mis à jour le

Election présidentielle, 2è tour dans les régions

Sikasso : atmosphère de sérénité

Les opérations électorales ont démarré à 8 heures à Sikasso dans une atmosphère de sérénité, a constaté le correspondant de l'AMAP. C'est à 8 h 45 que le chef de l'exécutif régional Mahamadou Diaby, entouré de ses proches collaborateurs, a accompli son devoir civique dans le bureau de vote n° 5 du quartier administratif. Accompagné des responsables régionaux des services de sécurité, du responsable régionale de la CENI ainsi que des autorités locales et communales, il a visité plusieurs centres de vote dans la commune urbaine de Sikasso et dans celle de Kaboïla.

Contrairement au premier tour où les centres de vote grouillaient de monde dès 8 heures, les électeurs étaient peu nombreux devant les bureaux de vote hier. Certains citoyens trouvent que l'affluence timide est normale car au premier tour, expliquent-ils, 27 candidats avaient mobilisé leurs électeurs, alors que ce second tour ne concerne que deux candidats. En plus de la démobilisation des électeurs dont les candidats ont été éliminés, il y a aussi la fine pluie tombait sur la ville et ses environs.

Si les électeurs ne se bousculent pas, ceux qui ont fait le déplacement pouvaient voter rapidement grâce aux améliorations apportées à l'organisation. Moussa Kodio de la CENI témoigne que l'utilisation de l'encre s'est améliorée et que tous les matériels électoraux étaient en place, ainsi que les agents électoraux.

A l'issue de sa visite dans les bureaux de vote, le gouverneur de région s'est dit globalement satisfait malgré la faible affluence des électeurs. Il a invité la population à ne pas attendre la dernière minute pour voter car nous sommes en saison des pluies. Les petites difficultés rencontrées çà et là notamment l'utilisation de l'encre indélébile et rigide, les agents électoraux retardataires, toutes ces problèmes ont été rapidement gérés par les présidents des centres et le sous-préfet, a précisé Mahamadou Diaby.

Par ailleurs les observateurs internationaux ainsi que ceux du réseau APEM, les délégués de la CENI et de la Cour constitutionnelle étaient dans les différents bureaux visités avec une présence discrète des forces de l'ordre.
Rappelons enfin que le nombre d'électeurs de la région de Sikasso s'élève à 1.168.981 pour 3.437 bureaux de vote. Selon les autorités régionales, aucun incident n'a été enregistré dans la région et les opérations électorales se sont déroulées normalement.

Fousseyni DIABATE

AMAP/SIKASSO

 

*********

 

Niono : la pluie douche l'enthousiasme des électeurs

Dans la capitale du riz, les bureaux de vote ont ouvert leurs portes aux électeurs à l'heure indiquée pour le second tour de l'élection présidentielle. Agents électoraux, éléments des forces de sécurité, observateurs nationaux et internationaux, tous étaient présents pour le bon déroulement du scrutin.

L'affluence est loin de celle du premier tour devant les bureaux de vote. Cela est dû à une grande pluie qui s'est abattue sur la ville de Niono entre 2 heures et 5 heures du matin. Cette situation empêche beaucoup d'électeurs de se rendre à leurs bureaux de vote. Certains ayant choisi de sécuriser d'abord leurs maisons avant d'aller voter.

Dans les localités voisines, selon nos sources d'information, la situation est identique à quelques exceptions près. A N'débougou, chef-lieu de la commune rurale de Sirissila-boundi, il a été mesuré 126 mm de pluie, faisant des sans abris.

Le préfet du cercle Seydou Traoré après avoir accompli son devoir civique au groupe scolaire de ville, s'est rendu sur les lieux pour constater les dégâts et prendre des mesures qui s'imposent.

Rappelons que le cercle compte au total 528 bureaux de vote pour 170.346 électeurs dont 81.299 ont pu voter lors du 1er tour et le taux de participation était de 47,72%.

