mis à jour le

Vidéo: Stephanie Bannister la candidate australienne qui pense que L’Islam est

Devenue la risée du web depuis quelques jours en raison d'une gaffe sur l'islam pendant une interview, une jeune candidate aux élections en Australie a décidé de se retirer de la course. Elle s'estime victime d'un montage qui la fait passer pour « une idiote ».

Sans doute jamais jeune politicien n'aura connu une notoriété aussi forte après seulement quelques jours de campagne. Stephanie Banister, 27 ans, faisait campagne depuis deux jours pour le parti nationaliste australien One Nation aux prochaines élections générales de septembre lorsqu'elle a fait sa gaffe lors d'une interview à la chaîne de télévision australienne Seven. « Je n'ai rien contre l'islam en tant que pays, mais j'ai vraiment le sentiment que leurs lois ne devraient pas être acceptées ici en Australie », avait-elle déclaré lors de cette interview.

L'extrait s'est rapidement propagé sur internet, où elle s'est vue affublée du surnom de « Sarah Palin australienne », en référence à l'ex-colistière du candidat républicain John McCain qui avait multiplié les gaffes lors de la campagne présidentielle américaine en 2008. La jeune femme avait également assuré que seulement 2% des Australiens suivaient les préceptes de « haram » -elle voulait apparemment parler du Coran- et avait ajouté à la confusion en apportant son soutien à la nourriture casher des juifs. « Les juifs ne suivent pas haram. Ils ont leur propre religion qui suit Jésus Christ », avait-elle poursuivi, alors que le judaïsme ne considère pas Jésus comme un Messie.

Victime d'un montage ?

Stephanie Banister a annoncé samedi qu'elle renonçait à briguer un mandat parlementaire dans l'Etat de Queensland pour le parti nationaliste One Nation, lors des élections générales du 7 septembre prochain. La jeune mère de deux enfants, devenue la risée des médias australiens et d'une partie de ses compatriotes, a estimé avoir été victime d'un montage de l'interview destiné à la faire passer pour « une vraie idiote ».

« J'aimerais présenter mes excuses à One Nation, à mes amis et à ma famille, pour la gêne occasionnée », a-t-elle déclaré à la presse. Le chef du parti Jim Savage a de son côté démenti avoir poussé la candidate vers la sortie. « En raison de menaces contre la famille de Stephanie, contre elle-même et contre ses enfants, en raison des injures et de l'énorme pression qu'elle a subies, Stephanie a décidé de retirer sa candidature pour le siège de Rankin », a-t-il expliqué. « Nous l'avons accepté à regret ».

La fondatrice du parti ultra-nationaliste One Nation, la très controversée Pauline Hanson, avait elle-même fait des vagues en affirmant il y a plusieurs années que l'Australie était progressivement submergée par les Asiatiques.

Avec tf1. fr


Rewmi

Ses derniers articles: Remaniement ministériel du 1er Septembre : Comment Mimi Touré a court-circuité Eva Marie Coll  Aliou Cissé:  Nécrologie- Décès du journaliste Abdoulaye Sèye 

candidate

AFP

Comores musulmanes: une femme d'affaires candidate

Comores musulmanes: une femme d'affaires candidate

AFP

Burkina: une candidate

Burkina: une candidate

AFP

Mauritanie: Lalla Mariem Mint Moulaye Idriss, seule femme candidate aux présidentielles

Mauritanie: Lalla Mariem Mint Moulaye Idriss, seule femme candidate aux présidentielles

pays

AFP

RDC: une ex-élue du Congrès américain pour soigner l'image du pays

RDC: une ex-élue du Congrès américain pour soigner l'image du pays

AFP

CPI: le président ivoirien opposé au départ de nouveaux pays africains

CPI: le président ivoirien opposé au départ de nouveaux pays africains

AFP

Nigeria: le pays s'enfonce dans la crise économique

Nigeria: le pays s'enfonce dans la crise économique

haram

AFP

Cameroun: six militaires tués dans une attaque de Boko Haram

Cameroun: six militaires tués dans une attaque de Boko Haram

AFP

Recul de Boko Haram et de l'EI: moins de morts en 2015

Recul de Boko Haram et de l'EI: moins de morts en 2015

AFP

Nigeria: Boko Haram promet de poursuivre "la guerre" sous Trump

Nigeria: Boko Haram promet de poursuivre "la guerre" sous Trump