mis à jour le

Stratégie terroriste déjouée

L'ex-GSPC, devenu Al Qaîda au Maghreb, a réadapté sa stratégie ces dernières années en décidant de cibler quasi-exclusivement les différents corps des services de sécurité. Cette stratégie diabolique a pour but de prémunir l'organisation terroriste contre les réactions immédiates des populations, dont l'effet est dévastateur sur la survie des maquis islamistes. Les opérations contre des cibles civiles ont été ostentatoirement ajournées dans l'agenda des groupes armés, ce qui leur assurerait, selon eux, une liberté de mouvement et la «sécurisation» de leurs réseaux d'approvisionnement. Il faut rappeler que la nébuleuse terroriste a été échaudée, en Kabylie notamment, au milieu des années 1990. La résistance citoyenne a été mise sur pied à cette période lorsque des groupes armés attaquaient les villages en amassant des fusils de chasse et des vivres. L'affront ne pouvait pas durer longtemps. En mettant les pieds dans les villages, les islamistes armés signaient leur perte et ont fini par battre en retraite devant les Groupes de légitime défense (GLD), partis à leur recherche. Les hordes intégristes avaient alors compris qu'aucun groupe terroriste ne pouvait être suffisamment armé face à une population mobilisée. Les kidnappings, conçus par les «émirs» comme la première source de financement pour leurs troupes, ont connu un reflux ces derniers mois dans la région, en raison de l'hostilité grandissante de la population. Les derniers cas d'enlèvement ont tous été suivis de manifestations des citoyens, amenant les ravisseurs à relâcher leurs otages sans recevoir de rançon. La mobilisation de la population est le véritable cauchemar des terroristes. Ces derniers subissent les pilonnages et les accrochages sans s'estimer vaincus, mais considèrent que leur guerre est perdue quand des villageois leur intiment de «dégager» des collines sous peine de guerre totale. Les attaques à l'explosif perpétrées ces dernières années contre des convois de l'armée ou d'autres corps de sécurité se comptent par dizaines, avec des épisodes meurtriers. Les terroristes ont jusque-là opéré avec une facilité qui confine à l'impunité, se jouant d'une pression militaire qui paraît pourtant lourde et appuyée. Le dispositif antiterroriste régulièrement renforcé, à travers les barrages de contrôle et les postes d'observation, s'est avéré très peu efficace, ne réussissant pas à démanteler les bases arrière des groupes armés, encore moins prévenir les attentats. Patriotes désarmés, GLD mis en veilleuse, la lutte antiterroriste a tourné pratiquement dans le vide, sans effet déterminant sur la persistance des groupes islamistes en activité ou les réseaux en dormance. Les bavures militaires, qui ont été nombreuses ces dernières années, étaient impossibles du temps où les opérations des services de sécurité associaient des groupes de résistants auquel il était très facile de distinguer entre un chasseur et un terroriste, entre des villageois rentrant chez eux et des islamistes en cavale. Le plan des terroristes visant à poursuivre leur besogne en se préservant de la colère de la population est en train de voler en éclats, ce qui finira par arriver à leur propre organisation. L'attentat commis mardi dernier contre des policiers à Azeffoun a poussé la population locale à sortir hier dans la rue, pour dire halte au terrorisme. Un événement charnière qui peut annoncer le début de la fin des groupes des djihadistes criminels, qui ont longtemps écumé, agressé et meurtri une région dont le combat politique est diamétralement opposé à leur projet obscurantiste.  

El Watan

Ses derniers articles: Programme AADL 2 : les résultats communiqués  Tizi Ouzou : Les retraités de l‘ANP s’organisent  Sellal : Les visites de terrain n'ont rien 

stratégie

AFP

Égypte: Sissi défend sa stratégie contre les jihadistes dans le Sinaï

Égypte: Sissi défend sa stratégie contre les jihadistes dans le Sinaï

AFP

Stratégie de la terre brûlée contre Boko Haram au Nigeria

Stratégie de la terre brûlée contre Boko Haram au Nigeria

AFP

Egypte: "une stratégie de trois ans" pour relancer l'économie

Egypte: "une stratégie de trois ans" pour relancer l'économie

terroriste

AFP

Attaque terroriste au Kenya: la version policière remise en cause par des ONG

Attaque terroriste au Kenya: la version policière remise en cause par des ONG

AFP

Côte d'Ivoire: deux soldats jugés pour l'attaque terroriste de Grand Bassam

Côte d'Ivoire: deux soldats jugés pour l'attaque terroriste de Grand Bassam

AFP

Le Sénégal va renforcer ses forces armées contre la menace terroriste

Le Sénégal va renforcer ses forces armées contre la menace terroriste