mis à jour le

Mission d’observation de l’UE : BEAUCOUP DE POINTS POSITIFS ET DES PROPOSITIONS

« Nous avons assisté à un processus électoral bien organisé et qui s'est largement amélioré au second tour. Ce  qui a conduit à une élection présidentielle crédible, étape convaincante  vers le retour à l'ordre démocratique au Mali ». Les commentaires sont de Louis Michel, le chef de la Mission d'observation électorale de l'Union européenne (MOE UE Mali). C'était au cours d'une conférence de presse qu'il a animée hier à l'hôtel Radisson Blu de Bamako à l'occasion de la publication de la déclaration préliminaire de la mission de l'UE.

Louis Michel a cependant précisé que  cette déclaration  électorale n'est pas encore  achevée et que la MOE UE ne peut se prononcer que sur ce qu'elle a pu observer. Sur cette base, elle constate un certain nombre d'éléments. Les électeurs ont participé de manière significative au second tour de l'élection présidentielle le 11 août au cours duquel les opérations de vote ont été bien menées. L'élection présidentielle est une étape cruciale pour le rétablissement de la paix et d'un régime démocratique au Mali.

Les observateurs de la MOE UE  ne manquent pas de qualificatifs flatteurs pour l'organisation des opérations de vote. Les appréciations vont de « satisfaisant » à  « excellent », en  passant par  « bon ». Selon eux, les opérations de vote se sont bien déroulées à hauteur de 99% dans les  831 bureaux de vote qu'ils ont observés.

Le cadre juridique de l'élection présidentielle est aligné sur les normes internationales pour l'organisation d'élections démocratiques, observent-ils, se félicitant que ce cadre n'ait pas été modifié de façon improvisée pour le second tour. Afin de renforcer la sécurité juridique, la MOE UE estime souhaitable de procéder à un toilettage approfondi, à une harmonisation des dispositions relatives aux élections et à une clarification des différentes modalités de la législation électorale.

« Cette déclaration est préliminaire et la MOE EU ne tirera pas de conclusions finales avant l'achèvement de la tabulation nationale, du contentieux éventuel sur les résultats des élections et de l'annonce des résultats finaux du second tour. Un rapport final sera publié environ deux mois après la conclusion du processus », a insisté Louis Michel, avant d'ajouter que « l'élection présidentielle est une étape importante pour le rétablissement de la paix et d'un régime démocratique au Mali mis à mal par  l'agression des groupes armés et le coup d'Etat du 22 mars 2012.

 Les deux objectifs de la Feuille de route pour la Transition adoptée en janvier 2013 sont en partie remplis. Selon l'Accord de  Ouagadougou signé le 18 juin 2013, le nouveau président élu disposera de 60 jours, une fois son gouvernement en place, pour lancer un dialogue inclusif en vue d'aboutir à une paix globale et définitive.

Quid des différentes accusations de fraude venant du camp d'un des candidats au second tour ? Réponse de Louis Michel: «  On nous a  jamais rapporté ce genre de choses. Mais on nous a rapporté qu'il y a eu des tentatives d'achat de voix par un parti politique. Il y a eu plein d'allégations, mais il faut avoir les preuves de ce qu'on affirme. Si c'est le cas, il y a des juridictions qui existent », a-t-il fait remarquer.

La mission d'observation des 830 agents a coûté 3,2 millions d'euros (environ 2,1 milliards de Fcfa). Interrogé sur son appréciation du taux de participation de ce second tour, Louis Michel s'est montré très prudent : « Je n'ai pas d'information assez précises et fiables. C'est très contrasté les infos que nous recevons. A Bamako, le taux est assez convenable ».

Le responsable européen a salué les efforts fournis par le ministère de l'Administration territoriale, de la Décentralisation et de l'Aménagement du territoire (MATDAT) pour corriger les défaillances organisationnelles du premier tour malgré les délais très courts entre les deux scrutins.

La mission européenne exprime aussi sa grande appréciation vis-à-vis des autorités de la Transition qui ont créé les  conditions de mise en ½uvre impartiale et apaisée de ce processus. Elle estime que les résultats provisoires devraient être publiés sur Internet bureau de vote par bureau de vote car le système qui a été pratiqué ne permet pas la traçabilité des voix.

En attendant les résultats définitifs qui seront proclamés par la Cour constitutionnelle, Louis Michel estime que dans ces élections, il n'y a pas de perdant. C'est la démocratie qui gagne.

A. DIARRA

 

L'essor

Ses derniers articles: Mopti : Transport de viande, un casse-tête sanitaire  Promotion de la femme : RACHELLE DJANGONE MIAN S’EN VA  Sécurité alimentaire : DES CEREALES A 

mission

AFP

Kenya: le chef de mission aux JO de Rio accusé d'avoir volé 250.000 dollars

Kenya: le chef de mission aux JO de Rio accusé d'avoir volé 250.000 dollars

AFP

Mali: la Mission de l'ONU inquiète des conséquences des combats autour de Kidal

Mali: la Mission de l'ONU inquiète des conséquences des combats autour de Kidal

AFP

Gabon: report "sine die" de la mission de l'Union africaine

Gabon: report "sine die" de la mission de l'Union africaine