mis à jour le

Les entreprises absorbent plus de 60 % des crédits des banques et sociétés de financement

 

L'emprunt bancaire demeure de loin le mode de financement privilégié des entreprises marocaines. En effet, en raison de leur structure, les entreprises et plus particulièrement les PME qui représentent 92 % du tissu économique national, ont une certaine frilosité envers les autres modes de financement (bourse, capital investissement, titrisation, marché de la dette privée, etc.). Ainsi, en cas de besoins de financement, les entreprises se tournent systématiquement vers le secteur bancaire qui est aujourd'hui à l'origine de 90 % de l'endettement des entreprises non financières (publiques  et privées) avec un encours d'environ 410 milliards de dirhams, contre 423 milliards de dirhams en 2012 et 403 milliards de dirhams en 2011.

La baisse de l'encours depuis le début de l'année s'inscrit dans le sillage de la baisse de l'encours des crédits d'équipement (-2 % ou -2,7 milliards de dirhams) et de trésorerie (-7,2 % ou -13,36 milliards de dirhams).

Environ 334 milliards de dirhams de cet encours sont alloués aux entreprises privées non financières et le reliquat est constitué de prêts accordés aux promoteurs individuels (45 milliards de dirhams) et aux entreprises non financières publiques (30,5 milliards de dirhams).

Pour leur part, les sociétés de financement, crédit-bail notamment, ont enregistré un encours de crédits de 40,5 milliards de dirhams en faveur des entreprises, à fin mars 2013, contre 49,86 milliards de dirhams à fin 2012. A noter que durant l'exercice écoulé, la contribution du crédit bail à l'investissement, mesurée par l'encours comptable rapporté à la formation brute du capital fixe (FBCF) a atteint 15,9 %.

 

450 milliards de dirhams d'endettement

 

En tenant compte des crédits alloués aux entreprises par les banques et les sociétés de financement, l'endettement des entreprises non financières tourne autour de 450 milliards de dirhams, soit environ plus de 62 % du total des crédits accordés par ces établissements financiers à l'économie nationale. Cet encours est en baisse de l'ordre de 5 % par rapport à fin décembre 2012 (473 milliards de dirhams) du fait surtout du recul des crédits octroyés par le secteur financier aux entreprises marocaines depuis le début de l'année.

Pour ce qui est de la ventilation de l'encours des crédits par segment d'entreprises, les PME et les TPE, bien que représentant plus de 92 % du tissu économique national, n'ont bénéficié que d'environ 28 % du total des crédits accordés par les banques et les sociétés de crédit-bail.

A noter qu'un intérêt grandissant est accordé par le Gouvernement et Bank Al-Maghrib pour soutenir l'accès des TPE et PME au financement bancaire.

Par ailleurs, bien qu'étant prépondérant, l'endettement des entreprises non financières auprès des banques et des sociétés de financement reste à un niveau jugé globalement maîtrisé. Cet endettement de représente qu'environ 55 % du PIB.

En effet, l'encours des créances en souffrance détenues par les banques sur les entreprises non financières tourne autour de 25 milliards de dirhams à fin mai 2013, soit une moyenne de créances en souffrance d'environ 5,5 %.

 

Moussa Diop

La Nouvelle Tribune

Ses derniers articles: Peinture : Patrick Jolivet  Le Maroc renforce ses capacités de production en énergie solaire  Plus de 51.000 bénéficiaires de l’Initiative royale “Un million de cartables” 

entreprises

AFP

Ethiopie: nouvelles violences contre des lieux touristiques et entreprises étrangères

Ethiopie: nouvelles violences contre des lieux touristiques et entreprises étrangères

AFP

Face

Face

AFP

Maroc: les entreprises françaises en reconquête

Maroc: les entreprises françaises en reconquête

banques

AFP

La Banque centrale du Nigeria réadmet les banques sur le marché international des changes

La Banque centrale du Nigeria réadmet les banques sur le marché international des changes

Finance

Peut-on (encore) se passer des banques au quotidien en Tunisie?

Peut-on (encore) se passer des banques au quotidien en Tunisie?

AFP

En Afrique, la montée en puissance de banques locales redistribue les cartes

En Afrique, la montée en puissance de banques locales redistribue les cartes

financement

AFP

Financement libyen: Takieddine entendu par la police

Financement libyen: Takieddine entendu par la police

Jeux olympiques

Faute d'argent, les athlètes nigérians ont failli ne pas pouvoir partir aux JO

Faute d'argent, les athlètes nigérians ont failli ne pas pouvoir partir aux JO

AFP

L'ex-président malien Touré auditionné sur un financement libyen pour Sarkozy

L'ex-président malien Touré auditionné sur un financement libyen pour Sarkozy