mis à jour le

Arrestation et détention de burkinabè en Côte d'Ivoire : Le cri de cœur de Maré Boussa

Il a pour nom MARE Boussa Tockville Josué. Il est actuellement Installé en Italie ou il prépare une thèse de Doctorat auprès de l'Université de Bologna. Mais si Maré a pris sa plume, ce n'est pas pour parler de ses travaux de recherches. Encore moins pour donner une carte postale de l'Italie. Non, il est plutôt remonté contre l'arrestation et la détention de burkinabè en Côte d'Ivoire depuis plus de 12 mois, et qui semble être à ses yeux, ni plus ni moins que de l'arbitraire. Parmi les personnes concernées par l'affaire, figure notamment Maré Tobouré Gaston, le frère de Boussa. Nous vous donnons donc à lire le message transmis à la rédaction de lefaso.net et qui se veut également une interpellation à l'endroit des plus hautes autorités du Burkina. A commencer par le Président du Faso en personne.

Monsieur MARE T. Gaston est installé en Côte d'Ivoire depuis plus d'une dizaine d'années pour motif de travail à la recherche du mieux-être et grâce à son sens d'honnêteté et d'intégrité, il a été embauché comme gardien d'une école maternelle qui est fondée et gérée par une dame de nationalité ivoirienne.

Gaston a travaillé auprès de cette dame pendant plusieurs années et a obtenu une bonne confiance de sa patronne qui a fini par le considérer comme un fils. Gaston est marié à une fille ivoirienne et ils sont parents de deux beaux garçons dont l'éducation scolaire/familiale est aujourd'hui hypothéquée.

En plus de son activité de gardiennage, Gaston avait commencé à vendre des petits articles sur une table juste devant l'école où il travaille. Au regard de la position stratégique de l'activité commerciale de Gaston, l'affaire lui réussit, c'est ainsi qu'il décide d'ouvrir un kiosque restaurant toujours près de son lieu de travail et dont il confie la gestion à sa femme et à un de ses cousins du nom de Thomas MARE.

Gaston devient ainsi populaire dans son quartier de travail et de petits commerces au point qu'une bonne partie des résidents du quartier et les ouvriers qui travaillaient aux chantiers du quartier et environnant venaient se ravitailler auprès de lui (nourriture et autres).

La crise ivoirienne va cependant contraindre Gaston à fermer son commerce au temps fort des événements. Il décide alors de se convertir dans la vente d'articles de maison (ciments, confection et vente des briques etc).

Gaston arrive encore à tirer son épingle du jeu de cette affaire et il passera à la réalisation d'autres projets. Il commence alors à s'investir parallèlement dans le transport urbain par l'acquisition d'un taxi dont il confiera la conduite à un chauffeur burkinabè.

Tout commence à bien reprendre pour Gaston car le taxi lui rapporterait autour de 10 000fcfa/jour, si bien qu'il me contactera entre temps en tant que son frère ainé vivant en Europe, de lui chercher une voiture d'occasion, notamment une bâchée, qu'il achètera pour la livraison de ses articles (ciments, briques et autres matériaux de construction). Dans cette diversification de ses activités, Gaston s'est adjoint des services de main d'½uvre contractuelle.

Des interpellations qui en appellent d'autre

Au cours d'une journée de juin 2012, deux jeunes burkinabè qui sont des contractuels de Gaston, Raphael Zinsonni et Tamini Boukaré, ont été interpellés et conduits pour garde à vue dans un commissariat de Police de la ville d'Abidjan.

Le sieur Raphael Zinsonni vient du même village que Gaston. Il est le fils ainé du Pasteur d'une église des Assemblée de Dieu du village natal de Gaston, le village de Kipala situé dans le département de Zabré (Province du Boulgou).

Le motif avancé pour leur arrestation est qu'il y'aurait eu un braquage au domicile d'un certain Monsieur qui s'appellerait Monsieur Ouattara Romain. Je précise au passage que d'après les informations portées à ma connaissance, l'interpellation des deux jeunes n'a pas eu lieu au domicile de Monsieur Ouattara Romain qui ferait l'objet de braquage.

Une demande d'explication qui tourne au vinaigre

Monsieur Ouattara Romain exercerait comme professionnel dans le milieu judiciaire ivoirien. Il m'a été aussi rapporté que dans la conduite de ses activités de petit commerce, Gaston connaissait auparavant Monsieur Ouattara Romain qui est l'un de ses clients d'ailleurs.

En effet, celui.ci venait acheter des articles de construction (ciments et autres) avec Gaston, parfois à crédit et ce sont les deux jeunes, contractuels de Gaston qui poussaient le chariot pour servir Monsieur Ouattara Romain à son chantier.

Se basant sur cette amitié ou connaissance, Gaston est allé voir Monsieur Ouattara dans son bureau situé au plateau, un quartier d'affaires de la ville d'Abidjan. Il s'agissait, selon Gaston de voir Monsieur Ouattara Romain pour en savoir davantage de ce qui s'est passé à son domicile et voir à quel niveau sont impliqués les jeunes interpellés.

