SlateAfrique

mis à jour le

Afrique du Sud - Bientôt une terre pour tous?

Quand le Congrès national africain (ANC) arrive au pouvoir en 1994, le parti insuffle un nouvel espoir en Afrique du Sud. Dès cette époque, le gouvernement promet de mettre en place une réforme agraire qui permettrait de redistribuer les terres de façon équitable. Dix-sept ans plus tard, la situation a peu évolué. Mais aujourd’hui, le gouvernement sud-africain semble déterminé à rétablir l’égalité.

Ainsi, le 31 août 2011, Gugile Nkwinti, ministre de la Réforme agraire a proposé une réforme de la politique de redistribution des terres. Le même jour, le Mail & Guardian indique que le gouvernement souhaite donner un meilleur accès aux terres à la population noire issue des milieux ruraux. Avec cette réforme, le gouvernement compte lancer une nouvelle dynamique. Elle devra rompre avec le passé sans pour autant perturber la production agricole. Le projet doit aussi éviter les redistributions qui ne génèrent pas d’emplois ou de revenus.

Cette réforme arrive à point nommé: le gouvernement avait annoncé dès 2009 sa mise en place, et finalement, après de nombreux reports, il est parvenu à rédiger ce nouveau plan. En revanche, tous les objectifs fixés au préalable ne seront pas remplis. La redistribution de 30% des terres détenues par les blancs n’est plus envisagée.

Dès le mois de juin, l’ANC Youth League, le parti des jeunes de l’ANC, s’était réuni pour évoquer ces problèmes de redistribution. Les protagonistes de la conférence ont déploré le manque d’action du gouvernement dans ce domaine. Ainsi, depuis 1994, seulement 4% des terres agricoles ont été redistribuées, alors que 80% sont restées dans les mains d’une poignée de fermiers blancs.

Le Mail & Guardian rapporte que lors de cette conférence, la Youth League s’est déclarée favorable à l’expropriation des terres sans compensation. Julius Malema, président du parti s’est montré très ferme à ce sujet:

«L’alternative proposée par la Youth League est de prendre les terres sans payer», a-t-il dit.

Si la réforme de Nkwinti est instaurée de façon effective, elle devrait permettre à de nombreux Sud-Africains noirs de posséder davantage de surface agricole.

Lu sur le Mail & Guardian