mis à jour le

Le spectacle désolant décor d’une pseudo-capitale

La forte pluviométrie enregistrée hier dans la capitale a provoqué des inondations, par endroits, notamment, sur l'Avenue Bourguiba, à hauteur de la Senelec de Castors. La situation était plus critique, en fin de soirée.

Mafia dans le transport

Entre les deux stations Total et l'entrée principale de la Sodida, le décor est désolant. Ce tronçon transformé en une marre par les averses, était devenue impraticable. Tous ceux qui ont risqué de le pratiquer ont été obligés de prendre des précautions nécessaires, eu égard à la hauteur des eaux qui dépassait par endroit un mètre. Des centaines de personnes en partance pour la banlieue étaient clouées au pilori jusqu'aux environs de 23 heures, entre les deux stations. Le tarif pour Pikine en Ndiaga Ndiaye, pour Yarakh, les Parcelles Assainies et Guédiawaye en car rapide a triplé. Là où il fallait débourser 100 FCfa, le client était hier de 200 FCfa. A prendre ou à laisser. Cet état de fait a obligé certains à marcher de l'Avenue Bourguiba jusqu'à Grand-Yoff, histoire de diminuer le trajet. D'autres ne se feront pas prier. Par petits groupes, ils ont trouvé le malin stratagème de louer un taxi, où un autre moyen de locomotion. Tous les scenarii étant bons pour arriver chez soi.

Insalubrité à gogo

Cette pluie a plongé aussi la capitale dans l'insalubrité, avec des ordures qui sont déversées sur la chaussée ou dans les caniveaux, par certains habitants, qui ne ratent jamais cette "aubaine", pour se débarrasser de leurs déchets. Ce comportement qui friserait l'incivisme, aux yeux de maints observateurs, conduit au bouchage de ces caniveaux, avec des eaux de pluie qui se retrouvent sur les chaussées. Empêchant les véhicules de circuler, comme il le faut. Les routes deviennent quasiment impraticables, après les averses, mais aussi les marchés, où l'on est happé par ces tas d'immondices jonchant le sol et d'où se dégage une odeur pestilentielle. Et le témoignage de cette commerçante au marché Castors rencontrée sur place, en est assez éloquent. «La saison des pluies est synonyme pour nous de calvaire. Car, avec les pluies, la gestion des ordures déjà mal opérée en saison sèche, devient plus complexe, et la saleté se répand partout», regrette notre interlocutrice. Tout compte fait, au regard de cette situation, les populations espèrent que le gouvernement ne lésinera pas sur les moyens pour débarrasser la capitale de ses eaux de pluies et des tas d'immondices, sources de toutes les maladies. Par le déploiement de gros moyens.

Sekou Dianko DIATTA


Rewmi

Ses derniers articles: Remaniement ministériel du 1er Septembre : Comment Mimi Touré a court-circuité Eva Marie Coll  Aliou Cissé:  Nécrologie- Décès du journaliste Abdoulaye Sèye 

spectacle

Dieudonné

Il promet une «version piquante» de son spectacle

Il promet une «version piquante» de son spectacle

Steven LAVON

Mondial 2014: Le Cameroun fait le spectacle et s’envole pour le Brésil !

Mondial 2014: Le Cameroun fait le spectacle et s’envole pour le Brésil !

Ambroise DAGNON

Le spectacle et le résultat : ça peut faire marcher le football

Le spectacle et le résultat : ça peut faire marcher le football