Monsieur Ouattara Romain se serait alors mis dans une grande colère tout en demandant à Gaston le nom de celui ou celle qui lui a montré l'emplacement de son bureau. Gaston aurait tenté en vain de lui faire comprendre qu'il n'était pas venu auprès de lui pour la bagarre et que par conséquent il serait mieux qu'il aborde le motif de sa présence au lieu de parler de celui qui lui a montré le chemin du bureau.

Mais peine perdue, Gaston est à son tour arrêté (juin 2012) et avec les deux jeunes, ils seront tous déférés très rapidement à la maison d'arrêt et de correction d'Abidjan d'où ils séjournent il y'a maintenant plus de 13 mois.

D'après les confidences de Gaston, le bureau de Monsieur Ouattara Romain lui serait indiqué par un des policiers qui assurait la garde à vue de Raphael et de Boukaré, mais celui-ci aurait confié à Gaston de ne pas dévoiler son identité à Monsieur Ouattara Romain.

Médiations infructueuses

Au début de l'affaire que j'appellerais l'affaire Gaston, un oncle de Gaston répondant au nom de MARE Kouamé Daniel et le Pasteur de l'Eglise des Assemblées de Dieu d'un quartier d'Abidjan, ont entrepris des démarches auprès des services judiciaires ivoiriens pour que Gaston et les jeunes soient libérés à défaut d'une preuve concrète qui établit qu'ils sont les agresseurs du domicile de Monsieur Ouattara Romain.

L'Ambassade du Burkina Faso en Côte d'Ivoire est également informée et des gens se réclamant de l'Organisation des Nations Unies (ONU) se seraient mis en contact avec l'oncle Daniel en disant qu'ils ont appris qu'il y a des burkinabè qui sont arrêtés.

Pendant quelques mois l'investissement de l'oncle Daniel et celui du Pasteur auprès des services judiciaires ivoiriens rencontreront chaque fois des promesses de libération des jeunes en l'absence des preuves de leur inculpation formellement établies, mais jamais tenues.

Il semblerait que le juge d'instruction attendrait toujours l'autorisation de Monsieur Ouattara Romain pour libérer Gaston et probablement son équipe. Dans la nervosité, l'oncle Daniel a proposé entre temps de mobiliser la communauté sur place et les amis de Gaston qui ont du mal à contenir leur colère face à ce qu'ils qualifient d'injustice caractérisée, pour aller en grève contre des allégations qui seraient fondées selon lui sur la xénophobie de Monsieur Ouattara Romain.

Attaché toujours au principe de faire confiance au bon fonctionnement de nos institutions judiciaires qui sont pour moi les seuls cadres légaux où le droit se dit, j'ai tout fait pour convaincre Daniel et toute l'équipe d'abandonner leur idée et de privilégier le dialogue tout en laissant la justice ivoirienne faire tranquillement son travail.

Au cours de la procédure judiciaire qui pour moi suivrait normalement son cours sur la base uniquement des règles de droit, je suis surpris aujourd'hui de la tournure que cette affaire est en train de prendre dans un Etat de droit.

Par exemple, le petit frère de Gaston et le fils ainé de Daniel seront tour à tour arrêtés et gardés à vue pour quelques jours à la police, mais ils seront relaxés. C'est pourquoi j'ai décidé d'exprimer mon cris de c½ur sous la forme d'une lettre ouverte à l'attention de :

- Son excellence Monsieur le Président du Faso ;
- Monsieur le Ministre d'Etat, Ministre des Affaires Etrangères ;
- Monsieur le Ministre de la Justice ;
- La presse nationale et internationale qui sensibilise constamment l'opinion publique ;
- Toutes les militantes et militants en faveur des droits de l'Homme.

En effet selon le Pasteur et d'autres personnes qui ont été reçuse plusieurs fois dans le cadre de leur mission de médiation, par Monsieur Ouattara Romain, celui-ci aurait avoué plusieurs fois qu'il ne reconnait pas Gaston et Raphael comme étant parmi les braqueurs de sa maison, mais qu'il aurait réussi à bien identifier Tamini Boukaré sur le lieu de l'agression.

Donc aucune charge n'est retenue contre Gaston et Raphael et pourtant ceux-ci sont toujours détenus à la prison. Selon toujours les propos qui m'ont été rapportés, Monsieur Ouattara Romain jusqu'ici évoque comme chef d'inculpation retenu contre Tamini Boukaré, le fait qu'il a pu l'identifier sur le lieu de l'infraction c'est-à-dire à son domicile, mais il ne fournit aucune preuve à l'appui à la justice ivoirienne. Je rappelle qu'aucun des trois jeunes n'a été arrêté au domicile de Monsieur Ouattara Romain.

