mis à jour le

On vous le dit

Files d'attente et altercations aux bureaux de poste   A chaque événement religieux ou fête nationale, les clients d'Algérie Poste souffrent le martyre pour retirer leur argent au niveau des recettes d'Algérie Poste. A cela s'ajoute l'exiguïté des lieux qui ne sont pas faits pour accueillir autant de monde. Ces jours-ci, on a constaté des files d'attente dans une atmosphère irrespirable, au niveau de certains bureaux de poste qui travaillent à pas de tortue, par le fait du manque d'agents, de computers et parfois de liquidités. Les usagers de la poste se demandent pourquoi les responsables d'Algérie Poste ne réagissent pas devant cette problématique, qui revient à chaque événement ? Arrestation de plusieurs malfaiteurs à Alger   Lors d'opérations menées il y a quelques jours, les services de police de la sûreté de la wilaya d'Alger ont neutralisé plusieurs bandes de malfaiteurs. La première opération, qui a eu lieu au cours d'un contrôle de routine dans la commune de Bab Ezzouar, s'est soldée par l'arrestation d'individus en possession de six torches électriques dénommées Taser. Dans la localité de Hammadi, deux trafiquants de stupéfiants ont été arrêtés avec 21 kg de résine de cannabis ainsi que 1000 comprimés de psychotropes (Rivotril). Par ailleurs, sur la base d'une autre enquête, deux auteurs du vol de deux camions perpétré à Chéraga et d'un autre d'une voiture de type Clio à Mohammadia ont été arrêtés. Une histoire de protège tibias au Maroc   Selon des informations en provenance de la ville d'Al Djadida au Maroc, les joueurs du Mouloudia d'Alger en stage de préparation ont innové dans la protestation. En effet, le manager général de l'équipe algéroise avait infligé une sanction financière à un joueur pour non port de protège tibias lors de l'entraînement. Cette sanction a été jugée excessive par l'ensemble des joueurs qui n'ont pas trouvé mieux que d'étaler leurs protège tibias sur la grande table de leur lieu de résidence, et ce, en signe de protestation. Une initiative qui a faire rire certains, mais qui a déplu au manager général. Des traducteurs pour la radio Soummam SVP !   La radio Soummam, diffusant à partir de la ville de Béjaïa, meuble son journal d'informations de 14h en langue arabe par un bien détestable procédé. Elle fait l'économie d'un travail de traduction, comme cela se passe dans d'autres radios. La station ne trouve pas mieux que de contraindre ses interlocuteurs qu'elle interviewe pour le journal de midi (en kabyle), à traduire eux-mêmes leurs propos pour les besoins de la version arabe du journal. Ceux qui ne le font pas, ne passent tout simplement pas. On tronque tout bonnement ce journal de leurs échos sonores, parce que faits seulement en kabyle, comme cela s'est vérifié dimanche 4 août, sans aucun respect à l'équilibre et la plénitude de l'information et à l'esprit professionnel. Grogne à l'EGT-Centre   Visiblement le collectif des travailleurs de l'EGT-Centre n'est pas content de ses dirigeants et le fait savoir. Ces derniers auraient perçu des sommes non négligeables, sanctionnant la fin de l'exercice annuel. Ce qui n'a pas manqué de soulever l'ire des employés de cette entreprise de tourisme soumise, par ailleurs, à une instabilité directionnelle chronique.

El Watan

Ses derniers articles: Programme AADL 2 : les résultats communiqués  Tizi Ouzou : Les retraités de l‘ANP s’organisent  Sellal : Les visites de terrain n'ont rien