mis à jour le

Le potentiel de croissance des économies émergentes: Les chiffres de Mc Kinsey

Le second semestre 2013 est déjà entamé et les perspectives de croissance de l'économie mondiale, quoique incertaines et fragiles, semblent meilleures que dans un passé récent. Le premier semestre de cette année, en effet, a enregistré une reprise de l'activité aux Etats-Unis où le taux de chômage, qui était de 8 % l'an dernier, est tombé à

7 % au terme du mois de juillet. La vieille Europe, la plus affectée par la crise économique, se ressaisit quelque peu et les économies de la France ou de l'Espagne montrent des signes de reprise qui laissent espérer que la croissance sera de nouveau au rendez-vous dès 2014.

Ces perspectives, prudentes, sont cependant liées à de nouvelles réalités, celles qui établissent que la croissance mondiale, demain et dans les décennies à venir, sera tirée par les pays émergents, quels que soient leurs problèmes actuels, issus de la propagation à leurs économies de la crise mondiale, l'un des effets les plus visibles de la globalisation. Cela se mesure parfaitement par les performances de l'indice MSCI qui a perdu 8,5 % à la fin juin 2013, ce qui confortera sans doute le Maroc désormais classé dans la catégorie «frontier», après avoir figuré dans celle des «emerging markets»!

 

Désormais, la plupart des analystes s'accordent à dire que les pays émergents, dont les classes moyennes croissent rapidement, seront le réceptacle des productions et de la consommation mondiale, toutes origines confondues. C'est sur leur développement et leurs nouveaux besoins que s'appuieront les économies et leurs entreprises, soient-elles des pays industrialisés ou du Sud.

Ainsi, selon une étude de McKinsey, les classes moyennes compteront en 2025, 4,2 milliards d'individus, soit une hausse de 1,8 milliard de personnes par rapport à 2010. Selon la même étude, la consommation mondiale passera entre 2010 et 2025, de 38.000 milliards à 64.000 milliards de dollars, tandis que la contribution des consommateurs des économies émergentes grimpera de 30 % en 2010 à près de 50 % en 2025.

Merrill Lynch établit pour sa part que le potentiel de croissance dans les pays émergents est énorme. Un Américain, un Japonais et un Européen consomment chaque année pour respectivement 34.384, 28.259 et 21.076 dollars par habitant, quand un Indien, un Chinois ou un Indonésien dépensent respectivement 782, 1.910 et 1.987 dollars seulement.

On comprend ainsi que les grandes marques et entreprises occidentales, notamment dans le luxe, ont de belles années devant elles, mais, les boissons et l'alimentation également, conjointement avec l'industrie automobile, les télécommunications, ou les services bancaires.

Les deux ou trois prochaines décennies seront également des années où les besoins vitaux des populations des pays émergents devront et pourront être satisfaits, ce qui alimentera d'autant la croissance écoonmique de ces économies et partant, de l'économie mondiale. On a ainsi pu calculer qu'un PIB annuel passant de 7 000 à 9 000 dollars, induit une hausse de 3,8 % de la consommation en alimentation et en boisson. Mais un niveau de vie en hausse induit une augmentation des besoins en communication de 10,2 %, de 9,5 % pour le transport , 8 % pour l'enseignement, 7,4 % pour les loisirs, 6,8 % pour l'immobilier et 6,1 % pour les services financiers.

S'il est donc peu évident pour les mois à venir que ces besoins s'expriment si massivement, il est certain à l'opposé que la croissance mondiale sera tirée par les économies émergentes dans les prochaines années. D'ici 2025 en effet, les consommateurs des pays émergents contribueront pour moitié à la consommation mondiale.

La chance du Maroc est donc de figuer parmi ces pays à fort potentiel de croissance et de consommation. Une chance qu'il s'agit de transformer en atout, en réalité, en adoptant notamment les politiques économique, financière, incitative qu'exige cette réelle opportunité !

Afifa Dassouli

La Nouvelle Tribune

Ses derniers articles: Peinture : Patrick Jolivet  Le Maroc renforce ses capacités de production en énergie solaire  Plus de 51.000 bénéficiaires de l’Initiative royale “Un million de cartables” 

croissance

AFP

Afrique: la reprise fragile de la croissance se confirme, selon le FMI

Afrique: la reprise fragile de la croissance se confirme, selon le FMI

AFP

Le Nigeria renoue avec la croissance au deuxième trimestre

Le Nigeria renoue avec la croissance au deuxième trimestre

Croissance

Pourquoi la croissance démographique ne ralentit pas en Afrique

Pourquoi la croissance démographique ne ralentit pas en Afrique

économies

AFP

Le franc CFA, ami ou ennemi des économies africaines?

Le franc CFA, ami ou ennemi des économies africaines?

AFP

Le Nigéria fait des économies en supprimant des fonctionnaires fantômes

Le Nigéria fait des économies en supprimant des fonctionnaires fantômes

AFP

Ebola menace d'infecter les économies africaines, selon des experts

Ebola menace d'infecter les économies africaines, selon des experts