SlateAfrique

mis à jour le

Des hommes chez les footballeuses équato-guinéennes?

Les sœurs Simpore… ou plutôt les frères Simpore? Salimata et Bilguisa, qui jouent dans l’équipe de football de Guinée équatoriale, ont été exclues de la Coupe du monde de football féminin, qui aura lieu en Allemagne à partir du dimanche 26 juin 2011. Motif: les deux joueuses seraient peut-être des hommes, rapportait The Daily Telegraph mercredi 22 juin.

C'est l’équipe féminine ghanéenne qui a émis de gros doutes sur le sexe des sœurs Simpore après un match amical opposant les deux équipes:

«Après avoir eu des contacts physiques, on sait que ce sont des hommes», explique Diana Ankomah, une des joueuses. «Ce n’est pas du dépit juste parce que nous avons perdu. […] Mais ce n’est pas bon pour le football féminin africain», reproche la capitaine de l’équipe, Florence Okoe.

Les accusations portées à la Guinée équatoriale de recruter des hommes ne sont pas une première. Déjà en 2008, lors du Championnat d’Afrique, quand l’équipe prive pour la première fois le Nigeria du titre de vainqueur, les perdantes y font allusion. Les nigérianes finissent par porter plainte auprès de la Confédération africaine de football (CAF) en 2010, après avoir battu l'équipe équato-guinénne en finale, en Afrique du Sud. La capitaine, Genoveva Anonma, est aussi vouée aux gémonies, mais elle déclarait en novembre 2010 à la BBC qu’elle avait déjà effectué des tests de féminité et trouvait cette accusation «offensante».

La fédération de football de Guinée équatoriale, la Féguifoot, nie toute tricherie et condamne cette «campagne de diffamation».

L’équipe sud-africaine en a rajouté une couche après avoir perdu contre la Guinée équatoriale en demi-finale l’année dernière:

«La Fédération internationale de football association (Fifa) doit instaurer des tests médicaux spécifiques pour établir si ces joueurs sont hermaphrodites. Si [les joueuses] ont 100% de testostérone, ça leur donne un avantage incontestable. Elles ne devraient pas être bannies mais aidées», constate Fran Hilton-Smith, le manager.

La Fifa a d’ailleurs approuvé de nouvelles directives sur les tests de féminité après la découverte en 2009 de l’hermaphrodisme de l’athlète Caster Semenya, championne du monde du 800 mètres.

Les Grecs avaient eux trouvé une solution très simple pour régler le problème, puisque les sportifs concouraient tous complètement nus.

Lu sur The Daily Telegraph