mis à jour le

Aït Oumalou pleure son fils

La colère était visible en ce jour de l'Aïd dans ce village où les habitants ne comprennent toujours pas pourquoi leur enfant a été lâchement assassiné par les islamistes armés.Un des trois policiers tués mardi dernier