mis à jour le

Mali: il y aura bien un second tour à la présidentielle

La Cour constitutionnelle du Mali a donné mercredi les résultats définitifs du premier tour de la présidentielle du 28 juillet, confirmant, malgré quelques variantes, la tenue d'un second tour dimanche entre Ibrahim Boubacar Keïta et Soumaïla Cissé.

La Cour a examiné diverses requêtes de plusieurs des 27 candidats au premier tour pour irrégularités, bourrage d'urnes, achat de votes, non-affichage des listes d'électeurs à l'extérieur des bureaux de vote, ainsi que sur le nombre élevé de bulletins nuls (environ 400.000).

Elle les a toutes rejetées au motif qu'elles étaient irrecevables, ou qu'elles n'apportaient pas de preuves suffisantes et ne pouvaient remettre en cause les résultats "sur l'ensemble du territoire national".

La Cour a cependant légèrement revu les résultats provisoires donnés le 2 août par le ministère de l'Administration territoriale (Intérieur), qui n'en modifient pas les grandes tendances.

Ainsi, arrive en tête Ibrahim Boubacar Keïta avec 39,7% des voix, suivi de Soumaïla Cissé (19,7%) contre 39,2% et 19,4% respectivement, selon les résultats provisoires.

La Cour a également revu à la baisse le taux de participation (48,9% contre 51,5%) qui reste néanmoins élevé comparé à ceux des scrutins présidentiels précédents qui n'avaient jamais dépassé les 38%.

Elle a aussi revu à la baisse le nombre élevé de bulletins nuls (389.876 contre 403.532 proclamés par le ministère de l'Administration territoriale) sur 2.955.264 suffrages exprimés (contre 316.116.710)

Depuis le premier tour, les deux candidats arrivés en tête ont multiplié les négociations pour obtenir les ralliements des 25 autres candidats éliminés.

Le camp d'Ibrahim Boubacar Keïta (IBK), ancien Premier ministre et cacique de la vie politique malienne de 68 ans, affirme avoir obtenu le ralliement de 22 candidats.

Soumaïla Cissé, économiste chevronné de 63 ans, ex-ministre des Finances, a obtenu celui d'un ex-Premier ministre, Modibo Sidibé, arrivé quatrième avec près de 5% des voix, ainsi que celui de Tiébilé Dramé, artisan d'un accord entre le régime de transition à Bamako et des groupes armés touareg, qui s'était retiré du scrutin pour protester contre sa mauvaise préparation selon lui.

Sur le papier, IBK apparaît donc largement favori, mais le camp de Soumaïla Cissé compte sur une partie des près de 400.000 bulletins déclarés nuls au premier tour et sur une mobilisation des abstentionnistes pour remonter son handicap apparent.

Après les irrégularités constatées au premier tour, le parti de M. Keïta, le Rassemblement pour le Mali (RPM), la coalition de mouvements et les candidats qui le soutiennent, ont publié mercredi un communiqué dans lequel  ils "encouragent vivement les autorités de la transition, en charge de la bonne tenue" du second tour "à redoubler d'efforts pour veiller à améliorer les conditions du déroulement du scrutin".

Ils évoquent aussi la nécessité de "corriger les dysfonctionnements constatés çà et là, (et de) faire respecter scrupuleusement les dispositions de la loi électorale".

Dans un communiqué, le Mouvement national de libération de l'Azawad (MNLA), un des groupes touareg signataires de l'accord avec le gouvernement de transition, a affirmé avoir "tout mis en ½uvre" pour que le scrutin se déroule "sans aucun incident" dans les villes où il est présent.

Il revendique "la neutralité la plus absolue" dans l'attente du second tour, assurant qu'il s'abstient "de toute consigne de vote pour un candidat ou pour un autre, comme de toute consigne de boycott".

AFP

Ses derniers articles: Cameroun: RFI demande la relaxe d'un de ses correspondants  Africains d'Europe: Riyad Mahrez et Yaya Touré en difficulté, "Aubam" brille  Soutien affiché des Premiers ministres du Benelux 

présidentielle

AFP

Ghana: dernière ligne droite avant la présidentielle

Ghana: dernière ligne droite avant la présidentielle

AFP

Ghana: les rastas prêchent pour la paix avant la présidentielle

Ghana: les rastas prêchent pour la paix avant la présidentielle

AFP

Présidentielle en Gambie: le pouvoir de Yahya Jammeh face aux urnes

Présidentielle en Gambie: le pouvoir de Yahya Jammeh face aux urnes