mis à jour le

L’événement a eu lieu hier vers 21heures : Soumaïla Cissé chez IBK pour le féliciter

Photo de famille IBK et Soumi (photo L’Indépendant)

Notre Ligne de force d’hier lundi 12 Août 2013, consacrée au dimanche électoral de la veille, était intitulée :  » Le vaincu doit féliciter le vainqueur « . Ce texte évoquait la tradition qui s’est établie dans le Sénégal des alternances, au cours des douze dernières années et qui consiste pour le président sortant, au vu de l’avantage pris sur lui par son concurrent et avant même que le dépouillement, diffusé en direct par les médias audiovisuels publics et privés, ne soit achevé. A fortiori que le Conseil Constitutionnelle, seul juge des élections, ne statue sur elles.

Nous soulignions l’exemplarité de cette pratique sénégalaise et invitions le vaincu du scrutin du 11 août à s’en inspirer. Le soir même, Soumaïla Cissé, challenger d’IBK dans la consultation électorale saluée pour être  » la meilleure jamais organisée au Mali  » depuis l’avènement de la démocratie et du vote pluraliste, s’est rendu au domicile de son rival et non moins aîné pour le féliciter chaleureusement de sa victoire qui n’a encore rien d’officiel mais parait totalement acquise.

Il l’a dit lui-même :  » J’ai sacrifié à la tradition malienne qui veut que le cadet se déplace chez l’aîné pour participer à son rayonnement et le féliciter « .

Ce geste de Soumaïla Cissé, qui a surpris jusque dans son proche entourage, a rassuré les Maliens, vaguement inquiets de ce qui pourrait résulter de ce second tour : ils ont la conviction désormais assise que l’homme qui a brigué leurs suffrages sans l’obtenir possède un sens très élevé de la responsabilité et qu’il ne nuira pas aux intérêts supérieurs de son pays pour assouvir une ambition personnelle. Comme on l'a vu ailleurs en Afrique.

Soumaïla Cissé a magnifié  » la très belle victoire  » d’IBK mais le geste qu’il a posé lui-même hier est  » une très belle victoire » de la responsabilité et de l’amour qu’un homme peut porter à ses concitoyens.

Il doit en être salué et remercié.
Reste à savoir maintenant s’il est disponible pour offrir sa riche expérience et ses compétences reconnues dans la gestion économique et financière à celui qu’il a appelé  » le président IBK  » pour relever l’immense défi qui est le sien ou s’il choisira d’animer l’opposition politique.
Une autre façon de servir le Mali pour l’ancrage de la démocratie et l’instauration de la bonne gouvernance.
 
Saouti Labass HAÏDARA

Mali Web

Ses derniers articles: Atelier de concertation du HCR sur le retour des réfugiés et déplacés du Mali : Les acteurs en conclave pour la facilitation du processus  ORTM / Journal TV 20h du 15 Septembre 2013  L’étrangleur de Bagadadji étranglé 

IBK

Liberté publique

Le Mali se dirige t-il vers une «IBKcratie»?

Le Mali se dirige t-il vers une «IBKcratie»?

Mali

Et si, finalement, c'est ATT qui avait raison?

Et si, finalement, c'est ATT qui avait raison?

Mali

Kidal aux mains des rebelles

Kidal aux mains des rebelles