Cheick Oumar Diallo

AMAP/Niono

 

********

Bafoulabe : démarrage marqué par une fine pluie

Le deuxième tour de l'élection présidentielle qui va départager les deux candidats arrivés en tête du premier tour en l'occurrence Ibrahim Boubacar Kéita et Soumaïla Cissé, a démarré normalement à Bafoulabé. Les bureaux de vote ont ouvert leurs portes à 8 heures sous une fine pluie, a constaté le correspondant de l'AMAP. L'électorat de la circonscription qui est estimé à plus de 92.000 personnes est reparti entre 369 bureaux dans les 13 communes du cercle.

Malgré la pluie, des électeurs ont tenu à faire le déplacement au centre de vote de l'école fondamentale de Mahina 2e cycle. Tous pouvaient accomplir son devoir civique sans entraves car les conditions matérielles et humaines du vote sont réunies.

Partout dans le cercle, le constat général fait état que l'affluence n'est pas au rendez-vous comme lors du premier tour dont le taux de participation s'élevait à près de 49%.

Oumar Kanté

AMAP/Bafoulabé

*********

Koulikoro : journée ordinaire

Ce dimanche matin n'était pas différent des autres jours de la semaine à Koulikoro. Si au premier tour, les citoyens s'étaient mis en congé de leurs activités quotidiennes pour aller accomplir leur devoir civique, hier la ville présentait un aspect ordinaire. Les boutiques étaient ouvertes et les marchés animés par les marchandages des femmes qui déambulaient dans un tohu bohu habituel, préoccupées par l'achat de condiments. Dans les «grins» animés, l'on s'adonnait au sport favori des supputations sur le second tour.

Pourtant, les bureaux ont ouvert à 8 heures dans tous les centres de vote en présence des assesseurs, des délégués de partis, de la CENI, de la Cour constitutionnelle et des observateurs. Le gouverneur de la région Allaye Tessogué a accompli son devoir civique vers 8 h 30 au bureau n° 1 du gouvernorat. Dans l'ensemble des bureaux de vote visités par le chef de l'exécutif régional et sa délégation, l'affluence n'était pas au rendez-vous. Les électeurs présents, accomplissaient leur devoir de citoyen sans problème. On ne sentait pas la ferveur du premier tour.

Mais il faut dire que la fluidité des opérations de vote, évitait des attroupements et des mouvements de foule dans les centres de vote. « Au premier tour, beaucoup de citoyens ne connaissaient pas leurs bureaux de vote, c'est pour cela qu'ils se transportaient de bureau en bureau, ce qui a suscité un véritable mouvement d'électeurs. Maintenant que tout le monde connait son bureau de vote, on n'a pas besoin de se bousculer », a expliqué un enseignant qui venait de voter. « Les femmes s'occupent d'abord de leur ménage pour permettre à la famille de manger. Après les tâches ménagères, nous irons voter sans problème », assurait une ménagère qui revenait du marché.

Certains électeurs ont expliqué le manque d'affluence par le découragement des citoyens pendant que d'autres estiment que l'absence de longues files devant les bureaux n'expliquent point le manque d'intérêt pour ce second tour.

D'une façon générale le scrutin s'est déroulé dans le calme et la sérénité en présence de nombreux observateurs parmi lesquels l'Union européenne, le Réseau plaidoyer et lobbying (RPL), l'APEM et d'un dispositif de sécurité aussi dissuasif que discret. Le cercle de Koulikoro compte 84.590 inscrits dont 37.244 femmes. Au premier tour, 41.089 ont voté soit un taux de participation de 48, 57%.

Amadou Maïga

AMAP/Koulikoro

 

**************

Tombouctou : affluence timide

2è tour tombouctou1Le gouverneur de la région de Tombouctou, le colonel-major Mamadou Mangara a donné le ton du scrutin en votant dès 8 heures dans le bureau n° 3 de l'école Bahadou Aboubacar. Après avoir accompli son devoir de citoyen, le chef de l'exécutif régional qui était accompagné d'une délégation, a exprimé son espoir de voir notre pays rependre sa place dans le concert des nations démocrates. Il n'a pas manqué de prodiguer des conseils aux agents électoraux afin que le scrutin soit crédible, transparent et apaisé.

