mis à jour le

Lettre ouverte à Ennahdha !

Par N. Wafa Marzouki
Et si vous prenez du recul par rapport à votre politique ;
Vous vous rendez compte qu'au bout d'une année et demi vous avez divisé la Tunisie en deux : des mécréants d'un côté et des musulmans de l'autre ; alors qu'on est unis depuis des siècles par l'Islam ; le rôle du politicien n'est il pas de souder la « Oumma » et de l'épargner du spectre des dissensions étouffantes et de l'éclatement réducteur ?
Même au sein d'une même famille, un sentiment de haine voire de fanatisme s'installe rien que parce que ses membres ne s'entendent pas idéologiquement et se regardent hostilement ; laquelle hostilité va jusqu'au divorce et la rupture de liens sanguins !
Vers quel gouffre vous nous poussez ?
Celui de la lutte fratricide en rapport avec le célèbre slogan de vos ancêtres RCDistes « diviser pour régner » ;
Celui du parti unique, de la pensée unique et de l'homme unique ; définition par excellence de la dictature et tout contrevenant porte atteinte non seulement au parti, mais a la religion et au sacré.
L'instrumentalisation est diabolique ! Et la campagne électorale bat son plein même sans date électorale
Vers quel gouffre vous nous poussez ?

Et si vous prenez du recul par rapport à votre politique ;
Vous vous rendez compte que l'insécurité et partant la peur vont grandissant en Tunisie : braquage, vol, hold up de banques ou de bijouteries, viol, contrebande, trafic et circulation des armes, infractions impunies, pose d'engins explosifs et ... liquidation physique de grands tunisiens musulmans comme vous Nahda !
Assassinat des adversaires politiques qui dérangent et le pouvoir et Caligula, le maître. Assassinat de l'opposition.
Assassinat de la démocratie dans son berceau encore.
La confiance s'annule ; la peur s'amplifie ; la crise s'aiguise et rien ne va.
La mafia s'installe en portant la tenue de l'Islam politique ; les barbus commandent et exécutent froidement les meurtres au nom du DJIHAD, au nom de la foi et le commanditaire et le coupable se promènent sans peur...
La Tunisie est leur fief et l'appareil judiciaire, leur alibi.
Réveille-toi cheikh Mohamed Tahar BEN ACHOUR, auteur de « Maqacidou'chariaa'ti-il-islamiya » (finalités de la charia islamique), ils sont « sortis de Mellit » Mohamed, notre prophète.
Ont-ils sauvegardé la dignité humaine, la tolérance, la justice, l'égalité et la liberté ?
Ont-ils préservé la Tunisie ?
La Tunisie vit -22mois après les élections du 23 Octobre- ses temps les plus mouvementés et même les plus ensanglantés : des opposants et des militaires lâchement tués et paradoxalement l'un des fabricants d'engins explosifs mort calciné par son propre engin qui a explosé...
No comment.
Mais où est l'appareil sécuritaire ? Est-il neutre et républicain ? Pourquoi tant de laxisme et de lenteur ?
Sommes-nous à l'abri des nébuleuses terroristes qui se meuvent un peu partout dans le monde et qui savent cibler leurs proies ?
Vers quel gouffre vous nous poussez ?

Et si vous prenez du recul par rapport à votre politique ;
Vous vous rendez compte que vous avez fidèlement reproduit le même ordre administratif que celui de vos
Prédécesseurs.
Vous vous êtes infiltrés partout. Vous désignez aux postes clefs de l'administration tunisienne vos fonctionnaires partisans.
Même les résultats de vos concours sont arbitraires et ne sont pas justes.
Même vos opposants sont indirectement sanctionnés, par parent interposé. N'est ce pas Mr le ministre de la Santé !
Rien n'a changé, Messieurs ! Zaba est mort ; vive Zaba.
Nahdha est dans les postes phares : PDG, directeurs, sous directeurs, chefs de service, conseillers, gouverneurs, délégués... Nahdha est rapace et collera au pouvoir et au fauteuil.
Ni la performance ni la compétence ne sont retenues pour le recrutement de futurs employés.
Seule, L'alliance au parti Nahdha détermine le choix.
Réviser ces recrutements alignés, est urgent.
Pour l'intérêt de la Tunisie.
Dissoudre incessamment ce gouvernement et le remplacer par un autre, de technocrates indépendants, est urgent.
Pour l intérêt de la Tunisie.
Écourter le mandat de l'ANC et réduire ses prérogatives :
terminer la rédaction de la constitution sous l'égide d'un groupe d'experts en droit constitutionnel.
compléter l'élection de l'instance supérieure des élections.
promulguer la loi électorale. Sans plus.
Et passer aux élections.
Pour l'intérêt de la Tunisie. Pour des lendemains meilleurs.
La démocratie se nourrit de ses flammes certes, mais elle aura sa place d'élection dans notre République Tunisienne2, celle de la société civile, de l opposition, des libertés, de l'Islam modéré et celle de la stabilité, de la tolérance, de la justice et de l'égalité.
Que le 20 Mars, le 25 Juillet et le 13 Août soient à jamais inscrits en lettres d'or dans la mémoire des tunisiennes et des tunisiens.
N. Wafa Marzouki
Jendouba, le 12 Août 2013.

Tunisie Focus

Ses derniers articles: Dimanche , Ban Ki-moon a reçu le rapport des enquêteurs de l’ONU en Syrie  Une météorite tombe  Journée internationale de la démocratie . Bla-bla-bla chez les arabes 

lettre

Actualités

Lettre d’Alger : La surexcitation

Lettre d’Alger : La surexcitation

Steven LAVON

Bloqué au Qatar avec sa famille, le Franco-algérien Zahir Belounis appelle Zidane et Guardiola

Bloqué au Qatar avec sa famille, le Franco-algérien Zahir Belounis appelle Zidane et Guardiola

Oumar DIARRA

Afrobasket 2013 / Sénégal: Le président de la fédé envoie une lettre de protestation

Afrobasket 2013 / Sénégal: Le président de la fédé envoie une lettre de protestation

Ennahdha

satarbf

Ennahdha crie victoire

Ennahdha crie victoire

Actualités

Rached Ghannouchi : Ennahdha coordonne avec les parties responsables dans l’opposition

Rached Ghannouchi : Ennahdha coordonne avec les parties responsables dans l’opposition

Actualités

Abdelfatah Mourou : Le mouvement Ennahdha n’est pas prêt

Abdelfatah Mourou : Le mouvement Ennahdha n’est pas prêt