mis à jour le

Commune V : L’AFFLUENCE REMONTE L’APRES-MIDI

Il n'y avait  pas de longues files d'attente hier devant les bureaux de vote de l'école fondamentale Mamadou G. Simaga, en Commune V de Bamako, où le candidat Soumaïla Cissé a voté. Ce centre totalise 32 bureaux de vote et plus de 16 000 électeurs. Ces bureaux ont tous ouvert à 8 heures sous une forte pluie qui a vraisemblablement bloqué nombre d'électeurs à la maison pendant une bonne partie de la matinée. Le bureau de vote n°22 a néanmoins enregistré son premier électeur à 8h10. Idem au bureau 23 où sont inscrits 490 électeurs dont 212 femmes. Les forces de l'ordre avaient des consignes fermes : pour accéder au centre, toute personne doit obligatoirement présenter sa carte d'électeur NINA. A la différence du premier tour, les attroupements ont été interdits dans les centres de vote. « Nous avons des agents à l'intérieur. Les personnes qui ont voté sont conduites hors du centre pour éviter des surprises désagréables », explique un agent de police. De même, les téléphones portables sont interdits dans l'isoloir et les présidents de bureau de vote surveillent le moindre geste suspect d'un électeur. La Délégation générale aux élections (DGE) a déployé dans chaque centre de vote, une équipe pour orienter les électeurs vers leur bureau. Cet ensemble de mesures a permis de limiter les attroupements à l'intérieur et à l'extérieur des bureaux. C'est aux environs de 9h10 que le candidat de l'Union pour la République et la démocratie (URD), Soumaïla Cissé, accompagné de son épouse, a voté dans le bureau n° 25.  « Je suis fier de notre peuple qui, en si peu de temps, a pu retrouver le chemin de la République et de la démocratie. Depuis plus d'un an, il s'est mobilisé pour le retour à la démocratie et à la vie constitutionnelle normale. Ces élections sont l'aboutissement de cette lutte. Je suis également fier de la mobilisation les électeurs lors du 1er tour et certainement à ce 2ème tour. Le Mali a besoin de résoudre les besoins urgents des populations en terme de sécurité, et d'accès aux services sociaux de base pour qu'il retrouve sa place dans le concert des nations », a déclaré Soumaïla Cissé devant les journalistes venus nombreux pour la circonstance. Le porte-étendard de l'URD s'est engagé à respecter les résultats : « Je suis un républicain. J'ai déjà accepté les résultats. Lors du premier tour, j'avais des raisons de ne pas accepter les résultats. Mais je ne me placerai pas en victime comme le font certains. J'aime mon pays et je respecte ses institutions », a répondu Soumaïla Cissé à un confrère qui l'interrogeait. « J'ai vérifié que tout le matériel est sur place dans les bureaux de vote. Je pense que tout se passe bien et mieux qu'au premier tour. Car nous avons corrigé quelques problèmes constatés au 1er tour », a assuré Boubacar Bah, le maire de la Commune V croisé sur les lieux. Le centre de vote de Daoudabougou II rassemble environ 11 000 électeurs et 22 bureaux. L'affluence était meilleure à celle de l'école fondamentale Mamadou G. Simaga. Ainsi à l'arrivée de notre équipe de reportage vers 9 heures et demi, plus de 70 électeurs du bureau de vote n°1 avaient déjà accompli leur devoir civique sur les 486 inscrits. Idem pour le bureau de vote n°3 où ont été enregistrés 80 votants à 9 h 45 mn sur près de 490 électeurs. « Tout se passe bien dans le centre. Il n'y a pas de « cafouillage » comme lors du 1er tour », note Fodé Diabaté, le coordinateur du centre de Daoudabougou II. Daoudabougou I, toujours en Commune V, compte près de 9500 électeurs et 19 bureaux qui ont ouvert à l'heure. Notre équipe de reportage a pu vérifier que vers 11 heures, le bureau de vote n°24 avait enregistré plus de 140 votants sur 482 électeurs inscrits. « L'atmosphère est calme et sereine. Les électeurs votent et repartent sans problème. Nous avons pris des mesures pour prévenir les incidents et faire en sorte que tout se passe bien », témoigne Nacounté Coulibaly, le président du centre. Fait inédit : ici plusieurs électeurs n'ont pas pu voter car leur carte NINA ne comportait pas d'empreinte digitale. « J'ai voté ici avec ma carte lors du premier tour. Aujourd'hui on me le refuse. Je ne comprends pas », se plaignait Kadidiatou Coulibaly, une électrice confrontée à cette particularité que personne n'avait mentionnée jusqu'ici à notre connaissance. « C'est faux, un détenteur de carte sans d'empreinte digitale n'a jamais voté dans mon centre, même au premier tour », rétorque Nacounté Coulibaly. Affaire à suivre, assurément. Dans les centres de vote de Kalanban Coura avec 72 bureaux de vote pour plus de 35 000 électeurs inscrits et de Sabalibougou avec 46 bureaux de vote pour près de 23 000 électeurs inscrits, les électeurs ont voté paisiblement. « Je pense que tout se passe bien. Les électeurs votent dans le calme. L'affluence n'est pas comme au premier tour, mais les gens sont en train de venir voter », commente Larson Jeremy, observateur de l'ambassade des Etats-Unis au Mali, que nous avons rencontré au centre de Sabalibougou. Enfin d'après-midi, l'affluence des électeurs s'était effectivement nettement améliorée dans plusieurs centres de vote que nous avons visités. Be COULIBALY

L'essor

Ses derniers articles: Mopti : Transport de viande, un casse-tête sanitaire  Promotion de la femme : RACHELLE DJANGONE MIAN S’EN VA  Sécurité alimentaire : DES CEREALES A