Dans les centres de vote de Bahadou, Alpha Moya, Sidi Mahmoud, Mahamane Fondogoumo, l'affluence est timide devant les bureaux de vote. Largement en deçà de celle du premier tour.

Toutes les conditions matérielles et humaines sont réunies à Tombouctou pour le bon déroulement du scrutin. Les observateurs nationaux (CENI, Cour constitutionnelle, APEM, ONG) et internationaux (CEDEAO, ONU) sont également présents. De même que les forces armées et de sécurité. L'armée malienne, les casques bleus de la MINUSMA, les forces françaises Serval, sont déployés dans un dispositif impressionnant. Les patrouilles sont omniprésentes à travers la ville et même dans les faubourgs. Deux jours avant le scrutin, des avions de reconnaissance ont commencé à survoler la ville et ses environs pour débusquer tout mouvement suspect d'hommes armés.

Autour des centres de vote, police, gendarmerie, garde, protection civile sont déployés aussi en masse. Ils procèdent à la fouille tout individu suspect. Le même dispositif était mis en place lors du premier tour qui s'est déroulé sans incident. Le commandant de zone, le colonel Kéba Sangaré assure qu'un dispositif de sécurité conséquent est déployé partout dans la région de Tombouctou.

Rappelons que 260.045 cartes NINA ont été retirées sur un total de 344.923 pour les 52 communes que compte la région où l'on dénombre 1330 bureaux de vote. Diré compte 207 bureaux de vote, Goundam 317, Gourma Rharous 205, Niafunké 359 et Tombouctou 242.

M. SAYAH

AMAP-TOMBOUCTOU

 

 

**********

 

Gao : sans la ferveur

 

Contrairement au scrutin du 28 juillet 2013 où l'on a senti une ferveur et une animation de grand jour, celui du 11 août s'est déroulé dans un calme presque plat, a constaté le correspondant de l'AMAP. Le gouverneur de la région, le général Adam Diallo, a voté au bureau n° 2 du quartier Château vers 9 heures. Au cours de sa tournée des centres de vote, il a pu constater une bonne organisation du scrutin mais une affluence moyenne. Il s'est rendu à Boulgoundié, Gadeye et Sossokoïra, tous des quartiers de la commune urbaine de Gao.

Le gouverneur de la 7è région administrative s'est félicité du bon déroulement des opérations et exprimé sa satisfaction de voir notre pays renouer avec les pratiques démocratiques.

Le dispositif sécuritaire était composé des la MUNISMA, des forces maliennes, des forces françaises Serval. Les observateurs nationaux et internationaux étaient aussi au rendez-vous. Les volontaires de la Croix rouge malienne étaient déployés aussi. Et la ville baignait dans un beau temps suite à la pluie tombée la veille.

Il faut rappeler qu'au premier tour, la région de Gao a réalisé un taux de participation de 51,29%.

M. B. Cissé

AMAP/Gao

 

**********

 

Diéma : mobilisation des femmes

 

Pour le second tour de l'élection présidentielle, les électeurs du cercle de Diéma se sont mobilisés pour choisir leurs candidats, malgré les contraintes de l'hivernage, a constaté le correspondant de l'AMAP. Au total 86.965 électeurs répartis entre 286 bureaux de vote devront prendre part à ce scrutin présidentiel.

A 8 heures, le président du bureau de vote n° 1 de l'école A de Diéma, Adama Sékou Coulibaly, censeur du lycée de la ville, a donné le signal du démarrage des opérations. Il a présenté l'urne vide aux autres membres du bureau, aux électeurs présents, aux délégués des partis politiques, de la CENI et de la Cour constitutionnelle. Tous les matériels électoraux étaient en place. Balla Konté, fils du chef de village de Diéma, fut le premier électeur à voter dans ce bureau de vote.

