mis à jour le

Kenya: l'aéroport ravagé de Nairobi mettra du temps à se remettre

De grands morceaux de tôle noircie pendent d'un plafond encore fumant. Du guichet d'accueil des passagers débarquant à l'aéroport international de Nairobi ne reste que la carcasse: le hub aérien africain mettra du temps à se remettre de l'incendie dévastateur qui l'a frappé mercredi.

Après plusieurs heures de lutte contre d'impressionnantes flammes et fumées noires, visibles à des kilomètres à la ronde, les pompiers laissent enfin approcher photographes et caméramans du hall des arrivées internationales, au coeur de l'incendie.

Les secours pataugent dans des flaques d'eau gorgées de suie, au milieu d'un amas de débris carbonisés.

C'est à des guichets de l'immigration des arrivées internationales que le feu s'est déclaré mercredi matin un peu avant 05h00 locales (02H00 GMT), selon les autorités kényanes.

Pompiers, policiers et militaires ont joint leurs forces pour venir à bout du feu. Mais ils ont manqué de moyens alors que le feu se propageait très rapidement. L'eau a même failli manquer -- d'autant que les routes menant à l'aéroport étaient bloquées par les traditionnels embouteillages du matin -- et certains secouristes se sont attaqué au feu uniquement munis de seaux.

Dans le hall des arrivées, les chariots à bagages, fondus les uns dans les autres sous l'intensité des flammes, ne forment plus qu'un magma.

Les autorités kényanes ont promis de faire le maximum pour reprendre le trafic de l'un des principaux noeuds aériens africains le plus rapidement possible.

Les vols intérieurs et le transport de fret reprenaient d'ailleurs dans l'après-midi. Mais le trafic international surtout, posera problème: la présidence kényane espère pouvoir vite utiliser le terminal intérieur pour les vols de et vers l'étranger, mais nul ne sait quand les terminaux étrangers pourront eux-mêmes reprendre du service.

Passagers sous le choc

Le président kényan Uhuru Kenyatta, qui s'est rendu sur les lieux de la catastrophe pour en estimer les dégâts mercredi matin, a fixé avec horreur les bâtiments ravagés.

L'aéroport international de Nairobi, qui porte le nom du père de M. Kenyatta, premier président du pays, voit tous les jours transiter quelque 16.000 passagers, selon les autorités kényanes.

Il assure des liaisons intérieures, mais dessert aussi de nombreuses capitales africaines, des villes européennes, asiatiques et du Moyen-Orient.

Venue attendre un passager qui devait arriver mercredi matin, Sylvia Amondi, une témoin, évoque "le chaos" qui régnait dans l'aéroport. "Les restaurants et magasins ont été rasés."

L'aéroport JKIA est habituellement bondé de monde. Et si le Kenya parvient à assurer un certain nombre de vols intérieurs depuis le second aéroport de Nairobi, les vols internationaux risquent de connaître d'importants retards dans les jours qui viennent, au moins.

A l'extérieur, des passagers sous le choc et sur le départ attendaient des instructions, tandis que des agents de l'immigration improvisaient des stands pour les rares passagers qui ont tout de même pu atterrir mercredi matin.

Dans la ville côtière de Mombasa ou encore à Arusha dans le nord de la Tanzanie voisine, d'autres voyageurs attendaient eux les bus qui devaient les transporter vers la capitale kényane, dans de longs trajets de plusieurs heures.

AFP

Ses derniers articles: Procès de Simone Gbagbo en Côte d'Ivoire: ses avocats n'assisteront pas  Une campagne massive de vaccination contre la polio en Afrique  Au Maroc, une littérature riche mais peu lue 

Nairobi

AFP

Soudan du Sud: Nairobi accuse l'ONU d'avoir cédé

Soudan du Sud: Nairobi accuse l'ONU d'avoir cédé

AFP

La grand-messe des relations nippo-africaines s'ouvre

La grand-messe des relations nippo-africaines s'ouvre

AFP

Nairobi annonce le dissolution du Comité national olympique

Nairobi annonce le dissolution du Comité national olympique

temps

AFP

Maroc: Benatia "renonce"

Maroc: Benatia "renonce"

AFP

En Egypte, le retour des investisseurs étrangers prendra du temps

En Egypte, le retour des investisseurs étrangers prendra du temps

AFP

Egypte: timide reprise du tourisme après des temps troubles

Egypte: timide reprise du tourisme après des temps troubles