montre à quel point il est nécessaire de renforcer les interventions publiques dans le domaine de la lutte contre les carences en vitamines et minéraux.

"Au Sénégal, les carences les plus répandues sont les carences en vitamines A, B9, en fer et en iode, lesquelles carences sont associées à des conséquences négatives sur le potentiel humain et économique", a expliqué le directeur du Commerce intérieur.

Il a cité une étude menée en 2010-2011 par le Laboratoire de nutrition de l'université Cheikh Anta Diop (UCAD) de Dakar dont les résultats révèlent que "47,9% des femmes et 66,1% des enfants 12 à 59 mois souffrent d'anémie due à la carence en fer tandis que la carence en vitamine A continue de toucher 1,9% des femmes et 17,1% des enfants".

Après l'exemple réussi d'enrichissement du sel en iode qui a réduit considérablement les troubles dus à la carence en iode au Sénégal, l'enrichissement en fer, acide folique (vitamine B9) et en vitamine A est devenu une réalité pour respectivement la farine de blé tendre et les huiles comestibles choisis comme vecteurs, a fait valoir M. Mbaye.

"Le choix de la stratégie d'enrichissement des aliments en micronutriments n'est guère fortuit. Il procède d'une réelle volonté politique d'apporter une réponse efficace, durable et à moindre coût aux carences en micronutriments qui continuent d'affecter la population, surtout les couches vulnérables que sont les femmes et les enfants", a-t-il expliqué.

Au cours de cette manifestation, la Cellule de lutte contre la malnutrition a remis à la Direction du Commerce intérieur un lot de matériel de contrôle qualité pour une valeur de 17 millions de francs CFA.

Il est notamment composé de 13.500 testeurs d'iode, 30 kits de contrôle qualitatifs (WYD checkers).

Aps

Rewmi

Ses derniers articles: Remaniement ministériel du 1er Septembre : Comment Mimi Touré a court-circuité Eva Marie Coll  Aliou Cissé:  Nécrologie- Décès du journaliste Abdoulaye Sèye 

PIB

AFP

Les carences alimentaires de ses enfants coûtent 8% de PIB par an au Burkina

Les carences alimentaires de ses enfants coûtent 8% de PIB par an au Burkina

Algérie

Pourquoi l'Algérie doit changer de modèle économique

Pourquoi l'Algérie doit changer de modèle économique

Croissance

Pour bien comprendre le décollage du Nigeria

Pour bien comprendre le décollage du Nigeria