A l'école B de Diéma, tout se passait normalement. Ici, un homme d'une cinquantaine d'années, daba à l'épaule, prêt à se rendre dans son champ, n'arrivait pas à retrouver son nom sur les listes électorales affichées, malgré l'aide d'un élève. «Si je ne vois pas mon nom, j'irai cultiver. La fête m'a retardé un peu. Les herbes ont commencé à  envahir  mon champ», lança Sidy Diarra qui a ajouté que « l'élection du président de la République, c'est l'affaire de tous les Maliens. Il faut voter pour élire un président. Il en va de l'intérêt général».

C'est l'avis aussi de la vieille Penda Sow, venue voter malgré sa difficulté à se déplacer. Elle explique qu'elle a tenu à venir mettre personnellement son bulletin de vote dans l'urne parce que «si je donne ma carte NINA à quelqu'un d'autre pour qu'il vote à ma place par procuration, il ne respectera pas les consignes que je vais lui donner. En matière de vote, il ne faut pas avoir confiance».

Dans le cadre de sa tournée de supervision, le préfet Nampory Bagayoko, accompagné d'une délégation, s'est rendu dans certains bureaux de vote, à Lakamané, Diangounté Camara, Tassara, Dalibéra et Guémou, sur la route de Kayes, pour constater de visu le bon déroulement des opérations de vote. Dans toutes les localités visitées, on constate une mobilisation des femmes.

Côté organisation, aucune difficulté majeure n'a été signalée. L'affichage des listes électorales devant les bureaux de vote aurait permis à beaucoup d'électeurs de retrouver facilement leurs bureaux de vote. Les mesures de sécurité étaient renforcées à tous les niveaux pour permettre aux électeurs de voter dans la quiétude.

Ouka BA

AMAP-Diéma

 

**************

 

Bougouni : bonne organisation du scrutin

 

Les opérations de vote du second tour de l'élection présidentielle se sont déroulées normalement et sans incident dans la commune urbaine de Bougouni, a constaté le correspondant de l'AMAP.

Bureaux de vote ouverts dès 8 heures, agents électoraux en place, matériels électoraux au grand complet, c'est le constat fait par la délégation du préfet du cercle Moussa Dougoutigui Diarra qui a sillonné les différents centres de vote pour s'enquérir du déroulement des opérations.

Contrairement au premier tour, l'affluence n'est pas au rendez-vous. On constatait une certaine fluidité des opérations de vote car électeurs et agents électoraux semblaient avoir maîtrisé le mécanisme. En plus, les électeurs n'étaient pas soumis à la recherche de leurs bureaux de vote de comme lors du premier tour. Pour ceux qui ne connaissaient pas encore leurs bureaux de vote, des agents munis d'ordinateurs étaient installés dans les centres pour les orienter. Des progrès étaient notables dans l'organisation du scrutin.

Les délégués de la CENI, de la Cour constitutionnelle, des partis politiques étaient visibles dans tous les bureaux de vote. Ils n'avaient pas de griefs à formuler sur le déroulement du scrutin dans le Banimonotié. Le cercle de Bougouni compte 195.720 électeurs pour 675 bureaux de vote.

Mahamadou S. Maïga 

AMAP Bougouni

L'essor

Ses derniers articles: Mopti : Transport de viande, un casse-tête sanitaire  Promotion de la femme : RACHELLE DJANGONE MIAN S’EN VA  Sécurité alimentaire : DES CEREALES A 

élection

AFP

Somalie: élection présidentielle sous très haute sécurité

Somalie: élection présidentielle sous très haute sécurité

AFP

Election en Gambie: une défaite qui vient de loin pour Jammeh

Election en Gambie: une défaite qui vient de loin pour Jammeh

AFP

Présidentielle en Gambie: le président Jammeh appelle

Présidentielle en Gambie: le président Jammeh appelle