La Directrice de l'école qui était gardée par Gaston, a cherché à approcher Monsieur Ouattara Romain afin de trouver un dénouement heureux à cette affaire. Elle avoue à Monsieur Ouattara Romain que pendant plus de 10 ans, Gaston est auprès d'elle, mais il n'a jamais pris son aiguille et elle n'a jamais aussi enregistré une plainte contre lui dans le quartier.

J'ai personnellement eu souvent des échanges au téléphone avec ceux qui se sont introduits auprès de Monsieur Ouattara Romain et je leur ai aussi manifesté mon adhésion au dialogue constructif. Aujourd'hui après plus de 13 mois de détention de Gaston et de ses camarades, Monsieur Ouattara Romain avoue qu'il ne veut pas libérer Gaston et Raphael pour qui, il est sûr qu'ils ne sont pas parmi ses agresseurs, mais qu'il aurait peur que ces derniers toutefois qu'ils seront libres, tentent de se venger contre lui.

Il dit qu'il voudrait avoir des garanties qu'ils ne se vengeraient pas contre lui. En tant qu'un homme de droit, Monsieur Ouattara Romain sait mieux que quiconque que le terme vengeance s'emploie dans les circonstances où il y'a généralement manque de justice.

Le Pasteur ayant échangé avec Gaston et Raphael est retourné voir Monsieur Ouattara Romain pour lui signifier qu'il a eu les assurances de Gaston et de Raphael qu'ils n'ont jamais pensé à une quelconque vengeance à l'encontre de Monsieur Ouattara Romain toutefois qu'ils seront libres.

J'ai aussi exhorté les jeunes à ne pas penser à de telle initiative même après leur sortie de la prison et ils m'ont aussi rassuré qu'ils n'ont jamais pensé à cela. Comme disait un Homme politique français, en l'occurrence, l'ancien Président français, Jacques Chirac, je cite : « La vengeance ne fait qu'augmenter inutilement le spectre de la violence ».

Déni de justice ?

L'un des points qui me surprend aujourd'hui est la démarche de Monsieur Ouattara Romain en tant qu' Homme de droit dans le traitement de cette affaire. Pourquoi n'avait-il pas voulu qu'on connaisse son lieu de travail au début ?

Pour quels motifs demande-t-il des garanties pour sa sécurité au lieu de garantir les règles de droit en disant le droit ? L'Etat ivoirien n'assumerait-il pas suffisamment sa responsabilité de protection vis-à-vis de la personne de Monsieur Ouattara Romain dans l'exercice de sa fonction judiciaire au profit du justiciable ?

L'analyse de toutes ces questions pour tenter de comprendre la démarche de Monsieur Ouattara Romain me fait penser à tort ou à raison à celle d'une personne de moralité douteuse.

Nous savons tous que seules la paix, la stabilité, la cohésion et la justice sociales permettent de garantir de bonnes conditions de développement. L'Afrique toute entière en a besoin. Cela ne nous sert plus de continuer à nous bagarrer sur des sujets honteux.

Nous devons nous investir davantage aux cotés de nos autorités pour offrir à chaque justiciable ou citoyen africain, la nourriture et la paix sociale qui sont les premiers médicaments pour soigner la vie. C'est pourquoi je saisis l'occasion pour saluer le renforcement des liens d'amitié entre le peuple de la Cote d'Ivoire et celui du Burkina Faso.

En conclusion, je lance un appel à l'endroit de son Excellence Monsieur le Président du Faso et à l'endroit de toutes les personnes éprises de justice afin que les droit de Gaston et de ses camarades leur soit reconnus.

La femme de Gaston et un de ses garçons vivent aujourd'hui grâce au soutien de sa Patronne qui fait tout ce qu'elle peut pour lui, mais l'éducation des enfants est hypothéquée. S'il vous plait, aidez-nous à arrêter la fabrication des vrais agresseurs de demain.

B.Tockville Josué MARE,
Ph.D student
Department of Agricultural Sciences (DipSA)
Viale Fanin, 44
40127 Bologna (BO)
Universita di Bologna,
Italy

Le Faso

Ses derniers articles: Tirage au sort des barrages de la coupe du monde 2014 :  Paroisse de Bissighin : les élèves et étudiants  Coupe OAPI : ONEA en dames et SONABHY en hommes 

arrestation

AFP

Burundi: arrestation des deux leaders de la principale rébellion

Burundi: arrestation des deux leaders de la principale rébellion

AFP

Maroc: arrestation d'un Américain pour "exploitation sexuelle de mineurs"

Maroc: arrestation d'un Américain pour "exploitation sexuelle de mineurs"

AFP

Cameroun: arrestation d'un défenseur de l'environnement

Cameroun: arrestation d'un défenseur de l'environnement

détention

AFP

Zimbabwe: du limogeage du vice-président

Zimbabwe: du limogeage du vice-président

AFP

Ouganda: l'opposition dénonce la détention de son leader

Ouganda: l'opposition dénonce la détention de son leader

AFP

Sénégal: protestations

Sénégal: protestations