SlateAfrique

mis à jour le

Les couteaux suisses… plutôt kényans?

Et si les fameux couteaux dits «suisses» venaient en réalité du Kenya? L’idée n’est pas si saugrenue, puisque des scientifiques viennent de découvrir sur le site archéologique de Kokiselei, près du lac Turkana dans le nord-ouest du Kenya, des outils en pierre dont l’usage était aussi varié que les célèbres canifs helvétiques.

BBC News décrit dans les moindres détails la récente découverte d’une pierre de 23 cm de long aux formes aiguisées et vieille de 1,76 million d’années. La revue Nature précise même le 1er septembre que selon les chercheurs, cette pierre probablement taillée par l’Homo erectus, l’ancêtre de l’homme moderne, aurait pu servir à couper du bois, à découper de la viande ou à bien d’autres tâches. Au point qu’ils l’ont surnommée «le couteau suisse de l’âge de pierre».

L’Homo erectus est apparu il y a environ 1,8 millions d’années et s’est déplacé à travers l’Afrique et l’Asie avant son extinction, il y a 70.000 ans. Le fameux «couteau suisse kényan» se présente comme une belle invention technologique pour l’époque paléolithique. Même si l'outil est plus large et plus lourd que ceux déjà utilisés par les prédécesseurs de l’Homo erectus, dont l’Homo habilis, les scientifiques du Centre archéologique de Kokiselei estiment  que sa fabrication nécessitait forcément une grande créativité et une sélection minutieuse et attentive des roches:

«La fabrication des objets à l’époque oldowayenne (antérieure à l’Homo erectus) se faisait de manière très hasardeuse», estime Christopher Lepre, paléontologue à l'université de Columbia aux Etats-Unis, l’un des auteurs de l’étude publiée dans Nature.  

John Gowlett, de l’université de Liverpool en Grande-Bretagne, salue cette découverte et parle du «couteau suisse kényan» paléolithique comme d’un objet polyvalent:  

«Il peut servir dans la boucherie, la menuiserie, et à de multiples autres besoins du quotidien.»

Rhonda Quinn, de l’université Rutgers dans l’Etat du New Jersey, co-auteur de l'étude, interroge: 

 

«Si l'Homo erectus avait une technologie si avancée et a permis de faire évoluer les habitudes de l’espèce humaine, pourquoi ne pas considérer alors que la technologie prend sa source en Afrique»?

Lu sur BBC News, Nature