mis à jour le

Tunisie : Le DIABLE tente de défendre ses deux avocats

Par Zakaria Bouker
Le soir du 14 janvier j’avais téléphoné à un vieil ami :

-dis moi , tu ne sais pas ce qui se passe ? -comment veux tu que je le sache – tu peux pas téléphoner à quelqu’un qui pourrait s’informer ?

- qui va téléphoner à qui ? Ce genre de réponse-interrogation vous désarme : « qui va parler avec qui ? » La crise ouverte depuis le 25 juillet ( date de l’assassinat de l’opposant Mohamed Brahmi ) , amplifiée par le discours-désastre de Ali le foutu a érodé toutes les autorités en Tunisie. Le dernier qui parle a tort. Sauf s’il vous dit que vous avez raison .

Et encore . Remaniement, pas remaniement , chacun joue sa partition en solo . Même devant le siège de l’assemblée des singes au « Bardo » c’est le « bordel » .

A l'intérieur c’est pire! c’est le « bordel » sans « barbot ». Tous les Barbots sont partis à la Kasbah pour joindre les barbus c’est carrément le jour du « 7ashr » la résurrection . Les uns scandaient « à bat la démocratie satanique » les autres « vive la légitimité démocratique » et le tout sous le regard de Gabriel dépêché spécialement pour faire de Rached Ghannouchi un post-dernier-prophète.

Devant la Kasbah les « barbus » sont main dans la main avec les « brebis » .On fait la fête du mariage forcé . un mariage de plaisir qui ne dure qu’une nuit . Le lendemain les bus de luxe se dissipent et on casse de nouveau du » barbu » .

L’autre fête-triste se passe à Carthage. Monsieur « trochu » ordonne la fête ! … accordée par « Monsieur Dieu ! » autant dire le Razi ( hôpital psychiatrique ) a changé d’adresse. Qui va discuter avec qui ? Là est la réponse , ou plutôt une partie de la question .Peut importe .

De toutes les façons les marrons sont carbonisés . devant la persistance, voire l’amplification de la contestation R.Ghannouchi n’a que deux solutions : faire un coup d'état ou bien négocier ?

Il commence par la deuxième Ghannouchi se rend au siège de la centrale patronale UTICA , flanqué de deux plus ignorants que lui en macro économie .Il discute avec Widad la charmeuse de serpents , le réunion est atypique . On connait les réponses mais pas les questions. Les deux lieutenants de Ghannouhi déballent des arguments pendant quatre heures sans queue ni tête , mélangeant Gabriel à toute les sauces y compris au coût marginal qu’ils entendent pour la première fois .

Widad impassible , diplomate , avance ses pions l’un après l’autre … elle vient d’obtenir la révision de la caisse de compensation et autant de pièges que ni Ghannouchi ni ses plus illuminés n’en saisissent la portée. Widad vient d’envoyer la patate brulante à Houcine … lui il se chargera lundi de faire une petite explication de texte à Ghannouchi : Mon cher vous êtes le dindon de la farce.

Tunisie Focus

Ses derniers articles: Dimanche , Ban Ki-moon a reçu le rapport des enquêteurs de l’ONU en Syrie  Une météorite tombe  Journée internationale de la démocratie . Bla-bla-bla chez les arabes 

Tunisie

AFP

Panser les plaies de la dictature, le défi de la Tunisie

Panser les plaies de la dictature, le défi de la Tunisie

AFP

La Tunisie

La Tunisie

AFP

CAN-2017: l'Algérie dans un groupe compliqué avec le Sénégal et la Tunisie

CAN-2017: l'Algérie dans un groupe compliqué avec le Sénégal et la Tunisie

diable

Actualités

Le Sénat : Instrument du diable pour les religions

Le Sénat : Instrument du diable pour les religions

Actualités

Le Sénat : Instrument du diable pour les religions

Le Sénat : Instrument du diable pour les religions

Seif Soudani

La Polit-Revue : Constitution et quartiers : Le diable est dans le détail

La Polit-Revue : Constitution et quartiers : Le diable est dans le détail

avocats

AFP

Tunisie: des avocats manifestent contre le projet de budget 2017

Tunisie: des avocats manifestent contre le projet de budget 2017

AFP

En Egypte, le parcours du combattant des avocats de l'opposition

En Egypte, le parcours du combattant des avocats de l'opposition

AFP

Cameroun: RFI et les avocats demandent la relaxe d'Ahmed Abba

Cameroun: RFI et les avocats demandent la relaxe d'Ahmed Abba