mis à jour le

On vous le dit

Pic historique de consommation d'électricité     Le pic de consommation électrique a été atteint et même dépassé les 26 et 27 juillet dernier, un record historique de 10 gigawatts, a indiqué dimanche un bulletin mis en ligne du Centre de développement des énergies renouvelables (CDER). L'appel de puissance maximal «matin» a enregistré trois records consécutifs pendant cette période (9787 MW le 25 juillet, 9798 MW le 26 juillet) et a dépassé le seuil symbolique de 10 GW, en atteignant 10036 MW le 27 juillet 2013, vers 14h, ajoute-t-on de même source. L'appel de puissance maximal «soir» a dépassé le seuil de 10 GW durant ces trois jours, souligne le CDER selon lequel «ce niveau historique de consommation a été atteint pour la première fois le 25 juillet vers 21h, avec 10 028 MW et a été aussitôt dépassé, le soir du 26 juillet, avec 10 262 MW de puissance appelée». Une bande de malfaiteurs neutralisée à El Menéa   Après avoir longtemps entretenu la psychose parmi la population de la daïra d'El Menéa par la multiplicité de ses actes délictuels, souvent sous la menace d'armes blanches, une dangereuse bande de malfaiteurs, composée de sept individus, dont deux jeunes femmes, a été neutralisée en fin de semaine par les éléments de la police judiciaire de la sûreté de daïra d'El Menéa, 270 km au sud-est du chef-lieu de wilaya, Ghardaïa. Une grosse partie du butin provenant de vols a été récupérée dans le repaire d'un des malfaiteurs ainsi que des armes blanches. Présentés devant le procureur près le tribunal d'El Menéa, ils ont été placés sous mandat de dépôt par le magistrat instructeur et incarcérés à la nouvelle prison de la même ville. La particularité de cette affaire est la présence de la gent féminine dans la bande, une première dans les annales criminelles locales. Emeutes dans un centre de détention de migrants   Au moins dix policiers ont été blessés dans des meutes qui se sont produites, samedi dernier, dans un centre de détention de migrants clandestins, situé dans la ville grecque d'Amigdaleza, au nord d'Athènes, a rapporté  dimanche la chaîne de télévision Skai.    Le centre d'accueil pour migrants, inauguré en avril dernier, abrite environ 1700 personnes, pour la plupart des ressortissants de pays asiatiques.  Au terme de leur détention, la grande majorité des migrants illégaux sont déportés du pays.  D'après la police, la principale raison, ayant poussé les migrants à se révolter, a été la décision des autorités de prolonger de 12 à 18 mois la  durée maximale de leur séjour dans le centre. Aussi, des migrants ont mis le feu à leur lit et aux conteneurs dans lesquels ils dorment, tandis que certains d'entre eux ont commencé à jeter des pierres sur les policiers et les pompiers arrivés sur place. Une heure plus tard, tous les détenus étaient retournés dans leur chambre. La police ne précise pas si des migrants ont été blessés. Grève aux champs de course de Tiaret   Une énième grève des propriétaires, éleveurs et compétiteurs sur les champs de course, est observée, depuis mardi dernier, à cause de la gestion jusque-là désastreuse de la Société des courses hippiques et du Pari mutuel, qui, depuis mars , ne verse aucun sou à l' Office national de développement de l'élevage équin et camelin (ONDEEC) et ne paie pas les primes aux éleveurs. C'est la deuxième grève du genre en l'espace de quelques mois. Bien qu'une réunion soit prévue avec le ministre de l'Agriculture, les perspectives d'une bonne reprise restent minces, si aucun changement à la tête de la SCHPM n'est envisagé, nonobstant le relèvement de la prime de naissance qui reste dérisoire par rapport aux efforts fournis par certains amoureux du noble compagnon de l'homme, le cheval. Pourtant lors de la visite du Premier ministre, Abdelmalek Sellal, à Tiaret, chez un éleveur privé qui a investi plus de 20 milliards pour la réalisation d'une ferme pour l'élevage équin, les problèmes rencontrés avaient été évoqués.

El Watan

Ses derniers articles: Programme AADL 2 : les résultats communiqués  Tizi Ouzou : Les retraités de l‘ANP s’organisent  Sellal : Les visites de terrain n'ont rien